Emissions de gaz à effet de serre : le CGDD pointe la contribution des ménages

Le commissariat général au développement durable (CGDD) vient de publier le bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans un nouveau format. Et livre pour la première fois les émissions directes des ménages français.

Entité placée au cœur des missions du ministère de l'Environnement, le commissariat général au développement durable (CGDD) promeut, entre autres, le développement durable au sein des politiques publiques. Il contribue ainsi au déploiement de la stratégie nationale de développement durable. Son service statistiques vient de publier le bilan des émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre, pour la première fois dans un nouveau format. 
Ce bilan répartit les émissions selon chaque branche d'activité économique. Une soixantaine de branches sont identifiées, avec un classement par grand secteur. Outre le commerce, l'hôtellerie, l'industrie manufacturière, la construction et l'agriculture figurent des branches intéressant les élus locaux. Par exemple, sur les émissions liées aux transports ferroviaires, à l'administration publique, à l'éducation ou au secteur de la santé et de l'action sociale. Ou encore à des services collectifs et publics comme l'assainissement, la gestion de la voirie ou celle des déchets.

25 années de données

Les données publiées portent sur les années 1990, 1995, 2000, 2005, puis les années 2008 à 2014. Elles concernent en tout treize substances : les gaz à effet de serre (CO2, CH4, N2O, PFC, HFC et SF6), des polluants de l'air (CO, NH3, NOx, SO2, COVNM) et les particules fines PM 10 et PM 2,5. Cette nouveau manière de présenter, ce nouveau format ont pour nom Namea-air. Ce qui signifie "National accounting matrix including environmental accounts". 
Autre nouveauté, l'apparition d'une catégorie portant sur les émissions directes des ménages. Autrement dit, les comptes Namea-Air individualisent une catégorie relative à leurs émissions directes, ventilée dans des sous-catégories logement et transport. "Les ménages sont des sources importantes d’émissions de polluants atmosphériques", souligne le CGDD dans sa synthèse. Elles sont principalement dues à la consommation d’énergie dans les logements et à la combustion de carburants automobiles.
Grâce aux travaux d'isolation thermique et à des équipements plus performants, les émissions liées au logement sont mieux "maîtrisées". Mais cette maîtrise a été estompée par l'essor des émissions associées au transport, "même si celles-ci ont tendance à diminuer depuis 2005". Résultat, les émissions de GES des ménages sont, en 2014, "à un niveau quasiment équivalent à celui de 1990, tandis que celles liées aux activités économiques ont sensiblement diminué (-23%)".

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle