Handicap : Lorient Agglomération propose des guides d’accessibilité personnalisés (56)

La communauté d'agglomération dispose de deux guides, élaborés en 2015 pour améliorer l'accessibilité de la vie quotidienne des personnes en situation de handicap. Toujours utiles, ils sont aujourd'hui complétés par de nouveaux outils, interactifs et numériques, très pratiques… pour tout le monde. L’objectif était de guider les particuliers et les professionnels.

Le premier livret, le « guide pratique pour les personnes en situation de handicap » (30 pages), s'adresse aux personnes ayant un handicap. Il concerne la vie citoyenne (les institutions), le quotidien (se déplacer ou étudier, scolaires et périscolaires), la vie professionnelle, les loisirs. Une version papier a été prévue avec des spirales pour faciliter sa préhension. De format poche, la maquette offre des contrastes pour rendre sa lecture accessible à une personne malvoyante. Des transcriptions audios et braille ont été prévues. Les guides sont aussi écrits en « langue facile à lire et à comprendre », pour être accessibles aux personnes porteuses d’un handicap psychique ou mental.

Le deuxième livret, le « guide pratique pour un évènement accessible à tous » (35 pages), est destiné aux organisateurs, publics ou privés, d'évènements. Il est un peu plus épais. Il permet notamment de les sensibiliser à l'importance de la signalétique.

Les deux guides sont disponibles en version numérique, téléchargeables depuis le site de la communauté d'agglomération. Leur conception, de la réflexion à l'édition, a duré deux ans, de 2013 à 2015. Le coût, hors temps de travail, se limite à 6.600 euros en 2013, pour 1.100 exemplaires du guide pour les particuliers et 300 pour celui à destination des organisateurs d'évènements.

Maitrise d'ouvrage collective

Ces guides sont des initiatives portées par la commission intercommunale d'accessibilité (CIA-voir encadré), créée en 2009 en application de la loi de 2005 sur le handicap. « Une des missions de la CIA est de faire des propositions pour améliorer l'accessibilité de l'existant, universelle, aller vers un territoire inclusif » rappelle sa présidente, Claudine de Brassier, conseillère communautaire.

Une « CIA » bien informée

La commission intercommunale d'accessibilité (CIA) compte des représentants de 25 associations de personnes en situation de handicap et des 25 communes de l'agglomération. « Notre but est d'être opérationnel, donc nous avons développé des groupes de travail pour mener des actions concrètes », présente sa présidente. En l'occurrence, des groupes se sont réparti le travail sur le logement, le sport-tourisme et les loisirs, les transports et la communication. « Nous avons développé une expertise d'usage, grâce au partenariat avec les associations représentant les personnes en situation de handicap », poursuit l'élue.

Les associations de personnes en situation de handicap, réunies au sein de la commission intercommunale d'accessibilité (CIA) ont ainsi été essentielles, explique Gaëlle Le Troadec, responsable communication, en charge de la conception des guides en 2015. « On expérimentait à l'époque et on a vraiment fait un travail de co-construction ». Un partenariat précieux pour éviter les impairs et les oublis. « C'est très important car cela peut être complexe de travailler sur plusieurs handicaps, l'aménagement prévu pour l'un peut en gêner un autre, il faut pouvoir y être attentif », confirme Clara Lalanne, chargée de mission mobilité quotidienne et accessiblité. Par exemple, un guide audio pour une personne malvoyante peut devenir une nuisance pour une personne sourde en raison des larsens que le guide audio peut occasionner dans les prothèses auditives.

Mise à jour et toilettage

L'époque appelle à faire évoluer ces outils. Les deux guides ont pleinement joué leur rôle. Les versions imprimées ont vite été épuisées, preuve d'un intérêt certain. Six ans après leur conception, l’intérêt des publications n'est pas remis en cause. Mais la forme est peut-être un peu caduque. Et certaines informations nécessitent d'être actualisées. C'est ce qui va justifier un travail de réflexion plus large qu'une simple mise à jour, à l'ordre du jour du groupe de travail communication de la CIA.

Nouveau guide numérique

L'EPCI met au point un nouveau guide, sous la forme d’une application, interactive et très personnalisable, une sorte de « mappy de l'accessibilité ». Son but : faciliter le déplacement des personnes en situation de handicap en leur indiquant les meilleurs itinéraires en fonction de leur handicap. Tous les handicaps sont pris en compte : physique, mais aussi psychique ou mental. Tout l'enjeu est de développer cette application en travaillant avec les communes pour répertorier les aménagements réalisés après chaque travaux de voirie. Le services Système d’Information géographique de la communauté d'agglomération est à l’initiative de cette interface. Il participe avec le Cerema à un groupe de travail à l'échelle nationale (voir liens « Pour aller plus loin »).

La Silicon Valley du handicap

Ce dernier projet s'inscrit dans une démarche bien plus vaste, très ambitieuse. Lorient Agglomération fait partie des collectivités retenues dans l'appel à projet lancé par l’État, Handicap Innovation Territoire, dit HIT. L'entreprise n'a rien de confidentiel [hit.lorient.bzh] car elle réunit plus de 100 partenaires (hôpital, université, mutualité, entreprises etc), et prévoit déjà 61 actions, qui bénéficieront sur huit ans d'un budget de 14 millions. Le but est clair, « devenir la Silicon Valley du handicap » sourit la chargée de mission mobilité quotidienne et accessiblité, Clara Lalanne. Sachant que les projets vont tourner autour de six axes, du parcours citoyen à la personne à son domicile (ou en établissement) en passant par l'emploi, la formation et le rayonnement.

Une obligation depuis 2005

La loi de 2005 a institué ces commissions d'accessibilité, communales ou intercommunales. Elles sont obligatoires pour les communes de plus de 5.000 habitants, qui peuvent déléguer cette compétence à une intercommunalité. Les communes de moins de 5.000 habitants n'ont pas d'obligation. Dans l’agglomération de Lorient, elles siègent de droit au sein de la CIA. « Le rôle de l'agglomération est de créer le plus de liens possible entre communes et agglomération sur cette thématique car cela n'a pas de sens, voire cela est impossible, de travailler chacun dans son coin », souligne Claudine de Brassier.

Lorient Agglomération

Nombre d'habitants :

207000

Nombre de communes :

25
CS 20001
56314 Lorient Cedex

Claudine de Brassier,

Conseillère communautaire, présidente de la commission intercommunale d'accessibilité

Gaëlle Le Troadec

responsable relations aux citoyens, en charge de la conception des guides en 2015

Clara Lalanne

chargée de mission mobilité quotidienne et accessiblité