À Fécamp, une ressourcerie au cœur d’un quartier prioritaire (76)

Publié le
par
Stéphanie Le Dantec
dans

Environnement

Seine-Maritime

Ma Petite Proxi’clerie a ouvert ses portes en novembre 2017 dans le quartier prioritaire du Ramponneau à Fécamp. Après une année de fonctionnement, le bilan très positif encourage les habitants, la maison de quartier, le CCAS et le bailleur social à se projeter dans la création d’une structure d’insertion.  

La ville de Fécamp (20.000 habitants) a signé un contrat de ville en 2015 pour une durée de 5 ans, afin d’intervenir sur le quartier prioritaire du Ramponneau. Ce quartier a aussi fait l’objet d’un programme Anru entre 2012 et 2016 et s’est doté d’un conseil citoyen, composé de 36 habitants du quartier.

Comment éviter les dépôts d'encombrants sur l'espace public ?

"Le projet est à l’initiative du conseil citoyen, incarné par l’association Porte-voix, explique le directeur de la maison de quartier, Émilien Lucas. Il part du constat d’une présence massive d’encombrants à proximité des lieux de collecte des déchets. Avec les membres du conseil citoyen, le bailleur social, les travailleurs sociaux et la ville de Fécamp, nous avons cherché des solutions."

Ouverture rapide d’un espace de 380 mètres carrés pour collecter, trier et redistribuer

En avril 2017, le choix du conseil citoyen se porte sur la création d’une ressourcerie de proximité pour donner une seconde vie aux objets (meubles, vaisselle, électroménager, vêtements, etc.) avec un objectif d’ouverture en novembre 2017. Le bailleur social met à disposition un local de 380 m². Les travaux sont réalisés par un chantier d’insertion (Actif Insertion) entre avril et juillet 2017. L’espace se compose de plusieurs pièces dédiées à la réception, au stockage, au tri, à la réparation-recyclage et à la vente des objets.

Trois années pour expérimenter avec embauche en contrat aidé

Pour soutenir et accompagner le développement du projet, la maison de quartier embauche en août 2017 une salariée en contrat adulte relais pour une durée de trois ans. "Sa mission est partagée à 50% sur l’animation du conseil citoyen et à 50% sur l’accompagnement spécifique du projet. Son rôle est d’apporter du conseil et une aide à l’association Porte-voix sur la gestion et la réflexion sur le modèle économique du projet", souligne le directeur de la maison de quartier.

93 tonnes collectées, dont 68,5 tonnes revalorisées sur les 10 premiers mois

24 bénévoles, dont 4 à temps plein, sont mobilisés pour organiser la collecte à domicile ou la réception sur site, le tri, la réparation, la mise en rayon des objets et la vente. L’espace de vente est ouvert deux demi-journées par semaine. À mi-octobre 2018, 93 tonnes ont été collectées et 68,5 tonnes ont été revalorisées. Toujours sur ces dix premiers mois, les 20.023 objets revendus en boutique ont généré 24.750 € de recettes. Certains objets ont été redistribués, via les associations d’insertion et d’accompagnement au logement et 12,5 tonnes ont été réacheminées en déchèterie.

Espace de sensibilisation et de convivialité

65% des clients habitent le quartier et 28% viennent des quartiers alentours. Au-delà de l’espace de vente, Ma Petite Proxi’clerie dispose également d’une caféteria qui est devenue un lieu de convivialité ouvert sur le quartier. Sur les 10 mois écoulés, une dizaine de conférences ou ateliers ont été animés par l’association EcoloMe qui expérimente le mode de vie zéro-déchet. D’autres associations ont également profité de l’espace pour présenter leurs activités (customisation de mobiliers, création de sacs à partir de t-shirts usagés, etc.).
"Cette première année est une réussite, conclut le directeur de la maison de quartier. L’enjeu est de consolider les activités -identifier les filières de recyclage, développer le service de retrait et livraison à domicile-, tout en imaginant la future structure de portage, qui pourrait à terme être un chantier d’insertion."
Par ailleurs Ma Petite Proxi‘clerie bénéficie d’une reconnaissance de l’État et a été récompensée dans le cadre des "40 ans de politique de la Ville - Inventons les territoires de demain".

Budget de fonctionnement pour les trois ans d’expérimentation

Le bailleur social (Immobilière Basse Seine) a fourni le local gracieusement. Pour le fonctionnement, le CCAS contribue chaque année à hauteur de 32.000 €, l’Agence de service de paiement à hauteur de 9.500 €.  Le Commissariat à l’égalité des territoires finance l’emploi aidé à raison de 12.000 € par an.

CCAS de Fécamp

Nombre d'habitants :

20000
1 rue Paul Bert
76400 Fécamp

Dominique Tessier

Adjointe en charge des affaires sociales, des personnes âgées, du handicap et de l’accessibilité, vice-présidente du CCAS en charge de la politique de la ville.

Maison de quartier du Ramponneau

5 Rue des Hauts Camps
76400 Fécamp

Émilien Lucas

Directeur
Haut de page