En Argonne champenoise, programme au long cours pour le Mieux Vivre Ensemble en milieu scolaire (51)

Publié le
dans

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Tourisme, culture, loisirs

Marne

Avec le programme "Mieux vivre ensemble, plus de respect, moins d'incivilités", un ensemble de partenaires locaux se mobilise pour lutter contre le harcèlement et la violence en milieu scolaire dans un territoire de la Marne. Un premier bilan peut être déjà esquissé sur les quatre premières années.

L’opération a démarré en 2012 avec une première convention de quatre ans portée par la ville de Sainte-Ménehould (Marne, 4.290 habitants), dans le cadre d’un contrat urbain de cohésion sociale (Cucs). Les acteurs locaux avaient décidé de travailler ensemble pour faire face à une situation pesante au collège : incivilités, harcèlement entre jeunes, insultes... Depuis 2016, le programme s’est élargi au territoire de l’intercommunalité.

Programme élargi à la communauté de communes

Les compétences scolaire et jeunesse ayant été transférées en 2014 vers la communauté de communes de l'Argonne champenoise (60 communes, 12.819 habitants), la convention lors de son renouvellement a été étendue à la communauté de communes. Depuis 2016, le programme multipartenaires implique un ensemble d'acteurs locaux élargis : la ville centre de Sainte-Ménehould, l’unique collège sur le territoire (600 collégiens), le département de la Marne, la CAF, la MSA, la direction des services départementaux de l’Éducation nationale, les fédérations de parents d'élèves. (voir convention en doc joint).
La ville de Sainte-Ménehould reste largement impliquée dans la coordination : même si elle n'a pas été retenue dans la nouvelle géographie de la politique de la ville, elle reste investie dans la politique de la ville en tant que "territoire de veille".

Projet au long cours

"Dès le démarrage de la convention, nous avons d'emblée travaillé pour poser les bases d’un projet qui tienne dans la durée", explique la coordinatrice de l’ancien Cucs, Sandrine Nollevalle. Raison pour laquelle les financements ont essentiellement servi à des formations à la gestion de conflits auprès des adultes et prescripteurs : enseignants, CPE, parents, gardien, assistantes sociales, retraités bénévoles et volontaires, et également pour acquérir du matériel pédagogique.

Actions prioritaires orientées sur les classes d’âges du CM2 à la 5e

La priorité a été donné à certaines classes d’âge : la 5e, mais aussi à la transition entre le CM2 et la 6e. Le diagnostic initial, réalisé en 2012, avait en effet pointé des risques plus aigus à ces âges. Les élèves de 5e bénéficient d’un module de sensibilisation de 13 heures sur la gestion positive des conflits, inclus dans leur emploi du temps, à raison d'une heure tous les quinze jours. Ces sessions sont assurées par les personnes professionnelles ou bénévoles formées à la gestion de conflit, qui interviennent en binôme. Même principe pour les élèves de 6e - avec un programme ayant pour objectif le développement des compétences psychosociales des élèves - à raison de 13 heures par an.

Miser sur les échanges entre jeunes

A la fin du parcours de formation, il est proposé aux élèves de 5e volontaires de devenir médiateurs, à l’issue d’une formation. A partir de la 4e, ils ont la possibilité d'être formés à la médiation pour être en mesure de participer à "la gestion positive des conflits par les pairs". C'est devenu une pratique courante au collège. Une salle du "mieux vivre ensemble" y a été aménagée. En cas de conflit, s'y retrouvent "les médiés" et les médiateurs. Autres exemples d’échanges entre jeunes : des projets communs entre des classes de CM2 et des 6e et des "théâtre forums".

Ligne téléphonique pour les parents

Des parents bénévoles, formés par des travailleurs sociaux, assurent une permanence pour les parents dont les enfants se sentent victimes de harcèlement, insultes, moqueries répétées... "Des travailleurs sociaux et le médecin scolaire ont constaté que des parents dont les enfants avaient été durement éprouvés avaient besoin de pouvoir parler à quelqu'un, et éventuellement de faire appel à un interlocuteur qui serve de médiateur ", explique la coordinatrice enfance jeunesse à la communauté de communes, Marianne Aubriet. Même si le nombre d'appels a diminué au fil des années (ce qui est notamment mis au crédit des actions pour rapprocher professeurs et parents), le service est maintenu.

Perspectives : élargir aux élèves du primaire

La convention 2016-2020 prévoit la continuation du module de sensibilisation des élèves de 6e et 5e, avec un élargissement aux élèves de primaire. Une expérience est lancée à la rentrée scolaire 2016-2017 avec une école-test volontaire. "Tous les enseignants de cette école ont été formés aux compétences psychosociales", précise la coordinatrice enfance jeunesse de la communauté de communes. L'accent sera mis sur la gestion des émotions. Les animateurs du périscolaire seront, eux aussi, formés pour aborder les même thèmes de façon plus ludique.
La parentalité reste un axe fort de la convention, avec le soutien officiel de la CAF et de la MSA. C'est sur cet axe que la ville de Sainte-Ménehould s'impliquera plus particulièrement avec son service d’animation social et familial.

Emmanuelle Stroesser / Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Contact(s)

Communauté de communes de l'Argonne champenoise

Groupe Buirette - Rue Renard
51800 Sainte-Ménehould
03 26 60 17 38
Nombre d'habitants : 12819
Nombre de communes : 60
Nom de la commune la plus peuplée : Sainte-Ménehould (4290 hab.)

Jean-Marc Verdelet

Vice-président délégué au scolaire et au sport

Marianne Aubriet

Coordinatrice enfance jeunesse
marianne.aubriet@cc-argonnechampenoise.fr

Commune de Sainte-Ménehould

Place Leclerc, B.P. 97
51801 Sainte-Ménehould Cedex
03.26.60.80.21
Nombre d'habitants : 4290

Sandrine Nollevalle

Coordinatrice du contrat de veille et responsable de Mosaïc
sandrine.nollevalle@ste-menehould.fr
Haut de page