Ile-de-France

Emilie Zapalski

La CCI Paris Ile-de-France se lance dans la facturation des prestations aux entreprises

Cohésion des territoires

Développement économique

La chambre de commerce et d'industrie régionale Paris Ile-de-France n'a pas attendu les annonces du ministre de l'Economie concernant la réforme des CCI et la nouvelle coupe budgétaire de 400 millions d'euros d'ici 2022 qui leur est imposée. Dans une délibération votée le 5 juillet 2018, la CCI prévoit d'identifier les prestations qui pourront être payantes dans le domaine de l'accompagnement des entreprises.

"Il est clair que la nouvelle baisse des ressources, conjuguée à l'évolution des missions, aura des répercussions importantes sur les activités de la chambre de commerce et d'industrie régionale (CCIR) sur les territoires d'Ile-de-France, sur les publics visés (entreprises, jeunes), ainsi qu'en interne sur le plan social." La CCI Paris Ile-de-France n'a pas attendu les annonces du ministre de l'Economie du 10 juillet 2018 quant à la réforme des CCI pour se mettre en mouvement. Bruno Le Maire a ainsi présenté ce jour-là, devant l'assemblée générale extraordinaire de CCI France, une grande réforme des CCI avec une nouvelle coupe budgétaire de 400 millions d'euros d'ici 2022 (voir ci-dessous notre article du 11 juillet).
La CCI Paris Ile-de-France avait anticipé le mouvement de transformation. Dans une délibération votée le 5 juillet, son assemblée générale a ainsi déjà prévu un nouveau modèle d'intervention économique et d'orientation, comprenant l'identification de prestations payantes dans le domaine de l'accompagnement des entreprises. Objectif : s'organiser pour faire face à la baisse budgétaire mais aussi anticiper le projet de loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises) qui prévoit que le réseau des CCI aura la possibilité de proposer plus de prestations relevant du champ concurrentiel, ou encore de recruter du personnel plus aisément au moyen de contrats de droit privé.

La CCI va identifier des prestations tarifées

La délibération signée le 5 juillet prévoit de déterminer les activités de service public et d'intérêt général qui seront finançables par la ressource fiscale "affectée et traduite dans une vraie convention d'objectifs et de moyens avec l'Etat", précise le communiqué de la CCI Paris Ile-de-France. Il s'agira des activités relevant des secteurs de l'accompagnement des entreprises, notamment des TPE et PME, du développement à l'international, de la digitalisation, de la création, transmission et reprise d'entreprise, de leur représentation et de la formation initiale. La CCI doit ensuite identifier des prestations qui seront tarifées dans le domaine de l'accompagnement des entreprises. Elle travaillera aussi sur des partenariats avec des acteurs publics mais surtout privés, "permettant la mobilisation plus large de financements privés ou émanant des branches professionnelles dans le domaine de la formation". Enfin, le partenariat avec les collectivités locales, et plus particulièrement les régions, puisqu'elles sont responsables de l'organisation de l'intervention des pouvoirs publics en faveur des entreprises, mais aussi avec les intercommunalités et les communes, sera poursuivi. "La délibération votée ce jour trace une nouvelle voie, signale le communiqué de CCI Paris Ile-de-France, l'objectif est de développer de nouvelles activités, de déployer des projets et d'assurer majoritairement leur financement hors ressources publiques". D'ici la fin de l'année, les élus de la CCI et leurs collaborateurs vont poursuivre ce travail pour affiner ces nouvelles orientations et les mettre en œuvre dès 2019.

Territoires Conseils

Des services dédiés à l’accompagnement des projets de développement communaux et intercommunaux.

Haut de page