Education - Emmanuel Macron veut "rendre obligatoire l'école maternelle" à partir de la rentrée 2019

Dès la rentrée 2019, l'instruction sera obligatoire à partir de l'âge de 3 ans au lieu de 6 ans actuellement, a annoncé le président de la République en ouverture des Assises de l'école maternelle, le 27 mars, afin de "corriger les inégalités devant le langage, qui est la clé de tout apprentissage".

Des disparités territoriales

Si 97% des enfants sont aujourd'hui inscrits à l'école maternelle, cette scolarisation recouvre en réalité "des pratiques profondément différentes", a poursuivi Emmanuel Macron. La fréquentation de l'école maternelle ne concerne par exemple que 80% des enfants dans plusieurs territoires d'outre-mer. Des disparités territoriales et sociales s'observent également dans le temps de présence de l'enfant à l'école, puisque nombre de parents récupèrent leur enfant en fin de matinée – et certains "pour ne pas payer la cantine". L'école maternelle n'est aujourd'hui "ni obligatoire ni pleinement reconnue", a considéré le chef de l'Etat, appelant à "construire l'égalité" en agissant sur ce levier de l'assiduité obligatoire. 
Parallèlement, le président de la République entend encourager "les innovations et les organisations" en matière d'accueil des moins de 3 ans. Il n'est toutefois pas question de rendre cet accueil obligatoire car, selon les enfants, ce n'est "pas toujours souhaitable", a-t-il souligné. Dans les quartiers les plus défavorisés, par exemple, il estime qu'il est "parfois bénéfique d’ouvrir l’école avant 3 ans, selon l’appréciation des élus et des professionnels de l’Education nationale". Il a promis que "le gouvernement donnera les moyens" pour ouvrir des classes pour les moins de 3 ans dans "les endroits où cela apparaît pertinent".

Une "école du langage et de l'épanouissement", dans laquelle les Atsem auront un rôle renforcé

Préparées par le psychiatre Boris Cyrulnik sur la demande du ministre de l'Education nationale, les assises qui se tiennent ces 27 et 28 mars ont vocation à faire de la maternelle une "école du langage et de l'épanouissement". Le développement de la mémoire chez l'enfant, le lien entre les relations affectives et les processus d'apprentissage, le rôle du sommeil ou encore de la musique sont quelques-uns des thèmes abordés lors de cette première journée. Le 28 mars, les interventions concerneront le langage, ainsi que le rôle de la communauté éducative et des partenaires de l'école – thèmes sur lesquels Localtis reviendra dans une prochaine édition.
On notera à ce jour que le président de la République a annoncé vouloir "aller plus loin" sur le renforcement du rôle des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (Atsem). "Avec les maires" et suite aux décrets publiés début mars, il s'agira d'"aller au bout de la reconnaissance", sur les plans de la formation et des conditions de statut et de rémunération, de ce personnel jugé indispensable à la réussite de l'école maternelle. 
 

INSTRUCTION OBLIGATOIRE ou OBLIGATION SCOLAIRE ?

Emmanuel Macron a bien parlé d'instruction. Car c'est l'instruction qui est obligatoire, pas la scolarité. L'instruction n'est pas obligatoirement dispensée dans un établissement scolaire, elle peut avoir lieu en famille. Dans ce cas, il y a une enquête sociale du maire pour vérifier les conditions dans lesquelles l'enfant sera instruit et une enquête du Dasen (directeur académique des services de l'Education nationale) pour vérifier le contenu de l'instruction et la progression de l'enfant.
C'est le maire qui contrôle si tous les enfants de sa commune en âge d'être scolarisés le sont réellement. A chaque rentrée scolaire, il en dresse la liste et doit signaler au Dasen ceux qui ne sont pas inscrits dans une école (publique ou privée) ou qui n'ont pas fait l'object d'une déclaration d'instruction dans les familles.
Dès lors que les élèves sont inscrits dans un établissement scolaire (public ou privé) leur assiduité est obligatoire, qu'ils soient en maternelle, qu'ils aient plus de 16 ans, ou encore que ses parents aient décidé de prendre des vacances en dehors des congés scolaires. 

 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle