ESS : La Banque des Territoires s’engage en faveur de la transition alimentaire

La crise sanitaire a replacé la question de la transition alimentaire et de la production locale au cœur des préoccupations. Favoriser les circuits-courts, redonner plus d’autonomie alimentaire à notre pays, encourager une production respectueuse de l’environnement, tout en préservant la biodiversité, toutes ces questions sont plus que jamais d’actualité. La Banque des Territoires engagée pour des territoires plus inclusifs et durables, soutient le mouvement « Terre de Liens » qui s’implique dans la sauvegarde des terres agricoles et l’installation de jeunes agriculteurs.

Replacer la question de l’alimentation au cœur des territoires

C’est dans une prise de conscience, de plus en plus généralisée, que s’inscrit l’action de la Banque des Territoires : celle de relocaliser notre alimentation en favorisant les circuits de proximité et, par ce même biais, l’autonomie alimentaire.

L’enjeu est d’autant plus de taille dans un contexte de crise où la chaîne alimentaire, mondialisée, révèle des failles et des fragilités. Aussi, ayant à cœur la redynamisation des zones rurales et la création d'emplois locaux, la Banque des Territoires s’engage en faveur de projets d’économie sociale et solidaire qui visent notamment à assurer la disponibilité d’une nourriture accessible et en quantité suffisante pour tous.

La transition alimentaire, quésaco ?

Thématique d’actualité, la transition alimentaire est un concept transversal, aussi bien économique, social, qu’environnemental. Pour La FoodTech : « la transition alimentaire, en 2020, c’est évoluer vers une alimentation permettant de nourrir 10 milliards d’habitants en 2050 et qui soit économiquement viable, tout en préservant la planète. »

Plus généralement, la transition alimentaire s’entend comme une nouvelle manière d’opérer dans le secteur pour limiter les impacts négatifs de nos modes d’alimentation et tendre vers des systèmes plus vertueux. Cela concerne aussi bien les habitudes de consommation que les modalités de production.

Zoom sur quelques chiffres clés

  • Notre alimentation représente un quart de notre empreinte carbone
  • L’ensemble de la chaîne alimentaire représente un tiers des émissions de CO2 dans le monde
  • Un aliment parcourt aujourd’hui en moyenne 3 000 km avant d’arriver dans notre assiette
  • Un quart des agriculteurs vit sous le seuil de pauvreté

Source : Blog du Groupe Caisse des Dépots 

La Banque des Territoires s’engage aux côtés de « Terre de Liens »

Le projet social et environnemental du mouvement « Terre de Liens » permet à des citoyens et des paysans de se mobiliser et d’agir sur le terrain. L’ambition ? Lutter contre la disparition des terres, faciliter l’accès au foncier agricole pour de nouvelles installations paysannes, encourager la création d’activités économiques rurales et le développement de l’agriculture de proximité et biologique.

Ce mouvement s’articule autour de 3 pilliers qui poursuivent des missions complémentaires : collecte d’épargne, acquisition de terres et de fermes, et gestion des biens. Terre de Liens lutte ainsi contre la disparition des terres agricoles, préserve l'environnement en réservant ces terres à l'agriculture biologique et facilite l’accès au foncier pour les agriculteurs.

  • Un réseau associatif mobilisé partout en France ;
  • Une Foncière, entreprise d’investissement solidaire ouverte aux citoyens, permet à chacun de placer son épargne dans un projet à haute valeur sociale et écologique ;
  • Une Fondation, reconnue d’utilité publique, habilitée à recevoir des legs et donations de fermes.

La Banque des Territoires, est pleinement mobilisée sur ces thématiques, c’est pourquoi elle soutient l'association nationale depuis 2014 et a investi 6 M€ dans la foncière Terre de Liens en 2016.

Pour aller plus loin