Localtis, un média Banque des territoires

Empreinte environnementale du numérique : le Sénat lance une mission d'information

La commission de l'aménagement du territoire et du développement durable du Sénat a lancé ce 29 janvier une mission d'information pour évaluer les impacts environnementaux du digital en France.

Présidée par Patrick Chaize (LR-Ain), la mission d'information lancée ce 29 janvier par la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable du Sénat a pour objectif d’évaluer les impacts environnementaux directs et indirects du digital en France,  en tenant compte aussi bien des usages que de la fabrication des terminaux, des réseaux et des centres informatiques. Ses travaux, prévus jusqu'à la fin du premier semestre, visent à "dresser un état des lieux de l'empreinte environnementale du numérique", "évaluer son évolution dans les prochaines années" et "formuler des pistes d'action pour les politiques publiques concernées, afin de permettre d'engager notre pays dans une transition numérique compatible avec les objectifs de l'accord de Paris de lutte contre le réchauffement climatique", détaille la commission.
Elle aura à travailler "en évitant l’écueil que constitueraient des approches 'techno béates' ou technophobes", a prévenu le président de la commission Hervé Maurey en donnant le top départ de ses travaux, à l'occasion d'une table-ronde réunissant ce 29 janvier des experts du numérique "responsable".

Impératif de "sobriété"

"Si rien n’est fait pour changer les tendances actuelles, il est probable que le numérique représentera en 2025 une proportion aussi importante d’émissions de gaz à effet de serre que l’automobile aujourd’hui", a indiqué devant les sénateurs Hugues Ferreboeuf, expert au sein du think-tank The Shift Project. Selon lui, pour être en phase avec les engagements de l’accord de Paris, la "sobriété" s'impose : "Un Américain possède environ 13 équipements numériques aujourd’hui ; si la tendance se confirme, dans 10 ans, il en possédera 35 ; la seule façon de revenir à une trajectoire supportable est de revenir à une croissance du numérique de 15% par an au lieu de 25%".
Frédéric Bordage, fondateur de GreenIT.fr, a pour sa part insisté sur la première source d’impact environnemental du numérique, à savoir les terminaux des utilisateurs. "Nous sommes tous des drogués du numérique", a-t-il fait valoir, en mettant en garde sur le caractère critique des ressources disponibles. "Au rythme où nous consommons les principaux minerais qui permettent de fabriquer le monde moderne, dans 30 ans, il n’y aura plus de stock", a-t-il ajouté, estimant que l’heure était venue de faire des choix, notamment sur les usages de loisirs qui constituent depuis 2015 la principale source d’impact environnemental avec "des écrans toujours plus grands, un tsunami d’objets connectés et un nombre de smartphones plus important que d’individus".

Plaidoyer pour une "évaluation systématique des gains environnementaux nets"

Le président de la mission d’information, Patrick Chaize, a mis en avant l’idée d’une "évaluation systématique des gains environnementaux nets des services numériques, afin de mettre en balance leur empreinte environnementale par rapport aux solutions qu’ils apportent". Guillaume Chevrollier, sénateur LR de la Mayenne et co-rapporteur, a indiqué que la mission se pencherait également sur les outils à mettre en œuvre par les pouvoirs publics pour lutter contre les stratégies de manipulation du consommateur, fondées sur l’addiction, mises en avant par certains psychologues et neuroscientifiques.
Interrogé par le co-rapporteur Jean-Michel Houllegatte (socialiste et républicain, Manche) sur la question de l’impact environnemental du déploiement de la 5G, Frédéric Bordage a souligné que celle-ci n’était "pas nécessaire pour 98% des usages numériques". Quant à Hugues Ferreboeuf, il a estimé qu’à moyen terme, elle ne permettrait pas d’innovation majeure mais serait "concentrée sur les usages de loisirs".
La mission, qui a prévu d'auditionner les principaux acteurs français et étrangers du secteur et d'effectuer plusieurs déplacements en France, rendra ses conclusions en juin prochain.

 

Pour aller plus loin

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format