Filière bois : 1,5 million d’euros pour l’accompagnement de projets territoriaux

Un appel à manifestation d'intérêt doté d'1,5 million d'euros vient d'être lancé pour financer des études liées à des projets territoriaux de la filière forêt-bois.

Le ministère de l’Agriculture a annoncé, le 15 avril, le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI) pour l’accompagnement de projets territoriaux de la filière forêt-bois. Une filière qui génère environ 400.000 emplois directs ou indirects mais, mal structurée, représente 10% du déficit total de la balance commerciale française, du fait de l’exportation des grumes françaises qui reviennent une fois transformées.
Cet AMI fait partie des 18 mesures du plan d'action interministériel pour relancer la filière forêt-bois présenté par le gouvernement le 16 novembre 2018, qui lui-même s’inscrit dans le cadre du programme national de la forêt et du bois pour la période 2016-2026. "Il s'agit d'accompagner financièrement des démarches d'ingénierie permettant la concrétisation de projets collectifs et ambitieux ancrés dans les territoires au service du développement de la filière forêt-bois", indique le ministère, dans un communiqué.
Une enveloppe d’1,5 million d’euros sera ainsi mobilisée au titre du fonds stratégique de la forêt et du bois (FSFB). Mais l’aide financière ne servira pas à couvrir les investissements résultant de ces actions d’ingénierie. D’autres programmes seront alors susceptibles de prendre le relais : programmes de développement rural (PDR), appels à projets dans le cadre du fonds Chaleur de l'Ademe, programme d'investissements d'avenir (PIA 3)…
Les projets territoriaux devront concourir aux objectifs du programme national et de ses déclinaisons régionales et doivent s’inscrire dans une ou plusieurs des politiques nationales ayant un impact sur la filière bois : stratégie nationale de mobilisation de la biomasse, construction de bâtiments biosourcés dans la droite ligne de la loi sur l'évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (Elan), stratégie nationale bas carbone, programmation pluriannuelle de l'énergie, stratégie nationale pour la biodiversité. "L'ancrage territorial du projet sera notamment apprécié au regard du soutien apporté par une ou plusieurs collectivités territoriales", souligne le cahier des charges, qui entend aussi privilégier les projets collectifs, sous forme de consortium (au moins deux entreprises, de l’amont et de l’aval, si possible associant des collectivités et autres).
La date limite de dépôt des dossiers de candidature est fixée au 1er juillet 2019. Les projets d’ingénierie eux devront être achevés au 31 décembre 2020.
 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle