Haute-Loire

Sylvain Baudet

ERE43, l'innovation sous toutes ses formes au service de la transition énergétique et du ré-ancrage de la valeur sur le territoire (43)

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Implantée en Haute Loire sur le plateau du Velay, ERE 43 est une société coopérative d’intérêt collectif (7 emplois, pour 450 k€) qui propose un service de fourniture de chaleur aux collectivités, particuliers et entreprises locales. Elle a développé un modèle d’activité reposant sur la valorisation de la ressource bois locale, l’intégration verticale des maillons de la chaîne de valeur de l’amont forestier à la maintenance des installations, en substituant la fourniture d’un service global de chaleur à la vente de produits ou de prestations de service sur un ou plusieurs maillons de la filière. Un modèle d’activité inspiré à la fois des principes de l’économie de la fonctionnalité et de l’économie circulaire permettant de s’inscrire dans une perspective de gestion vertueuse et sobre des ressources. Une approche également fondée sur le pragmatisme entrepreneurial et sur un mode de gouvernance démocratique, générateur de valeur économique, environnementale et sociale et source de multiples innovations - de produits, de gouvernance, de process, de financement, etc. - qui lui permettent aujourd’hui de dépasser les handicaps liés à sa situation géographique.

Créée au début des années 2000, ERE 43 intervient sur environ un quart du département de la Haute Loire, correspondant peu ou prou à l’arrondissement d’Yssingeaux. Sur ce territoire rural peu dense de moyenne montagne situé à l’écart des centres urbains, elle a tiré parti d’un contexte géographique marqué par des hivers longs et très froids, et par la présence d’un couvert forestier représentant la moitié de la superficie des terres pour positionner son offre sur la fourniture de chaleur, valorisant la ressource bois locale.
La démarche entrepreneuriale est au départ portée par quelque individus qui cherchaient sur ce territoire n’offrant que peu de débouchés économiques - en particulier pour les diplômés du supérieur - les moyens de vivre et travailler sur place. Le projet opérationnel se construit sur une base associative autour d’une innovation technique qui repose sur la conception d’un système de chaufferie modulaire, installable hors bâtiment, aussi bien dans les espaces privatifs que sur les espaces publics et ayant vocation à desservir, via des réseaux de chaleur souterrains, des micro-ensembles d’habitations, maisons individuelles, bâtiments publics et privés.

Modèle économique fondé sur l’intégration verticale de la filière et la fourniture de services

Constatant que la vente de matériels lourds de chauffage est, compte tenu des montants financiers à engager, incompatible avec le statut d’auto-entrepreneur visé par les partenaires du projet, une première innovation majeure est mise en œuvre. Elle porte sur le modèle économique : ERE43 n’assurera pas la vente classique de matériels mais proposera un service de fourniture de chaleur. Atypique en milieu rural, ce modèle d’activité doit être sécurisé pour être viable. Se présente alors une difficulté : au sein de la filière sur laquelle ERE43 s’est positionnée, certains maillons de la chaîne de valeur comme la fourniture des installations de chauffage ou leur maintenance sont rentables, et d’autres comme le débardage ou le broyage du bois, ont un modèle économique plus fragile avec des marges plus faibles. Et cette problématique est d’autant plus difficile à dépasser sur ce territoire peu dense qu’il n’est pas possible de jouer sur les volumes d’activités pour accroître les marges. Constatant ainsi, après de premiers essais, que l’activité ne pourra pas être viable en la faisant reposer sur une fonction de coordination et de recours à des prestations externalisées, l’activité se structure alors sous forme coopérative sous statut SCIC, intégrant l’ensemble des compétences nécessaires en son sein. La fourniture du service est alors sécurisée : la SCIC assure le chaînage des intervenants de l’amont à l’aval, des activités de débardage en forêt jusqu’à la pose, de l’approvisionnement à la maintenance des installations. Cette organisation intégrée permet d’assurer une certaine forme de péréquation financière entre les activités viables et celles qui ne le sont pas. Elle a également pour vertu d’ancrer de la valeur et de concentrer l’ensemble des compétences nécessaire à la viabilité de l’activité sur ce territoire isolé.

