Savoie

Eau potable : la Savoie sécurise son approvisionnement

Environnement

Energie

Comme sur tout le territoire métropolitain, le réchauffement climatique impacte depuis 2003 les ressources en eau du département de la Savoie. Afin de sécuriser l’approvisionnement des communes, le conseil général multiplie les initiatives : programmes de recherches de nouvelles ressources, études sur les économies d’eau et sur les interconnexions des réseaux, surveillance de l’évolution du débit des sources…

Depuis 1994, le conseil général de la Savoie anime un observatoire de l’environnement. Dans ce cadre, il s’intéresse notamment aux sources gravitaires qui alimentent très largement les réseaux de distribution d’eau potable. Depuis une dizaine d’années, le constat est clair, la diminution de leurs débits d’étiage est de 30 à 50%, et il est urgent de sécuriser les approvisionnements.

Diversifier l’approvisionnement et consommer moins

 
Diversifier ses approvisionnements et consommer moins est devenu le credo de tous ceux qui ont accepté de regarder en face les réalités climatiques. Un peu partout dans le département, des forages de reconnaissance ont été effectués sous l’impulsion du conseil général, afin de permettre l’utilisation des eaux des nappes alluvionnaires en complément des sources gravitaires. "Historiquement, les communautés savoyardes se sont développées autour de leurs nombreuses sources et il n’y avait guère besoin de pomper dans les nappes pour l’alimentation. Les temps ont bien changé", estime Christian Mourembles, chargé de l’eau à la direction de l'environnement et du paysage du conseil général de la Savoie. Une fois le forage testé favorablement, le conseil général le met à la disposition des collectivités, qui ne tardent jamais à le mettre en exploitation. Concernant les économies d’eau, la Savoie doit faire face comme partout ailleurs au problème majeur et récurrent de fuites des réseaux d’eau potable et de leur très problématique renouvellement. Le conseil général s’est aussi attaqué à la maîtrise de la consommation, en commençant par ses bâtiments administratifs, et par les collèges. Parallèlement, il a étudié l’apport que pourrait représenter la récupération des eaux de pluie, avec des conclusions assez surprenantes du fait du contexte local, et finalement un intérêt général pas du tout évident.

Apporter de l’eau au moulin du comité sécheresse départemental


Le conseil général de la Savoie a également lancé plusieurs études : livre blanc du climat (2010), et une étude "Ressources disponibles et besoins des usages de l’eau en Savoie" (en cours). Plus concrètement, en plaine, il étudie l’interconnexion des réseaux d’eau des principales agglomérations, qui pourront être sécurisées par les nappes alluvionnaires, alors qu’en montagne les solutions resteront plus individuelles pour les collectivités, et que des stockages d’eau devront être envisagés, comme c’est déjà le cas à Macôt-La Plagne… À moins que l’on puisse utiliser des stockages existants, ceux d’EDF par exemple.

Enfin, l’automatisation du réseau de mesure des débits d’une vingtaine de captages va bon train, et permet d’espérer la mise au point d’un système d’alerte précoce qui permettra aux spécialistes de mieux anticiper les situations de crise, apportant ainsi une importante contribution au comité sécheresse départemental qui a pour mission de suivre les effets du changement climatique et de trouver les moyens de s’y adapter. "Le conseil général participe ainsi à l’interface entre les gestionnaires des services de distribution d’eau et de leur partenaires institutionnels : Météo France, Université de Chambéry, et services de l’Etat".

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences du site www.mairieconseils.net
 

Contact(s)

Conseil général de la Savoie

Hôtel du Département- Château des Ducs de Savoie- BP 1802
73018 Chambéry

Véronique Lotito

responsable du service communication
Veronique.lotito@cg73.fr

Christian Mourembles

chargé de l'eau à la direction de l'environnement et du paysage
Christian.mourembles@cg73.fr

Franck Lombard

vice-président, délégué au développement durable

Rénovation thermique des bâtiments publics

Une priorité du Grand Plan d’Investissement pour favoriser les économies d’énergie, réduire les émissions de CO2 et encourager le développement des énergies propres.

Haut de page