Grenoble-Alpes Métropole soutient l'isolation thermique

Publié le
dans

Environnement

Energie

Isère

La Metro (Isère, 27 communes-membres) est engagée dans un plan climat depuis 2005. Les efforts ont d’abord porté sur la mobilité, avec le développement des transports en commun et des modes de déplacement doux. Aujourd’hui, elle veut agir sur l’habitat. Dans cet esprit, la communauté a décidé de mobiliser les copropriétaires à travers un programme de soutien à l’isolation thermique.

A l’issue de plusieurs opérations pilotes, la Metro a mis en place un dispositif baptisé Mur/mur qui vise à inciter les copropriétés construites entre 1945 et 1975 - les plus énergivores - à se lancer dans des travaux d’isolation. L’objectif étant de réaliser sur quatre ans l’amélioration énergétique de 5.000 logements - soit environ 150 copropriétés. "La réhabilitation des logements les plus consommateurs d’énergie peut nous permettre d’aller plus loin dans nos objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Nous agissons auprès des bailleurs publics, mais aussi auprès des copropriétés qui représentent une partie importante de notre parc de logements : sur le territoire de la communauté d’agglomération, ce sont plus de 60.000 logements qui ont été construits entre 1945 et 1975 en copropriété", explique Jean-Marc Uhry, vice-président chargé de l’environnement, du développement durable et du climat.

Un soutien financier pour inciter les copropriétaires


Concrètement, la Métro a lancé en mars 2010 un appel à projets auprès des copropriétés cibles. Il leur est proposé un bouquet de travaux d’isolation plus ou moins complexes – depuis l’isolation de la façade jusqu’au traitement global de l’enveloppe du bâtiment - permettant de réduire de manière significative leur consommation. Pour diviser par trois la consommation (de 260 à 90 Kwh/m2/an), le coût moyen des travaux par logement est estimé à 18.000 euros. La Métro prend 20% des coûts en charge, les communes peuvent abonder à hauteur de 10%. Cette aide comprend les certificats d’économies d’énergie (CEE) qui sont payés aux propriétaires par les fournisseurs d’énergie. A ces subventions amenées à la copropriété s'ajoutent des subventions individuelles versées par l’Agence nationale de l’habitat, la Métro et les communes en fonction des revenus des ménages. Enfin, tous bénéficient des crédits d'impôts et des prêts à taux zéro, pris en charge notamment par la Caisse des Dépôts. Ces aides cumulées peuvent atteindre 80% du coût des travaux pour les plus bas revenus. Au bout de quatre mois, 30 copropriétés ont répondu et commencent à être accompagnées pour le montage de leur dossier.

Accompagner les copropriétés dans leur projet et soutenir la formation des professionnels


Le système de subventions croisées est complexe, et la prise de décision délicate en copropriété. C’est pourquoi, au-delà de l’aide financière, la Métro a mis en place un dispositif de suivi individualisé et un guichet unique afin d’aider les copropriétés à monter leurs dossiers. "La décision est longue à prendre. Il faut sensibiliser, convaincre, faire les demandes de subventions, trouver des aides spécifiques pour les propriétaires les plus modestes", observe Chloé Crouzet, chargée d’opération au service logement. L’agglomération fait appel à un bureau d’étude spécialisé et doté d’une compétence sociale pour assurer ce travail de suivi et d’animation. La Métro a également établi un référentiel technique à l’attention des entreprises et s’appuie sur les syndicats professionnels et les fédérations du bâtiment, pour renforcer la formation des professionnels du bâtiment en matière d’isolation, qui sont encore trop peu nombreux.
L’enveloppe financière de ce vaste programme est de 20 millions d’euros. Sur ce total, 12 millions sont financés par l’agglomération qui à cette occasion a instauré le régime de la fiscalité mixte basé sur la perception de la CET et des trois taxes additionnelles (foncier bâti, non-bâti, habitation). Le reste est apporté notamment par l’Anah, l’Ademe, la région, les fournisseurs d’énergie volontaires, et l’Etat par le biais des crédits d’impôts.
Le dispositif Mur/mur est ambitieux et limité dans le temps. "Avec son double volet d’aides aux copropriétés et de soutien à la formation des professionnels, sa vocation est de créer une dynamique pour inciter l’ensemble des copropriétés à se lancer dans des travaux d’isolation, qui à terme seront rendus obligatoires par la réglementation", conclut le vice-président.


Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis
 

Communauté d'Agglomération de Grenoble

Grenoble Alpes-Métropole - 3, rue Malakoff
38031 Grenoble cedex 01
info@la-metro.org

Philippe Bertrand

service environnement

Chloé Crouzet

responsable du service logement
Haut de page