Deux-Sèvres

D'une maison de paille est née une politique de l'éco-construction dans le Pays mellois

Environnement

Energie

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Dans le Pays mellois, une initiative très locale a permis de créer une véritable dynamique autour de l'habitat écologique. Grâce à la motivation sans faille des élus pour l'éco-construction, le recrutement des compétences nécessaires, la diversité des partenariats...

Lorsque des bénévoles de l'association des Aînés ruraux ont l'idée, en 2003-2004, de construire une "maison de paille" en matériaux locaux, ils sont loin d'imaginer qu'ils posent la première pierre d'un véritable projet de développement en Pays mellois, dans les Deux-Sèvres. Leur but est alors de créer un lieu ouvert aux associations locales et de rassembler les générations autour de la construction de ce bâtiment. Ils sollicitent la communauté cantonale de Celles-sur-Belle qui accepte de porter la maîtrise d'ouvrage et soutient la recherche de financements. Les élus de cette collectivité étaient en effet intéressés par différents aspects de ce projet, notamment la dimension intergénérationnelle et la valorisation du plan d'eau mitoyen. Parallèlement des professionnels du bâtiment, des agriculteurs et beaucoup de bénévoles apportent leur aide, tandis qu’une toute nouvelle "Association de développement de l'économie du patrimoine" (Adep) réalise une partie des travaux, en s'appuyant sur les chantiers d'insertion pour rénover le bâti traditionnel. "C'est en menant ce projet, jusqu'en 2007, que les acteurs impliqués ont pris conscience des enjeux que représentait la construction écologique", explique David Milcent, chef du projet, aujourd'hui co-directeur du syndicat mixte du Pays mellois.

Un contexte local favorable fortement soutenu par les élus

Le contexte local est porteur. Sensibilisés par ce projet, neuf agriculteurs décident de produire du chanvre pour le commercialiser en tant que matériau de construction. Les élus communautaires, eux, répondent au premier appel à projets des pôles d'excellence rurale (PER) en associant la communauté de communes voisine du Lezayen, pour bâtir une véritable filière locale de l'éco-construction. Ils recrutent en 2006 un chef de projet. Installé dans les locaux du Pays, il est chargé de mettre en œuvre la candidature et, ensuite, de piloter les actions du PER : quatre projets d'éco-construction et l’impulsion d’une dynamique locale ambitieuse. "J'avais au départ une commande plus ou moins formalisée. J'ai invité les élus à mettre par écrit leurs objectifs et leurs ambitions. Nous avons bâti la candidature du PER sur ce travail. Ensuite, ma mission a été soutenue à travers des comités de pilotage et techniques constituée autour des différentes actions menées", précise David Milcent

Une mobilisation des professionnels

Très concrètement, cette politique se décline sur le terrain par une mobilisation de tous les acteurs concernés. Les professionnels sont invités à des journées d'études, des visites et des soirées-débat (une bonne quinzaine en trois ans). Ils peuvent également s'inscrire à des formations sur l'utilisation du chanvre. En 2009, le Pays mellois crée une association des "artisans du chanvre" pour stimuler une offre de compétences et de nouveaux projets de constructions écologiques. Un annuaire des acteurs de l'éco-construction est téléchargeable en ligne, via un blog dédié au projet.

La sensibilisation du grand public et des élus

Ateliers, conférences ou expositions sont organisés au sein de la maison de paille, tous les un à deux mois. L'Institut de formation et de recherche en éducation à l'environnement (Ifrée) est sollicité pour sensibiliser les élus aux enjeux et à la conduite de projets autour de l'éco-construction. Différents supports sont créés pour accompagner ces actions : une mallette constituée d'un échantillonnage de matériaux écologiques de construction, un film sur la filière réalisé par des étudiants de l'Institut francophone de formation au cinéma de Ménigoute (trois autres films sont en projet), un blog, des plaquettes.

Extrême diversité des partenariats

Aucun acteur ne doit être laissé de côté. Les assurances, souvent méfiantes vis-à -vis des écoconstructions, sont invitées à visiter les bâtiments construits ou rénovés avec des matériaux écologiques. L'école nationale supérieure d'ingénieurs de Poitiers a été chargée de définir les caractéristiques du chanvre et des briques de terre crue en lien avec le cluster régional Eco-habitat, qui regroupe les producteurs, professionnels du bâtiment et chercheurs ainsi que le Pays mellois. Les sessions de formation des professionnels sont élaborées avec la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment, l'interprofession du bois "Futurobois" et la chambre de métiers. Cette dernière élabore dans la foulée un référentiel des métiers de la construction en chanvre.

Démultiplication des initiatives et allègement des coûts

Les investissements sont supportés par le département, la région et l’Etat. La majorité des actions est financée par le Contrat régional de développement durable et, récemment, par Leader plus. Les multiples partenariats ont permis de démultiplier les initiatives et de mobiliser les compétences et les moyens des structures parties prenantes, favorisant ainsi un allègement des coûts.

Les secrets d'une telle mobilisation

Pour le co-directeur du syndicat mixte du Pays mellois, c’est la conjonction de plusieurs facteurs qui ont permis l'exceptionnelle mobilisation des acteurs : l'appui et la vision prospective des élus, le recrutement dès le départ d'un chef de projet, la convergence de vue des directeurs des collectivités, les cofinancements nationaux, régionaux et départementaux, et le soutien de professionnels très pointus comme l'agence d'architecture d'Argenton-les-Vallées qui a travaillé sur les différents sites. David Milcent précise en outre qu'un prestataire extérieur était chargé d'évaluer l'avancée du projet et si besoin, de son recalibrage. Durant l’été 2008, en partenariat étroit avec les cinq communautés de communes, le Pays mellois a recruté un coordinateur économique -via une aide régionale-, pour notamment accompagner les professionnels du bâtiment vers l'éco-construction. Parallèlement, séduite par la construction de la maison de paille, l'Adep a décidé de poursuivre dans la voie de l'éco-construction. Soutenue par le fonds régional d'excellence environnementale pour les premiers investissements, elle produit et commercialise des briques de terre crue.

Lucile Vilboux / Acteur Rural pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Contact(s)

Maison du Pays mellois

2 place Bujault
79500 Melle
05 49 27 09 62
05 49 27 91 87
info@paysmellois.org
Nombre d'habitants : 45900
Nombre de communes : 83
Nom de la commune la plus peuplée : Melle (3904 hab.)

Jean-Claude Mazin

élu référent Plan climat environnement
jc.mazin@cg79.fr

Francis Proust

vice-président

Joseph Joubert

vice-président

David Milcent

chef de projet
d.milcent@paysmellois.org
Haut de page