Loire

Handicap : à Mably (42), le jardin est un loisir... pour tous

Grâce à des aménagements spécifiques et peu connus, les jardins familiaux de Mably, dans la Loire, permettent à des personnes handicapées de s'adonner à la pratique du jardinage aux côtés des valides. Initiée par une association, l'idée intéresse les collectivités territoriales.
DR

A Mably, à côté de Roanne, les personnes handicapées peuvent faire leur jardin comme tout le monde. A la périphérie de la ville, les jardins familiaux ont en effet été aménagés sur deux parcelles pour recevoir des personnes ayant des difficultés à se déplacer. L'astuce tient à la création de bacs surélevés de 1 mètre de large et 70 centimètres de hauteur.
Si les personnes en fauteuil ne peuvent toucher le sol, amenons le sol à leur niveau. C'est l'idée qui a germé chez Christian Boldrini, président de l'association Le Trèfle à quatre feuilles, qui a été à l'origine du jardin de Mably en 1998. En tant qu'animateur dans le milieu du handicap, Christian Boldrini connaissait les jardins pour handicapés qui existent dans certains foyers de vie et hôpitaux. Mais il a voulu développer le concept dans le cadre des jardins familiaux. Car il en est certain, il faut pratiquer l'activité jardinage ailleurs que dans les structures spécialisées, donc dans des lieux ouverts où sont possibles les contacts entre valides et handicapés.
Le jardin familial de Mably est loué à la commune. Dix-huit jardiniers handicapés y font pousser légumes et fleurs, contre une cotisation de vingt euros par an. Treize personnes en fauteuil sont inscrites, dont sept dans le cadre des activités que propose leur foyer de vie. Cinq autres personnes souffrent d'un handicap mental et se rendent au jardin après leur journée de travail. Un carré de culture en pleine terre leur est d'ailleurs réservé.

Convivialité

Les bacs surélevés s'étendent sur 150 m2, soit près d'un tiers du terrain loué. Constitués par des demi-rondins mis bout à bout et traités autoclave, les bacs sont remplis de terre végétale jusqu'au bas. "Nous avons préféré des bacs pleins à des installations sur pieds, qui permettent il est vrai aux personnes en fauteuil de glisser leurs genoux en dessous. Mais ce type de bacs, profonds d'une vingtaine de centimètres seulement, limitent le choix des cultures et nécessitent un arrosage régulier", déclare Christian Boldrini. A l'aide d'outils à main, les jardiniers plantent les légumes de leur choix. "Ils aiment avoir leur carré de jardin à eux et s'en occuper régulièrement. C'est une activité adaptée vraiment à tout le monde", estime le président du Trèfle à quatre feuilles. Les tâches que les jardiniers handicapés ne peuvent accomplir seuls, comme la préparation du sol ou le remplissage des arrosoirs, sont confiées aux accompagnateurs bénévoles de l'association. Au nombre de vingt-trois, ceux-ci ne sont pas de trop. Outre l'aide qu'il faut apporter au travail de la terre, les bénévoles vont chercher à leur domicile les personnes vivant chez elles. Propriétaire d'un mini-bus, Le Trèfle à quatre feuilles propose ce service pour la modique somme d'un euro. L'association organise également des événements festifs, barbecue, parties de pétanque, fête des jardins ouvriers... Le jardinage, loisir d'abord solitaire, permet ainsi aux handicapés et aux valides de se rencontrer.

Aide technique de la commune

Dès le départ, la commune de Mably (7.800 habitants) a mis la main à l'ouvrage pour concourir au succès du jardin imaginé par Le Trèfle à quatre feuilles. Outre une subvention de 1.220 euros venue s'ajouter aux 610 accordés par le conseil général de la Loire, Mably a prêté gratuitement les parcelles à l'association et fourni la terre végétale. Les services techniques de la ville ont monté les bacs, aplani le terrain pour en réduire la pente et posé un parquet de bois dans les allées. Dernièrement, à la demande de l'association, ils ont installé des toilettes adaptées.
Après celui de Mably, Le Trèfle à quatre feuilles a ouvert en 2003 un jardin adapté à Saint-Etienne. Sept personnes handicapées y sont inscrites. Grâce à une aide financière de la Fondation de France et du conseil régional de Rhône-Alpes, ainsi qu'à l'aide technique des services municipaux, un jardin a également pu être aménagé à Ecully, dans le Rhône. Le dernier des jardins devrait voir le jour à Bron cette année. Dans tous les cas, Le Trèfle à quatre feuilles reste fidèle à l'esprit d'origine : permettre à des personnes valides et handicapées de jardiner ensemble dans un jardin de type familial ou ouvrier. Malgré le succès rencontré par son association, Christian Boldrini conseille la prudence : "La mise en place des activités est longue. Il faut notamment du temps pour trouver des bénévoles. Et nous ne sommes pas sûrs d'avoir des inscriptions."

Thomas Beurey / EVS Conseil pour Localtis

Conseils pour des jardins adaptés

Le réseau Le Jardin dans tous ses états vient de publier, avec le soutien de la Fondation de France, une brochure intitulée "Jardinons ensemble". Elle apporte de précieux conseils pour l'aménagement de jardins adaptés aux personnes handicapées. En voici quelques-uns.

Rendre les déplacements plus aisés

- Tracer des allées en ligne droite avec des intersections à angle droit. Une allée centrale permet de traverser le jardin de part en part. Une autre le long des limites du jardin permet d'en faire le tour.
- Pour les allées, utiliser des matériaux divers : pierres, galets, sable, bois, gazon. Le passage d'un matériau à un autre indiquera aux malvoyants et aux aveugles la séparation entre les différents espaces.
- Les plantes peuvent servir de repères spatiaux par leur odeur et leur texture.
- Pour faciliter la circulation en fauteuil, les allées le long des bacs ou des tables de culture doivent être de 1,20 m de large.

Agrémenter

- Avec l'eau : installer de préférence plusieurs robinets pour l'arrosage. Le bruissement d'une fontaine sera agréable à l'ouïe.
- Avec une serre : elle permet de jardiner à l'abri.

Aménager des tables de culture

Il en existe plusieurs types :
- les bacs surélevés avec une encoche pour les genoux,
- les tables de culture sur pieds de hauteur variable,
- les bacs pleins,
- les bacs pleins avec une encoche pour les pieds.

Les hauteurs souhaitables sont

- Pour jardiner assis :
- 0,60 m pour les bacs surélevés
- 0,7 0m pour les tables de culture

- Pour jardiner debout :
- 0,90 m pour les bacs et les tables de culture.

La largeur est de
- 0,60 m si la table n'est accessible que d'un seul côté,
- 1,20 m si elle est accessible des deux côtés.
"Jardinons ensemble" est disponible gratuitement sur simple demande auprès de Béatrice Charre, chargée de mission à l'association Le Passe-jardins, 04 78 00 22 59, pjardins@club-internet.fr

Haut de page