À Irigny, huit familles de gens du voyage se sédentarisent aux Floralines (69)

En janvier dernier, des familles de gens du voyage se sont installées dans huit villas construites par GrandLyon Habitat à Irigny, sur un terrain municipal qu’elles occupaient depuis des années. À la clé, un habitat pérenne et répondant aux normes thermiques, adapté à leurs besoins, et une meilleure intégration dans la cité.

Les baux de location ont été signés le 28 janvier 2021. L’aboutissement d’un travail assidu des élus d’Irigny et de leurs partenaires pour assurer l’installation in situ, dans un habitat en dur, sécurisé et confortable, de familles présentes sur un terrain communal depuis de nombreuses années.

Aujourd’hui, huit maisons du T2 au T4, proches les unes des autres, constituent les Floralines, un nouveau quartier d’habitation de cette commune du Rhône qui avoisine les 9.000 habitants. Les gens du voyage apprécient leur bâti en dur, avec une grande cuisine, accompagné d’un jardin, d’espaces de stockage pour leurs activités de ferraillage, et de places de stationnement en nombre suffisant. Autant de demandes que ces habitants avaient formulées lors des échanges avec la ville et GrandLyon Habitat.

Contraintes urbanistiques

Pour en arriver là, « il a fallu batailler et rester pugnace ! » fait remarquer Blandine Freyer, maire d’Irigny, qui était adjointe à l’urbanisme en 2015, date à laquelle a démarré la réflexion. « Ces familles étaient installées sur un terrain mis à leur disposition par la commune depuis plus de trente ans ; elles payaient leurs redevances, mais avaient développé de l’auto-construction, donc des bâtis précaires pouvant mener à de l’insalubrité. Nous avons profité de la révision du Plan local d’urbanisme - habitat (PLU-H) en 2015 pour régulariser la situation, comme les familles le demandaient », poursuit l’édile. La procédure n’a pas été simple, il a fallu insister auprès de la Métropole de Lyon. « Nous avons demandé que le PLU-H intègre un STECAL (secteur de taille et capacité d’accueil limités), outil d’exception pour les zones agricoles, introduit par la loi ALUR de 2014 », ajoute Blandine Freyer. Pour finir, « nous avons convaincu un élu de la Métropole de Lyon, venu sur place, et obtenu gain de cause au bout de deux ans », indique Yolande Col, directrice du pôle vie citoyenne et sociale et des centres communaux d’action sociale (CCAS) à la ville d’Irigny.

Diagnostic social préalable

En parallèle, la ville a lancé un appel à projets auprès des bailleurs sociaux : « Nous avons sélectionné GrandLyon Habitat, qui proposait une approche sociale pour accompagner les familles pendant la conception du projet », précise le maire.

Le bailleur métropolitain dispose en effet d’une expertise en matière d’habitat adapté aux gens du voyage : « Six opérations de ce type ont été réalisées en dix ans sur le Grand Lyon, expose Eric Perron, directeur de l’aménagement et du développement immobilier chez GrandLyon Habitat. À chaque fois, nous sollicitons les services d’une maîtrise d’œuvre sociale, qui établit un diagnostic social, sur lequel nous nous appuyons pour faire coller le plus possible le projet à la composition et aux desiderata des ménages. Le groupe d’Irigny est soudé, ce qui a rendu la tâche plus aisée. » C’est le cabinet Apertise Conseil qui a été chargé de la maîtrise d’œuvre sociale.

Huit maisons en prêt locatif aidé d’intégration

L’option retenue a été celle de huit maisons de type « PLAI Adapté » – Prêt locatif aidé d’intégration, qui correspond aux loyers les plus bas du parc social. L’étiquette « adapté », destinée à des publics spécifiques, permet d’obtenir des subventions supplémentaires. « À Irigny, le loyer est de 450 euros hors charges pour une maison de 80 m2 », précise Eric Perron. Quatre maisons sont de plain-pied, à la demande des familles – parmi elles, une personne est en situation de handicap – et les quatre autres maisons ont un étage. Seules deux d’entre elles ont un espace pour une caravane dans le jardin ; un moyen pour les familles de garder un lien avec leur mode de vie traditionnel, même si elles ne voyagent plus.

Une fois les travaux terminés, « il faut une gestion locative appuyée pour l’entrée dans les lieux et même après », insiste Anne-Cécile Bastin, chargée de mission habitat adapté à la Métropole de Lyon. C’est Apertise Conseil qui là aussi a été sélectionné, pour une durée d’un an, renouvelable une fois. Une pérennité des équipes apte à rassurer les familles.

Entrée dans le logement, démarches et ouverture des droits

Le groupe de suivi social piloté par Apertise Conseil, a préparé l’entrée dans le logement, l’ouverture des compteurs d’énergie, sollicité le Fonds de solidarité logement (FSL) pour le paiement de la caution et demandé l’ouverture de droits auprès de la Caisse d’allocations familiales (CAF). Aujourd’hui, Apertise Conseil rencontre les familles une fois par mois, afin d’assurer le suivi régulier de la situation des ménages et ainsi apporter des conseils, notamment sur les consommations d’eau et d’énergie.

Trois mois après leur installation, les familles sont satisfaites. Elles ont elles-mêmes donné le nom à la résidence : les Floralines est la contraction de Florentine et Coralie, deux anciennes membres du groupe décédées récemment. « Associer les familles tout au long du projet est la condition sine qua non de leur adhésion », insiste Yolande Col.

Habitat adapté aux gens du voyage : la stratégie de la Métropole de Lyon

L’objectif de production de la Métropole de Lyon en matière d’habitat adapté est de 30 logements familiaux par an pour les gens du voyage. « Cet objectif n’est pas atteint faute de foncier disponible et du fait de la réticence parfois observée de certains élus locaux », souligne Anne-Cécile Bastin, chargée de mission habitat adapté à la Métropole de Lyon. Et d’ajouter : « L’ancrage territorial est très important pour les gens du voyage qui ne se déplacent presque plus ; il convient de les reloger dans la commune où ils sont installés. Par ailleurs, il importe d’avoir une vision globale du projet, au-delà du seul habitat, et de penser à l’insertion socio-professionnelle, la santé, la scolarité des enfants ».

Le budget global de l’opération « Les Floralines »

Le budget global s’élève à 1.472.072 euros.

Parmi les subventions recueillies :

  • 320.000 euros au titre du « PLAI spécifique » + 83.000 euros au titre des « PLAI adaptés » de la part de l’État et de la métropole du Grand Lyon (aides à la pierre) + 720.000 en subvention exceptionnelle de la part de la Métropole,
  • 18.000 euros de la commune d’Irigny.

Parmi les prêts obtenus :

  • un prêt pour le bâti de 200.400 euros sur 40 ans accordé par la Caisse des dépôts et consignations (CDC)
  • un autre prêt de la CDC pour le foncier de 293.300 euros sur 55 ans.

Commune d’Irigny

Nombre d'habitants :

8700
Hôtel de Ville – 7 avenue de Bezange
69540 Irigny
mairie@irigny.fr

Blandine Freyer

Maire

Yolande Col

Directrice du centre communal d'action sociale et du pôle vie citoyenne et sociale

GrandLyon Habitat

Le Terra Mundi - 2 Place de Francfort
69003 Lyon

Eric Perron

Directeur de l’aménagement et du développement immobilier

Métropole de Lyon

Nombre d'habitants :

1380000

Nombre de communes :

59
20 rue du Lac, CS 33569
69505 Lyon cedex 3