Encourager les collégiens et les lycéens à se déplacer à vélo, telle est l’ambition de Vélo's Cool

Désireuse de s’engager dans un système d’ensemble encourageant les déplacements à vélo, la communauté de communes du Territoire de Lunéville à Baccarat a lancé en 2018 le dispositif Vélo’s Cool en direction des collégiens et des lycéens. 

Fin 2018, la communauté de communes du Territoire de Lunéville à Baccarat (43 communes, 43.000 habitants) faisait une première acquisition de 250 bicyclettes en vue de les prêter à l’année à de jeunes collégiens et lycéens pour se rendre dans leur établissement scolaire. Un modèle de vélo haut de gamme avec clignotants et freins hydrauliques, complété d’un pack de sécurité avec casque, antivol, brassard, gilet réfléchissant, et cape de pluie. 
Depuis la rentrée 2019, soixante jeunes de Lunéville et de trois communes limitrophes, qui habitent à moins de 5 kilomètres de leur collège ou lycée, ont souscrit une convention de prêt avec la collectivité (avec une caution de 75 €) et rejoint ainsi le peloton de leurs 300 camarades qui se rendaient déjà dans leur établissement avec leur vélo personnel. 

Formation à l’usage de la route

Au-delà de l’achat des bicyclettes (fabriquées en Lorraine par une entreprise d’économie sociale et solidaire), la collectivité a conçu un dispositif complet, comprenant en particulier une formation à l’usage de la route. Mis en place dès 2018 sur le temps scolaire en primaire (CM2), ce cycle initial de 13 à 17 heures est obligatoire pour les élèves de CM2. Cette formation se fait sur la base du volontariat pour les élèves du collège et du lycée mais devient obligatoire pour les élèves de 6e et 5e souhaitant se voir remettre un vélo’s cool. Elle comprend des cours de Code de la route cycliste et une sortie test. A l’issue de la formation sont délivrés des "pass vélo’s cool", qui attestent de la capacité de l’élève à être autonome sur la voie publique, seul ou en groupe, et du même coup à recevoir le vélo attribué par la communauté de communes.
"Un an après le lancement de l’opération, je constate que la première urgence, c’est de rassurer les parents, explique Laurent de Gouvion Saint-Cyr, le président de la communauté de communes. La formation initiale que nous avions mise en place, dès 2018, dès le CM2 auprès des futurs collégiens, a eu cet effet."
Cette formation gratuite a été étendue à deux regroupements scolaires en zone rurale, avec l’ambition de couvrir, d’ici deux ans, l’ensemble des écoles des 43 communes de la communauté de communes. 

Deux objectifs : se déplacer à vélo et améliorer les infrastructures 

"L’opération Vélo’s Cool, précise l’élu, comporte deux enjeux : le premier c’est d’amener les jeunes et leurs parents à se déplacer à vélo ; le deuxième, c’est d’inciter les maires à investir sur notre territoire pour améliorer la sécurité des infrastructures routières, et réduire les points noirs, à Lunéville en particulier. Ainsi, dans le cadre d’un plan cyclable élaboré à l’échelle de l’agglomération en partenariat avec le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), les mairies ont entamé un programme de sécurisation des itinéraires cyclables (marquage au sol, signalétique, stationnement, etc.)
Le projet Vélo’s Cool a été mené en concertation avec les maires des quatre communes, les directeurs d’école et les responsables de l’Éducation nationale. Des arceaux de stationnement ont été installés devant les établissements, et des salles ont été mises à disposition pour la formation". "Au vu de la montée en charge, ajoute l’élu, nous espérons pouvoir confier d’ici l’été 2021 les 400 vélos prévus dans le programme, nous inscrivant ainsi parfaitement dans le plan "Savoir rouler à vélo" du Gouvernement".

300 vélos : un budget de 200.000 €

L’opération représente un investissement global de 200.000 euros pour la collectivité (qui a bénéficié de subventions de l’État, en particulier 30.000 € grâce au programme Action Cœur de ville) de l’Ademe pour un montant maximal de 14.000 euros pour la création d’une étude d’un schéma directeur vélo, pour un montant maximal d’aide de 40.421 euros pour la vélo école et enfin un montant maximum de 10.500 euros pour des dépenses de communication. Le coût de fonctionnement est estimé à 65.000€ par an. (En 2019 : le coût de la formation est de 30.000€ et 35.000€ pour la partie maintenance). 
Le dispositif a entraîné la réduction du nombre de navettes scolaires de 6 à 3, sachant qu’elles étaient largement sous-utilisées (200 usagers sur 500 inscrits) Soit une diminution d’environ 50.000€. 

Maintenance des vélos assurée localement 

Pour assurer la maintenance des vélos, la collectivité s’est tournée vers une association locale d’insertion qui répond dans l’urgence en cas de petite panne, et accompagne les jeunes pendant les premières semaines pour leur apprendre à entretenir leur bicyclette. Quant au volet formation, il est assuré par deux représentants d’une association locale d’usagers, ils ont déjà suivi plus de 400 jeunes. Ce qui représente le recrutement d’1,5 équivalent temps plein.

Haut de page