Eure-et-Loir

En Eure-et-Loir, le covoiturage prend de la vitesse

En juin 2008, le département d’Eure-et-Loir lance un site internet de covoiturage. Objectif : sensibiliser les habitants à ce mode de transport alternatif et faciliter la rencontre entre conducteurs et passagers. En mars 2010, le site a dépassé le millième abonné. Afin de renforcer la visibilité de ce dispositif et simplifier les rendez-vous des usagers, le département a créé un réseau de "points covoiturage".

Dans le cadre de sa politique de développement durable, le département organise chaque année depuis 2008 l'opération "Nozidéo" qui réunit acteurs associatifs locaux et services sociaux du département pour l'organisation d'animations : randonnées pédestres ou à vélo, conférences, sorties nature... "A l'occasion de la première édition, le département a lancé son site internet de covoiturage. L'idée, était d'inciter les habitants à utiliser ce mode de transport alternatif, en engageant des actions concrètes et de long terme ", souligne Jean-Paul Mallet, président de la commission des transports

Gratuité, confidentialité, respect de la charte

La plateforme permet aux internautes de déposer gratuitement des annonces de trajet dans le département et même au-delà. "Chaque utilisateur, conducteur ou passager, crée un compte confidentiel pour enregistrer un trajet régulier ou ponctuel avec toutes les informations pratiques nécessaires : véhicule fumeur ou non, nombre de places disponibles, lieu exact de départ et d'arrivée, horaires et fréquence hebdomadaire, participation aux frais... Pour des raisons de confidentialité, l'inscription mentionne uniquement le nom, le prénom et les coordonnées mail de l'usager. Son adresse exacte n'est jamais communiquée directement aux internautes", précise Maxime Cornuau, chargé de communication au conseil général. Pour accéder au service, les utilisateurs doivent accepter la charte du covoiturage. Celle-ci énonce les règles de bon usage de ce transport alternatif : l'information (prévenir dans des délais suffisants en cas de désistement), les composantes du prix (frais d'essence, péage, parking) et la conduite. Grâce à la géolocalisation, le site calcule le pourcentage d'affinité de l'abonné avec les annonces déjà en ligne et propose automatiquement une série de trajets.

Premier bilan

Aujourd'hui, le site compte aujourd'hui plus de 1.000 abonnés, dont une centaine issue du conseil général. 70% des utilisateurs du site disposent d'un véhicule. La quasi-totalité y ont recours pour des trajets réguliers, souvent pour aller au travail. Pour 40% des trajets, la distance est supérieure à 50 kilomètres et 25% des voyages comptent entre 30 et 50 kilomètres. Depuis la mise en place du service, en juin 2008, près de 20.000 euros ont été investis dans la création et la maintenance du site.

Sensibiliser au covoiturage et mailler le territoire par des points de rendez-vous

En plus de la manifestation Nozidéo et de campagnes d'affichages ponctuelles, le département communique sur l’existence du site de covoiturage via la radio et internet. "Les insertions publicitaires passées dans la presse s'avérant peu efficaces, nous avons privilégié ces deux médias. Pour la radio, nous communiquons sur les fréquences locales ou sur les chaînes assurant un décrochage local. Sur Internet, nous sommes présent de manière occasionnelle sur le portail de quotidiens de proximité", Jean-Paul Mallet. Pour étoffer son offre, le département a inauguré, en avril 2010, un réseau de six "points covoiturage" destiné à faciliter la rencontre des covoitureurs. Situés sur des parkings de grandes surfaces ou d'équipement municipaux (piscine, médiathèque), ils sont repérables par une signalétique spécifique. "Nous avons choisi des lieux qui ne perturbent pas la circulation avec des horaires de rendez-vous, généralement tôt le matin, A la fin de 2010, quatre autres points seront créés", indique Maxime Cornuau.

En projet : des communautés de "covoitureurs" en ligne

Le département souhaite également perfectionner les fonctionnalités de son site et faciliter la mise en contact des usagers, en offrant la possibilité de créer des communautés de "covoitureurs" en ligne. A l'instar des réseaux sociaux existant sur Internet, les usagers pourront identifier et adhérer au groupe se rapprochant le plus de ses critères (trajet, fréquence, affinités…). L'expérimentation s'effectuera d'abord auprès de ses agents, pour s'étendre ensuite aux autres collectivités et aux entreprises.

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils
 

Contact(s)

Conseil général d'Eure-et-Loir

Hôtel du Département- 1, place Châtelet
28026 Chartres cedex
02 37 20 10 10

Maxime Cornuau

Chargé de communication
Haut de page