En Livradois-Forez, une ferme intercommunale pour s'alimenter en légumes bio (63)

Publié le
par
Delphine Lethu
dans

Développement économique

Puy-de-Dôme

La communauté de communes Thiers Dore et Montagne a créé une ferme intercommunale pour accueillir une production maraîchère biologique en circuit court. En 2017, trois maraîchers s’y installent. La dynamique d’un réseau agricole local bien ancré a été un atout. 

Au sein du parc naturel régional Livradois-Forez, la communauté de communes de Thiers Dore et Montagne (30 communes, près de 40.000 habitants) est confrontée à une activité agricole en déprise et insuffisamment diversifiée. Sur ce territoire rural et montagnard, la production d’élevage bovin viande est en effet majoritaire et il y a peu d'activités de maraîchage à 20 km à la ronde. "La collectivité doit accompagner la mutation du monde agricole, estime l'élu en charge de l'environnement, l'agriculture et la forêt, Jean-François Delaire. Le modèle conventionnel n'est plus satisfaisant en termes d'impacts environnementaux, de rentabilité, de qualité et de façon de travailler. La communauté de communes à un rôle à jouer pour répondre à la demande de produits sains et de qualité."

Du diagnostic foncier agricole au projet d’accueil de maraîchers

Appuyée par la dynamique du réseau agricole Livradois-Forez ,la communauté de communes réalise en 2010 un diagnostic foncier agricole, qui pointe l’existence de friches ainsi que des possibilités de restructuration foncière et de diversification agricole. La communauté de communes était propriétaire de 3,5 hectares de terres en friches, acquises dans le cadre de la construction de la maison de retraite, adaptées à une activité de maraîchage (le bio n’était pas dans l’appel à projet). Défrichage, irrigation et construction d'un bâtiment agricole de 200 m² permettent à la communauté de communes de créer une véritable installation pour la production maraîchère : en 2017, la ferme intercommunale est mise en place, pour un budget total de 200.006,59 € HT (voir en encadré le détail des aides via le réseau agricole Livradois-Forez).

Une dizaine de dossiers en réponse à l’appel à candidatures

Reste à la communauté de communes à trouver les bons candidats pour leur déléguer la gestion de cette ferme "clé en main", via un bail rural à clause environnementale de 9 ans. Une dizaine de candidats maraîchers répondent à l’appel lancé en 2014 par la communauté de communes. Au final, le choix se porte sur trois jeunes agriculteurs non issus du monde agricole. "Nous avons choisi des profils motivés et expérimentés, répondant à nos exigences : une production biologique et un engagement pour la distribution locale", souligne l'élu.

Trois maraîchers accompagnés et rapidement organisés en Gaec

Le montage et le suivi du projet de ferme intercommunale ont été assurés par un technicien de la communauté de communes. En 2017, les maraîchers démarrent en exploitations individuelles, accompagnés par la Chambre d'agriculture. Quelques mois plus tard, ils s’associent au sein d’un groupement agricole d’exploitation en commun (Gaec), la ferme du Chandalon (63250 Arconsat). La majeure partie de la production est écoulée en vente directe, sur deux marchés et dans les magasins biologiques du territoire.

Sensibiliser et former les acteurs de la restauration collective

La ferme intercommunale alimente également certains établissements scolaires. Pour favoriser la montée en puissance des produits locaux et bio dans la restauration collective, la communauté de communes a répondu à un appel à projet lancé par la région en 2015 "Territoire Bio à encourager" qui a permis de lancer un programme de formation auprès des acheteurs et cuisiniers de restauration collective.

Elle a travaille aussi, dans le cadre du projet alimentaire territorial (voir encadré), à l'approvisionnement de sa cuisine centrale qui livre les centres de loisirs, le multi accueil, les établissements  pour personnes âgées et les repas à domicile.

Dynamique de coopération entre collectivités : un atout de taille

En 2018, le Département a mis à la disposition de l'intercommunalité un animateur agricole pour une durée de trois ans : sa mission porte sur le maintien d'actifs agricoles et l'accompagnement de la cession d'exploitations agricoles. Par ailleurs, la communauté de communes tient à jour une base de données des agriculteurs en cessation d'activité. La collectivité réalise ainsi un travail de terrain complémentaire à l'action de la chambre d'agriculture. "Un avenir en agriculture est possible, c'est le message fort envoyé aux jeunes du territoire" conclut l’élu. 

Le réseau agricole Livradois-Forez, un travail partenarial de longue date

Initié et piloté par le parc naturel régional Livradois-Forez, le conseil départemental du Puy-de-Dôme et neuf communautés de communes, le réseau agricole Livradois-Forez ambitionne de maintenir une agriculture dynamique et créatrice d’emplois. Il intervient sur trois axes principaux : la transmission, l’installation et la restructuration foncière. De 2005 à 2017, le réseau agricole a accompagné la réalisation de diagnostics fonciers dans chaque communauté de communes du périmètre. Suite à la fusion des communautés de communes en 2018, les missions du réseau agricole ont été reprises par le département qui a voté la création de 12 postes d'animateurs agricole et forestier sur l'ensemble de son territoire, mis à disposition des intercommunalités.

Projet alimentaire territorial Grand Clermont, Livradois-Forez

En 2017, le pôle d’équilibre territorial et rural (PETR) Grand Clermont et le parc naturel régional Livradois-Forez sont lauréats ensemble de l’appel à projets du programme national pour l’alimentation. Les deux structures ont obtenu un soutien du ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt et de l’Ademe pour élaborer un projet alimentaire territorial commun.

Communauté de communes Thiers Dore et Montagne

Nombre d'habitants :

39500

Nombre de communes :

30
47 avenue du Général de Gaulle
63300 Thiers
contact@cctdm.fr

Jean-François Delaire

Vice-président délégué à l'environnement, l'agriculture et la forêt

Maléka Fournier

Directrice du pôle Aménagement territorial
Haut de page