Modèle d’activité sous-tendu par la volonté d’assurer une gestion durable de la ressource bois locale

ERE43 a construit son modèle d’activité avec pour préoccupation centrale d’assurer une valorisation durable de la ressource bois locale. Cela se traduit par la mise en place d’approches différenciées et maîtrisée des prélèvements réalisés sur la ressource en forêt. Avec des pratiques soucieuses des équilibres écologiques et de la préservation de la qualité des sols, ERE43 privilégie une approche hiérarchisée des usages du bois. Seuls les rémanents et les pièces non valorisable en bois d’œuvre, sont ainsi valorisés en bois de chauffage. ERE 43 paie le bois aux propriétaires et s’assure qu’il est coupé correctement. Ces pratiques se distinguent de celles relevant d’opérateurs de la filière positionnés sur le segment de la collecte et de la fourniture de bois de chauffage dont le modèle économique les amène à faire levier sur les ressorts de productivité pour accroître leur marge, en jouant à la fois sur les volumes récoltés et en faisant pression sur les coûts de production. Cette logique peut conduire ces opérateurs à tirer parti de l’extrême morcellement de la propriété forestière pour opérer des coupes à blanc en forêt, sans tenir compte des enjeux écologiques et en visant les parcelles qui semblent délaissées par leurs propriétaires pour ne pas avoir à les rémunérer.
L’approche intégrée de la gestion durable de la ressource forestière revendiquée par ERE43 se nourrit également d’une culture de la coopération inscrite au cœur du modèle de gouvernance de la SCIC. A titre d’illustration, la société a ainsi construit des coopérations de proximité, avec une menuiserie implantée en proximité qui lui cède ses sous-produits de sciages pour les valoriser en bout de cycle en bois de chauffage.

Approche par la fonctionnalité du service rendu permettant de concilier viabilité économique et gestion sobre des ressources

L’approche par la fonctionnalité du service rendu proposée par ERE43, doublée d’une approche durable de la gestion forestière inspirée des principes de l’économie circulaire favorise la convergence voire l’alignement des intérêts entre la coopérative, d’une part, et ses clients, fournisseurs, collectivités territoriales garante de l’intérêt général, d’autre part, sensibles, par le niveau et la qualité du service rendu et/ou par une approche vertueuse et durable de la ressource bois mobilisée.

Vertus d’un modèle économique assurant la garantie de service apportée aux clients

ERE43 s’engage sur un niveau de prestation de service global et non pas sur une logique de fourniture de matériel ou de prestation sur un ou plusieurs maillons de la chaîne de valeur. Dans ce cadre, toute rupture dans la fourniture de chaleur, qu’elle soit liée à un défaut d’approvisionnement en combustible où à une panne de matériel, est imputable au fournisseur de chaleur qui risque de se voir appliquer des pénalités, en vertu du contrat passé avec ses clients. Son intérêt porte donc la société à prévenir toute défaillance ou trouver au plus vite une solution en cas de problème pour assurer la fiabilité et la continuité du service.

Enrichissement de l’offre de service par une fonction de conseil à la sobriété énergétique

Dès lors qu’ERE43 s’engage sur un service de fourniture de chaleur, à un prix défini en amont par voie contractuelle, son intérêt s’aligne sur celui de ses clients : contrairement à un modèle fondé sur la vente d’une prestation ou de biens (ex : réparation de matériel de chauffage, vente de combustible,…) où l’accroissement du chiffre d’affaires de l’entreprise passe par l’accroissement des dépenses de la clientèle, l’approche fondée sur la fonctionnalité permet d’aligner l’intérêt d’ERE43 sur celui de ses clients. Ce modèle d’activité engage ainsi l’entreprise à prodiguer les conseils les plus avisés sur les bonnes pratiques de consommation, les systèmes de chauffage efficients, ou encore sur les bonnes techniques constructives (chauffage par le sol, positionnements des radiateurs, isolation thermique,…) qui doivent permettre de réduire la consommation et s’inscrire ainsi dans une logique de sobriété énergétique.

Accroissement du niveau de service par la recherche d’efficience et d’innovation dans la chaîne logistique :

Dès lors que la prestation porte sur de la fourniture de chaleur, ERE43 a intérêt pour un prix donné à optimiser l’ensemble de ses coûts de production. Cela se traduit notamment par des innovations dans la chaîne logistique : plutôt que d’envisager une plateforme centrale de stockage du bois, inadaptée sur ce territoire de faible densité de population, l’idée consiste à laisser le bois de coupe sur place dans les forêts et en de nombreux endroits du territoire. Avec l’appui d’une application numérique développée pour les besoins du projet, il devient alors possible de repérer en fonction des lieux de livraisons, les stocks d’approvisionnement qui limitent les déplacements et les coûts.

