En Seille et Mauchère, art contemporain et patrimoine rural se conjuguent

Publié le
dans

Tourisme, culture, loisirs

Meurthe-et-Moselle

Dans le cadre de l'action "les Nouveaux Commanditaires", lancée par la Fondation de France en 1991, la communauté de communes de Seille et Mauchère (Meurthe-et-Moselle) a soutenu quatre commandes d'ouvrages contemporains liés au patrimoine local. En cela, elle a donné aux habitants l'opportunité d'initier des projets artistiques et de contribuer à créer un vivier d'oeuvres contemporaines, permettant d'accroître et de diversifier les potentialités touristiques du secteur et de promouvoir une politique culturelle.

Conçu par l'artiste plasticien François Hers, le programme "les Nouveaux Commanditaires" de la Fondation de France a été lancé en 1991 : avec plus de 200 commandes d'oeuvres sur l'ensemble de l'Hexagone et l'implication de plus de 450 partenaires financiers, cette action montre l'engouement citoyen autour de l'art contemporain - toutes disciplines artistiques confondues - et du développement de l'espace public local. L'originalité du projet réside dans l'opportunité donnée aux habitants de formuler leurs attentes pour la réalisation d'oeuvres d'art contemporains sur leur lieu de résidence : en effet, chacun peut être à l'origine d'une commande d'oeuvre d'art en relation avec le patrimoine local et choisit également l'artiste assigné à sa création. Sollicitée par la Fondation de France, la communauté de communes de Seille et Mauchère (20 communes, 7.500 habitants) a souhaité participer à ce programme afin de constituer un patrimoine contemporain sur son territoire. "Nous avons jugé ce projet pertinent, car il proposait une méthodologie rigoureuse et un concept de réalisation originale en mettant les citoyens au coeur du projet", explique Jacques Florentin, président de la communauté de communes de Seille et Mauchère et maire de Lanfroicourt. "C'était l'opportunité de travailler  sur les nombreuses traces laissées par les combats de la Grande Guerre sur notre paysage et  l'occasion de restaurer une petite partie de notre petit patrimoine bâti." Entre 1999 et 2003, quatre communes ont ainsi réalisé chacune un projet artistique en lien avec leur histoire.

 

Des oeuvres d'art contemporain qui font écho à la mémoire des villages

Dans le plus petit village de la communauté de communes (Phlin, 43 habitants), les habitants ont commandé la restauration d'un lavoir construit en 1852 et transformé au cours du temps en abreuvoir pour animaux. "Situé au centre du village, ce petit monument fait partie intégrante de l'identité de Phlin. Après réfection et remise en eau, l'artiste a créé une oeuvre au centre du lavoir", souligne Chantal Chéry, vice-présidente en charge du pôle "Améliorer le cadre de vie" à la communauté de communes de Seille et Mauchère et maire de Chenicourt. A Lanfroincourt (130 habitants), la fontaine Saint-Gengoult a été ornée d'une sculpture en bronze : "Dans le temps, l'eau était le point de rassemblement du village. La fontaine était située dans un secteur en friche et les habitants ont souhaité lui redonner son statut d'antan." A Raucourt (184 habitants), l'aménagement d'un jardin public aux alentours de la mairie a été l'occasion de construire un bâtiment moderne : "Inaugurée en 2003, l'oeuvre a fait l'unanimité, même si elle est d'une forme atypique et de couleur vive. C'est aujourd'hui devenu un lieu privilégié de rencontres avec des espaces de jeux et de détente, notamment un terrain de quilles couvert, jeu traditionnel très prisé dans ce village", souligne Jacques Florentin. Enfin, dernière oeuvre au tableau : le lettrage rouge de la mairie de Leyr (906 habitants). Création originale et moderne, c'est celle qui a suscité le plus de polémiques. "Tout l'espace public a été repensé, la place de la mairie complètement réaménagée et l'enrobé de bitume de la route départementale qui la traversait teinté en rouge", indique Chantal Chéry. Une fois abouties, les oeuvres sont la propriété juridique des communes, qui restent responsables de leur entretien. Enfin, dans la volonté de produire un patrimoine d'art contemporain commun sur son territoire, la communauté de communes de Seille et Mauchère a identifié ces oeuvres à l'aide de panneaux signalétiques.

 

A Phlin, presque toute la population a participé au projet... 

La communauté a proposé à toutes les communes de participer à cette action : quatre se sont portées volontaires à raison d'une commande par village. "Souvent, dans les petites collectivités, ce sont les élus qui prennent la responsabilité des commandes. Nous avons cependant veillé à faire des citoyens les porteurs du projet, en les accompagnant seulement dans leur réflexion, souligne Jacques Florentin. Nous avons ainsi constitué des groupes à l'échelle de chaque commune : à Lanfroincourt par exemple, nous avons sollicité les 130 résidents par courrier et 30 personnes ont répondu présent, élus et citoyens de toutes générations confondues." A Phlin, presque toute la population a participé au projet. "Pendant quatre à six mois selon l'ampleur du projet, chaque commune a organisé des réunions pour définir le thème de l'oeuvre. Ensuite, la direction régionale des affaires culturelles (Drac) a apporté une aide technique en sélectionnant deux à trois artistes de son catalogue. Ces derniers ont présenté leurs créations aux habitants, à eux de choisir celle qui répondait le mieux aux attentes collectives", explique Chantal Chéry. Une fois l'artiste sélectionné, il a mis son projet à l'oeuvre dans des délais variables en fonction de l'envergure de la réalisation et des difficultés rencontrées en cours de route. Le coût et le montage financier étaient différents pour chaque création, mais en moyenne, la communauté de communes de Seille et Mauchère a participé à hauteur de 10 à 15% pour les petits ouvrages, et de 20 à 30% pour les réalisations plus importantes. Par exemple, l'embellissement de la fontaine Saint-Gengoult à Lafroincourt est estimé à 15.000 euros : 13% proviennent de la Fondation de France, 26% de la Drac, 26% de l'intercommunalité, 27% du conseil général et 8% du conseil régional. Le projet le plus onéreux (200.000 euros comprenant des travaux de voierie) concernait le village de Leyr et a bénéficié, en plus, d'un soutien du département pour ce qui est de sa compétence voirie de l'ordre de 8%. Pour donner une continuité à l'implication citoyenne dans les projets artistiques de leurs communes, l'intercommunalité a récemment apporté un soutien financier, dans le cadre des contrats animation jeunesse territorialisés, à l'opération "Tot'm" avec d'autres partenaires institutionnels.

 

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Communauté de communes de Seille et Mauchère

23, route de Pont-à-Mousson
54600 Nomemy

Jacques Florentin

Président et maire de Chenicourt

Chantal Chéry

Vice-présidente en charge du pôle "Améliorer le cadre de vie" et maire de Chenicourt
Haut de page