Localtis

Éclairage public : le confinement remet en lumière l’intérêt des extinctions nocturnes

À quoi bon éclairer la nuit des rues désertes ? Pour réaliser des économies et les affecter aux besoins prioritaires, l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne (Anpcen) incite les habitants des communes à interpeller leurs élus sur la réduction de l’éclairage nocturne.

C’est à travers une lettre-type à télécharger sur son site que l’Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne (Anpcen) mobilise les citoyens pour sensibiliser les nouveaux maires et exécutifs locaux à l’importance de réduire les nuisances lumineuses. Un objectif public, rythmé ces dernières années par la publication d’une série d'arrêtés imposant des plages horaires d’extinction nocturne plus strictes et de nouvelles règles techniques (voir nos articles du 7 janvier 2019 et du 25 octobre 2018), mais dont l’application accuse du retard du fait du manque de contrôle.

Affecter les économies générées aux besoins sanitaires

Faire de cette crise une opportunité de réinterroger nos pratiques passerait, pour cette association, par une réflexion sur les gaspillages énergétiques : "L’éclairage public coûte deux milliards d'euros chaque année dont la moitié pour la seule maintenance du parc." En cette période de confinement de la population et d’interdiction de circulations et rassemblements, "le maintien d’éclairages extérieurs identiques aux périodes de pleine activité paraît inadapté", ajoute-t-elle en citant l’initiative prise par certaines communes d’éteindre dès 21h, 22h ou 23 h. C’est le cas dans plusieurs communes du littoral normand (Agon-Coutainville, Ouistreham). France Bleu rapporte que cette dernière vient de décider de couper la moitié d’un éclairage public fraîchement rénové et vise une économie de 15.000 euros d'ici la fin mai. Dans le Pas-de-Calais, la petite commune de Humières coupe également l’éclairage nocturne pour générer des économies et, grâce à celles-ci, acheter du matériel utile au personnel soignant.
Pour aider les collectivités, l’Anpcen renvoie vers la réglementation à respecter, un guide pratique publié en 2018 avec l’Association des maires et présidents d’intercommunalités de France (AMF) ou encore une charte d’engagements volontaires signée par 400 communes. Enfin, l’Anpcen annonce le report au 30 septembre prochain de la clôture des candidatures des communes et des territoires au label Villes et Villages étoilés. Leur dépouillement devrait avoir lieu à l'automne 2020 et l'annonce des résultats en 2021.

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page