Val-de-Marne

Entre festival et université populaire, le Val-de-Marne au fil de l'eau et du développement durable

Tourisme, culture, loisirs

Environnement

Energie

Rendez-vous de la Seine et de la Marne, entre boucles et méandres, guinguettes et zones humides préservées, sports nautiques et usines productrices d'eau potable, le Val-de-Marne compte quarante villes au bord de l'eau sur les quarante-neuf que compte le département. C'est de cette omniprésence qu'est né, en 2001, le festival de l'eau : "Une idée qui m'est venue comme une évidence", explique Jacques Perreux, vice-président du conseil général.

Le festival de l'OH est le point culminant d'une démarche d'éducation populaire auprès des publics scolaires et adultes, dans et hors le département, sur le thème de l'eau et du développement durable. Cette initiative-phare du conseil général emporte depuis l'origine un très vif succès. Elle se déroule en trois étapes. La première est la découverte du territoire du Val-de-Marne par ses habitants, en bateau : les villes sont reliées entre elles par des escales où se déroulent, selon les thèmes et les années, toutes sortes d'animations. "Certaines participantes, explique tendrement Jacques Perreux, racontent qu'à défaut d'aller un jour à Venise, elles feront leur croisière dans le Val-de-Marne." Deuxième étape, être une terre d'accueil pour les militants de la préservation de la planète du monde entier : des péniches, des bistrots et des centres culturels accueillent une université populaire au cours de laquelle tous les sujets liés à l'eau sont traités (service public ou marchandisation de l'eau, l'eau dans les cultures du monde, le rôle de l'eau dans les religions...). Depuis 2005, des conférences-débat, animées par des militants, des experts ou des chercheurs, se déroulent le mardi entre 19 et 21 heures à l'Agence de développement du Val-de-Marne (Ivry) : elles attirent 80 à 120 passionnés par semaine. "Jusqu'au 22 mars, Journée mondiale de l'eau, précise Jacques Perreux,"tous les thèmes qui entrent dans le vaste champ du développement durable sont abordés, puis les conférences sont centrées sur le thème exclusif de l'eau. En 2006, c'est un spécialiste allemand de la filière professionnelle de l'eau de pluie qui est intervenu sur le thème : peut-on gérer l'eau autrement ?" Chaque année, le Val-de-Marne invite également les riverains d'un fleuve d'un autre pays. L'objectif est la découverte, le partage, l'éducation. "Nous avons eu des invités du Maghreb, du Brésil... Ces invités d'honneur donnent une coloration toute particulière aux escales du festival : musiques, senteurs, saveurs, contes des pays autour de l'eau, chants, danses...". Troisième étape, sensibiliser les collégiens du département à la préservation et au respect de l'eau. Cette activité qui permet au conseil général de toucher chaque année 5.000 adolescents lui a valu en 2006 le Ruban du développement durable.

Un investissement de plus de deux millions d'euros et une part importante de main-d'oeuvre bénévole

Le conseil général s'appuie sur une équipe permanente de dix personnes, mais au total, avec la contribution de ses nombreux partenaires (villes riveraines des cours d'eau du département, syndicat de l'eau d'Ile-de-France, Voies navigables, Port autonome de Paris, ainsi qu'un grand nombre d'associations), ce ne sont pas moins de 1.000 personnes qui participent au bon déroulement du festival, bénévoles compris.
L'enveloppe globale consacrée par le conseil général au festival est de 2 millions d'euros, soit environ un millième de son budget annuel, auquel il faut ajouter les contributions des partenaires. Toutes les manifestations sont gratuites, excepté les promenades en bateau, qui coûtent deux euros par jour et par personne. Les fonds ainsi récoltés sont reversés à un projet de solidarité autour de l'eau. En 2005, ils ont servi à construire une bibliothèque en forme de bateau-livre pour les enfants de la ville de Belém (embouchure de l'Amazone). En 2006, les 20.600 euros réunis permettront de restaurer cinq puits dans la palmeraie de Beni-Isguen (Sud algérien).

Une participation de plus en plus nombreuse

Le festival nécessite la mise en place de mesures importantes de sécurité sur les bateaux ainsi que sur l'ensemble des berges parcourues par le public. "Grâce à cette attention de chaque instant, en six ans de festival, nous n'avons eu à déplorer aucun accident", se félicite Jacques Perreux. Une quarantaine de réunions de bilan ont déjà été organisées pour en tirer tous les enseignements. Chaque année, il y a de plus en plus de participants venus de tous horizons.  "Les Val-de-Marnais sont très fiers de leur festival, le bouche-à-oreille fonctionne très bien et les familles des régions viennent pour l'occasion participer à la magie de cette fête sur l'OH... comme son nom l'indique", conclut avec un grand sourire Jacques Perreux.

Contact(s)

Conseil général du Val-de-Marne

Délégation générale citoyenneté et développement durable - Hôtel du Département - 21-29 av. du Général de Gaulle
94011 Créteil
Nombre d'habitants : 1250000

Jacques Perreux

Vice-président chargé de l'eau, de l'assainissement et du développement durable

Agence du développement du Val-de-Marne

23 rue Raspail
94200 Ivry-sur-Seine
01 43 99 84 63
developpement.durable@cg94.fr

Contact

Service du Festival de l'OH (Festilo)

Immeuble "Thalès" - 25 rue Olof-Palme
94006 Créteil
01 49 56 86 24
01 49 56 89 00

Contact

Rénovation thermique des bâtiments publics

Une priorité du Grand Plan d’Investissement pour favoriser les économies d’énergie, réduire les émissions de CO2 et encourager le développement des énergies propres.

Haut de page