Elus et professionnels optent pour un traitement innovant des effluents vitivinicoles

Publié le
dans

Environnement

Energie

Marne

La communauté de communes Epernay-Pays-de-Champagne a inauguré en 2007 la station d'épuration des eaux usées d'Epernay-Mardeuil, innovante aussi bien par la technologie utilisée - le traitement des boues par oxydation par voie humide -, que par son mode de financement, associant la filière vitivinicole.

La communauté de communes Epernay-Pays-de-Champagne dispose aujourd'hui de trois unités de traitement des eaux usées : la station d'épuration d'Epernay-Mardeuil, inaugurée en juin 2007, celle d'Avize, en service depuis 2004, et celle de Cramant, opérationnelle depuis les vendanges 2007.
En partenariat avec la profession vitivinicole, les équipements ont été réalisés pour traiter les effluents découlant de cette activité, en période de vendanges et de vinification. Un groupe de pilotage, constitué des représentants de la collectivité et de la profession, s'est constitué pour suivre l'application des conventions aux niveaux réglementaire, économique et technique et être l'interface entre les deux parties.

Une alternative à l'épandage des boues, vitrine pour le développement durable

Au cœur de la zone de production du Champagne, la station d'épuration d'Epernay-Mardeuil a été conçue afin de réduire au maximum son impact sur l'environnement. A l'intérieur, un circuit de visite avec surfaces vitrées permet d'accueillir le public souhaitant découvrir les différentes étapes de l'épuration des eaux usées.
Mis en service pour la première fois en Europe dans une station d'épuration, le procédé adopté Athos d'oxydation par voie humide (OVH) des boues est une technologie innovante (1). Cette technique représente une alternative à l'épandage des boues, source de pollution, qui permet de réintroduire dans le milieu naturel les constituants des rejets sans aucune nuisance.
Le coût global de la station d'épuration d'Epernay-Mardeuil s'est élevé à 26.614 millions d'euros HT. Les entreprises vinicoles, qui prennent aussi en charge une partie des frais de fonctionnement, ont participé à l'investissement à hauteur de 2.220 millions d'euros HT. L'Agence de l'eau Seine-Normandie a subventionné 40% du coût hors taxes de construction. Le reste se répartit entre les communes, le conseil général de la Marne et le conseil régional de Champagne-Ardenne.

Une opération partenariale de longue haleine

 "La volonté du président de notre communauté pour  une démarche environnementale, avec l'appui de techniciens compétents et d'entreprises réactives, nous a permis de concevoir un dispositif d'épuration innovant. Mais dans une telle opération, où de nombreux partenaires sont impliqués, il faut beaucoup de patience et de persuasion pour aboutir. Il nous a fallu dix ans pour monter ce projet !", souligne Daniel Maire, président de la commission Eau-Assainissement à la communauté. "Les effluents vitivinicoles causaient des pollutions majeures, nous avons souhaité que la profession s'associe dans le processus d'épuration. A l'exception des grands groupes, le monde vigneron a été long à convaincre car il ne voyait pas l'intérêt d'investir dans ce projet et beaucoup préféraient continuer à  épandre leurs effluents. Elus et techniciens ont longuement négocié avec les professionnels  pour montrer l'intérêt financier qu'ils retireraient de cet investissement. Car les contraintes réglementaires sont plus aisées à appliquer pour une installation collective que pour un traitement individuel des effluents et cet argument a prévalu. Nous avons dû revoir notre projet à plusieurs reprises afin de répondre aux obligations réglementaires émanant aussi bien des services de l'Etat, de l'Agence de l'Eau Seine-Normandie que de la profession. Enfin nombre d'élus étaient réticents au départ du projet. Mais aujourd'hui l'ensemble des partenaires est satisfait des résultats."

(1) Athos® est une nouvelle réponse à la problématique des boues d'épuration qui utilise le principe de l'oxydation par voie humide (OVH) couplée à un traitement biologique. Aujourd'hui 200 litres d'eaux usées génèrent 5 litres de boues brutes avant traitement. Grâce à la technique d'OVH, cette quantité de boue est au final réduite à l'équivalent d'une tasse à café.
L'OVH consiste à chauffer à haute température (250 à 300°C) un effluent, en phase liquide pressurisée (70 à 150 bars) en présence d'un gaz oxydant, dans le but de transformer par oxydation les composés organiques en un rejet gazeux propre, un liquide organique biodégradable et un solide essentiellement minéral. Cette technique permet à tous les constituants de la boue d'être recyclés, valorisés ou réintroduits dans le milieu naturel sans aucune nuisance et sans aucun traitement complémentaire.

Xavier Toutain, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis.

Communauté de communes Epernay-Pays-de-Champagne

Nombre d'habitants :

38000

Nombre de communes :

13
Hôtel de communauté - Place du 13e RG - BP 80526
51331 Epernay

Alexis Douillet

Direction Eau et Assainissement
Haut de page