Gouvernance multi-partenariale ou la valorisation des ressorts de la confiance au service de la coopération territoriale et de la co-construction de solutions efficientes

Les statuts de la SCIC permettent aux partenaires d’ERE43 d’avoir accès et de participer aux instances de gouvernance de la société, et d’avoir ainsi la transparence sur la gestion des comptes, la stratégie, les pratiques de gestion forestière, les rémunérations des salariés, etc. Ce modèle de gouvernance ouvert est de nature à "sceller" un rapport de confiance entre les parties prenantes, en leur donnant accès à des informations stratégiques qui auraient été à défaut difficilement accessibles.
L’alignement des intérêts des parties, la relation de confiance instaurée entre les parties prenantes, le cas échéant institutionnalisée et renforcée par une participation au capital et aux instances de gouvernance de la SCIC, conduit à instaurer un modèle de relation moins fondé sur la logique classique clients-fournisseur, ou prestataire de services-client aux intérêts divergents, que sur une logique de coopération, conçue pour permettre de faire avancer les intérêts de chacune des parties. Cet alignement des intérêts fournit le cadre de nouvelles formes d’interactions entre les parties prenantes fondées sur la co-construction dans le but d’apporter des réponses ajutées au plus près des besoins.

Implication de la collectivité locale, ou la co-construction de solutions au service d’un projet territorial d’intérêt général

Les différents arguments relatifs aux vertus du modèle d’activité et de gouvernance de la SCIC ERE43 constitue la toile de fond de l’engagement du maire de Mazet Saint Voy, une commune de 1.000 habitants située sur le plateau du Velay, en faveur du projet porté par ERE43. Porteur d’une vision politique plaçant les enjeux écologiques globaux, et l’ancrage de l’activité et de l’emploi au cœur de son projet politique, il a d’une part, fait le choix d’appuyer le recours de la collectivité aux prestations de la coopérative pour assurer le chauffage d’équipements publics (école, bâtiments administratifs,…). La solution proposée par ERE43 a pu être retenue dans le cadre des marchés publics par la définition de critères mettant en avant des aspects extra financiers, liées aux externalités positives générées par l’entreprise dans le cadre de son activité (impact sur l’environnement en particulier, services éco-systémiques rendus par l’activité,…). Une démarche de co-constrution d’une solution innovante et inédite associant la collectivité et la société a en amont été menée pour adapter le cadre juridique et technique de la délégation de service public de service au contexte d’une petite commune en milieu rural. D’autre part, reconsidérant la place de l’élu en accompagnement des dynamiques entrepreneuriales porteur d’enjeux collectifs, le maire de Mazet Sainte Voy a eu un rôle de facilitateur pour asseoir l’activité d’ERE43 et l’aider à se développer.
Son action a emprunté plusieurs voies :
- Intervention sur la voierie, à l’occasion de l’enfouissement de réseaux électriques, en demandant à creuser des tranchées plus larges que prévues initialement pour le seul passage des réseaux électriques afin de tenir compte des gabarits des réseaux de chaleur ;
- Mise à disposition d’un terrain public à bas prix pour permettre le stockage du bois ;
- Cautionnement de la collectivité auprès des banques pour la construction d’un bâtiment de stockage ;
- Participation du maire à la négociation avec les banques et mutualisation des emprunts contractés par la collectivité avec ceux de l’entreprise ;
- Intermédiation auprès d’habitants pour faciliter l’implantation de chaufferies modulaires sur des espaces privés.

Enfin, la municipalité est entrée au capital de la SCIC, ce qui lui permet d’avoir accès aux informations stratégiques, de sceller une relation de confiance construite dans la durée sans pour autant prendre part aux décisions qui relèvent des choix stratégiques de l’entreprise. Pour ERE43 cette participation de la collectivité permet de s’imprégner des enjeux et de "l’ambiance" politique et renforce sa légitimité d’acteur intervenant au service de l’intérêt collectif.

Cette monographie a été rédigée dans le cadre du dossier Entrepreneuriat de territoire décrivant des dynamiques innovantes portées au sein des territoires.

Contact(s)

SCIC ERE43

43200 YSSINGEAUX

Jacques Villevieille

Gérant
Jacques.villevieille@ere43.fr
Haut de page