Feu vert pour trois ans d'expérimentation d’un Ehpad hors les murs

Depuis septembre 2019, vingt personnes vivent actuellement « hors des murs » de l'Ehpad Saint-Thomas de Villeneuve à Rennes, un établissement d'hébergement pour personnes âgées à but non lucratif, géré par l’Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve.

Le principe de l'Ehpad « hors les murs » est de combiner les ressources humaines et technologiques disponibles autour de la personne pour qu'elle puisse continuer à vivre à son domicile le plus longtemps possible. Officiellement, on parle désormais de « dispositif de soutien renforcé à domicile ». L’Hospitalité Saint-Thomas de Villeneuve (HSTV) a été retenue par le ministère de la Santé, avec la Mutualité française et la Croix-Rouge, pour déployer à titre expérimental ce dispositif sur 23 territoires pendant trois ans.

Regard sur l'expérience menée à Rennes, adhérente au réseau « Ville amie des aînés »  quelques mois après le lancement du dispositif-test.

Evaluation des adaptations techniques pour chaque personne

« L’objectif est de compléter l'offre assurée par des acteurs déjà présents auprès d'une personne âgée vivant à son domicile, et de répondre à l’évolution de ses besoins, avec des solutions adaptées pour chaque personne », précise le directeur de l’Ehpad Saint Thomas de Villeneuve, Rémi Locquet. A ses yeux, ce dispositif constitue une « réponse à trois défis » (voir encadré). Il s’agit de prévenir les risques de la vie quotidienne grâce à des adaptations du cadre de vie et une surveillance renforcée, sans forcément que cela s'accompagne d'une présence humaine permanente. La domotique et l'intelligence artificielle sont donc mises à contribution, grâce notamment à des objets connectés. L'établissement rennais travaille depuis septembre 2019 avec un « opérateur de solutions connectées pour le bien vieillir », Telegrafik, une entreprise basée à Toulouse. L'entreprise propose une palette d’une vingtaine de services qu'elle va développer avec l'Ehpad dans le cadre de cette expérimentation : par exemple, des capteurs pour suivre certaines pathologies, la détection de signes de fragilisation pour réduire le risque de chute… Un ergothérapeute évalue les adaptations techniques nécessaires dans le logement de chaque personne accompagnée « hors les murs » : du petit matériel à des travaux plus structurels, en passant par la formation des aidants pour mieux appréhender certains gestes du quotidien. Au regard de son caractère expérimental, l'opération est blanche pour les bénéficiaires, tous les surcoûts étant pris en charge par l’Assurance Maladie.

Au quotidien, coopération avec les services de soins infirmiers à domicile

« Pour évaluer le plan d’aide nécessaire pour chaque personne, nous agissons avec le conseil départemental d’Ille-et-Vilaine, les auxiliaires de vie et aides à domicile », explique le directeur. L’équipe de l’Ehpad (médecin coordonnateur, ergothérapeute, psychologue, aide-soignante) apporte son expertise en gériatrie et en gérontologie pour prévenir les dépendances et suivre l'évolution de la personne.

Au quotidien, la coopération est assurée avec le centre communal d’action sociale (CCAS) de la ville de Rennes, au titre de son service à domicile et de son SSIAD, l’ADMR, et l’association locale ASSIA (réseau UNA). Le « coordonnateur de parcours » de l'Ehpad fait le lien entre ces services à domicile, le service de soins infirmiers à domicile (SSIAD), le médecin traitant, l'orthopédiste, le kinésithérapeute…

Les places étant limitées, l'Ehpad a posé des critères : habiter Rennes ; niveau de dépendance (entre le niveau moyen (4) et le plus élevé (1)). Il n’a pas fixé de critère sur la nature de la dépendance, physique ou cognitive : le dispositif hors les murs de l’Ehpad de Saint-Thomas de Villeneuve peut prendre en charge des personnes souffrant de maladies type Alzheimer. Sur les 20 personnes suivies, la moitié vit en couple. L'autre moitié bénéficie d’un réseau d'aidants, et trois sont très isolées.

De nombreux éléments positifs en termes de politique sociale

Un an après le lancement du dispositif, en septembre 2019, les retours sont plutôt encourageants. Ses effets sont évidents sur les populations âgées fragiles à qui il s’adresse. « Nous avons retardé ou évité des entrées non désirées en Ehpad », observe le directeur. Autre impact : les aidants à domicile se sentent sécurisés. C’est ainsi que pendant le confinement sanitaire lié à la crise du Covid-19, l’équipe mobile d'aides-soignantes a pu prendre le relais d'aides à domicile pour maintenir le niveau d'accompagnement. « En outre, cette organisation permet à des salariés de l’Ehpad -aides-soignants -, dont les possibilités d’évolution professionnelle étaient jusqu’à présent limitées, d’accéder à de nouveaux postes qui peuvent répondre à des souhaits de changement légitimes après de nombreuses années d’exercice sur des fonctions exigeantes en particulier physiquement », souligne le directeur.

La réponse à trois défis

« Nous devons faire face à trois défis : la pression démographique, la volonté des personnes de vieillir chez elles, et le coût des Ehpad, résume le directeur. L'Ehpad "hors les murs" permet a priori de répondre à chacun de ces défis. Il participe à l’augmentation du nombre de prises en charge de personnes dépendantes, en leur permettant de rester chez elles, répondant en cela à la volonté grandissante des citoyens de vieillir chez eux le plus longtemps possible. En outre, il résout l'équation difficile du coût et du financement de la prise en charge en établissement, un coût élevé pour la collectivité (Etat et départements) et qui rejaillit sur un reste à charge de plus en plus lourd, et difficile à assumer pour les familles. C'est tout l'enjeu de l'expérimentation. »

Rennes Métropole

Nombre d'habitants :

443000

Nombre de communes :

43
4 avenue Henri Fréville
35031 Rennes

David Travers

Adjoint aux solidarités

EHPAD Saint-Thomas de Villeneuve

30 rue Saint-Louis
35000 Rennes

Rémi Locquet

Directeur