Isère

Eclairage public : diminuer la dépense sans investissement lourd (38)

Environnement

Energie

Aidée d’un "cluster Lumière", la commune de Poisat a réalisé un diagnostic éclairage public. Après remise à niveau des installations, la facture a été réduite de 37% avec un retour sur investissement en six ans.

Membre de la communauté de communes de l’agglomération grenobloise, la municipalité de Poisat (Isère) s’était engagée auprès de l’Agence de l’énergie et du climat de l’agglomération grenobloise (Alec) à diminuer ses émissions de CO2 de 14% d’ici à 2014. L’adjoint au maire délégué aux économies d’énergie, David Wager, à la recherche d'une solution a pris contact avec le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Ce dernier lui a proposé d’associer la commune au projet de "cluster Lumière", un pôle de compétitivité - créé à l’initiative de la chambre de commerce et de l’industrie de Lyon - qui rassemble industriels, bureaux d’études et centres de recherche sur le thème de la performance globale de l’éclairage public.

Une remise à niveau des installations

Au titre d’un programme expérimental, le cluster a réalisé en juin 2011 un diagnostic de l’éclairage public sur plusieurs axes de la commune qui a notamment révélé un suréclairage. Après avoir établi une cartographie de luminances, le cluster Lumière "a proposé à la commune de procéder à une remise à niveau des installations, de gérer l’ensemble des dispositifs pour réguler et abaisser la tension électrique, et par conséquent maîtriser les consommations avec un investissement raisonnable" ( ). C’est ainsi que la commune a procédé, à l’automne 2011, au remplacement des neuf coffrets électriques, dont les sept plus importants ont été reliés à des régulateurs de tension et à des horloges astronomiques élaborées : ces horloges, qui déclenchent l’éclairage public selon la luminosité et à heure fixe, peuvent aussi réduire l’intensité selon les quartiers et la fréquentation. Au lieu d’un voltage oscillant autour de 230 volts, les régulateurs stabilisent la tension électrique : non seulement ils éliminent les sauts et les décharges qui nuisent au bon fonctionnement des ampoules, mais ils rendent possibles des baisses sensibles de tension avec les mêmes ampoules (jusqu’à 180 volts). Une fois toutes les ampoules remplacées, le voltage pourra être réduit jusqu’à 170 volts. Par contre, il n’a été procédé à aucun changement de lampadaire, ni à l’implantation d’ampoule LED.

Vieillissement optimisé du parc des ampoules

"C’est un avantage conséquent de pouvoir réguler la tension selon les horaires, explique David Wager : avec 75.000 euros de budget global, la facture éclairage public a été réduite de 37% et l’émission de CO2 diminuée de 7,5 tonnes par an pour un retour sur investissement, mise aux normes comprises, en six ans maximum. Pour une petite commune comme Poisat, la démarche peut facilement s’envisager tout en préservant un maximum d’équipements. D’autant que nous comptons aussi sur le vieillissement optimisé du parc des 330 ampoules du fait de leur remplacement sur deux ans." (Poisat a bénéficié sur cette opération de subventions d’un syndicat local d’électricité, le SE38).

Information de la population et son ressenti

La commune a tenu informé la population à travers le magazine municipal et par des réunions de la commission environnement. Les habitants ont pu rencontrer les ingénieurs du CSTB et de la société en charge de l’installation des régulateurs de tension qui en a expliqué le principe. L’impact des travaux et le ressenti de la population a fait l’objet d’une étude sociologique par une école d’ingénieurs (Insa) de Lyon. Le sondage réalisé auprès des habitants ne signale aucune dégradation sur les zones concernées. "Changement des ampoules, remplacement des armoires, nettoyage des points lumineux… En fait, résume David Wager, la population ne s’est pas aperçue de grand chose ! Et il n’y a eu aucun retour négatif."

(1) "L’éclairage public en France est le premier poste de consommation d’électricité des communes (47% de la consommation et 37% des dépenses)". Rapport Dedra du CSTB – mai 2012.


Michel Léon, Titres & chapos pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net
et www.localtis.info
 

Contact(s)

Mairie de Poisat

2 place Georges Brassens
38320 Poisat
04 76 25 49 75
04 76 25 85 97
mairie@ville-poisat.fr
Nombre d'habitants : 2200

David WAGER

Conseiller municipal délégué chargé de l'environnement et des énergies renouvelables

Jacqueline GROLLIER

Secrétaire de mairie
Haut de page