La construction et la gestion d'une piscine intercommunale

Publié le
dans

Aveyron

A la demande de la population, la communauté de communes du Canton de Laissac (Aveyron) a engagé dès sa création la construction d'une piscine intercommunale. S'appuyant sur une concertation avec les parents et les associations sportives, au sein d'une commission Piscine constituée à cet effet, le projet a été adapté aux coûts de fonctionnement que la communauté était en mesure d'assumer : un bassin extérieur et une ouverture au public durant la période estivale, juillet et août.

Au départ...

Les élus communaux sont régulièrement interpellés par les jeunes et leurs familles sur l'absence d'équipements de loisirs de proximité, en particulier pour la période estivale. La création d'une piscine répondrait à leur demande, mais un tel investissement est inenvisageable, que ce soit à l'échelle communale ou à celle du Sivom qui réunit les huit communes du territoire. La création de la communauté de communes du Canton de Laissac et les financements de l'Etat qui en découlent autorisent les élus communautaires à s'engager dans un projet de cette dimension. C'est pourquoi, dès 1994, ils inscrivent la création d'une piscine intercommunale dans les statuts de la communauté.

En cours de route...

Une commission Piscine est mise en place pour rassembler les principaux acteurs concernés par le projet : les élus, des représentants des familles et, sur proposition des maires, des sportifs. Les élus membres de la commission sont les rapporteurs des réflexions et propositions auprès du conseil communautaire, qui prend souvent en compte l'intégralité des comptes-rendus de la commission. Dans l'élaboration de son projet, la communauté de communes fait le choix d'un bassin extérieur car les coûts d'investissement et de fonctionnement sont très inférieurs à ceux d'un bassin couvert. De plus, les établissements scolaires du territoire, trop peu nombreux, ne suffiraient pas à faire fonctionner une piscine couverte hors période estivale, lorsque la baisse de fréquentation par le grand public doit normalement être équilibrée par une plus grande utilisation par les scolaires.
Le choix du site d'implantation est rapidement établi : Laissac, commune-centre du territoire. La plupart des familles s'y rendent régulièrement et elle est facile d'accès. La communauté de communes s'attache les services d'un architecte pour la maîtrise d'oeuvre du chantier et organise des appels d'offres à destination des entreprises concernées : terrassement, maçonnerie, construction de piscine, plomberie, électricité, peinture, carrelage.
La piscine ouvre ses portes à l'été 1995, soit un an et demi après la décision de sa construction. Elle est équipée d'un grand bassin de 600 m3, d'une pataugeoire, d'un bâtiment comprenant l'accueil, les vestiaires hommes et femmes (six douches chacun, une douche pour personnes handicapées), ainsi que des lavabos et toilettes et d'un local technique. Ces équipements sont par la suite complétés par une aire de jeu et un toboggan. La piscine intercommunale est ouverte deux mois par an, du 1er juillet au 31 août. Un tarif "enfant" et un tarif "adulte" sont appliqués, et un système d'abonnement de dix entrées a été mis en place. Depuis son inauguration, la fréquentation annuelle, essentiellement individuelle, avoisine les 8.000 entrées, mais elle a doublé en 2003 pour atteindre 15.000 entrées.

Les moyens mobilisés et les partenaires...

La gestion de la piscine est effectuée par la communauté de communes. Chaque année, la secrétaire générale informe la société distribuant l'eau potable du démarrage du remplissage du bassin principal. La communauté recrute du personnel saisonnier : une personne chargée de l'accueil et de la caisse et deux maîtres nageurs sauveteurs qui assurent la surveillance des bassins. L'entretien est réalisé par les agents permanents de la communauté.
Le coût de fonctionnement annuel de la piscine varie entre 18.000 et 19.000 euros, soit 2% du budget de fonctionnement de la communauté de communes. Les entrées payantes ne suffisant pas à équilibrer les frais de personnel et d'entretien et sans l'appui de partenaires financiers, le déficit engendré lui incombe totalement.
Le montant des investissements nécessaires à la construction et l'aménagement de la piscine ont atteint 918.000 euros. La communauté de communes a bénéficié de financements du conseil général à hauteur de 28%, du conseil régional à hauteur de 6% et du plan de développement des zones rurales pour 5% du coût des travaux.

Pour quels résultats...

Les élus souhaitent poursuivre l'exploitation d'un équipement qui répond bien à la demande exprimée par les habitants au sein de la commission Piscine, et qui a rencontré l'adhésion de l'ensemble des élus communautaires. Le rôle important de la commission, et à travers elle de la population, concerne aujourd'hui davantage le fonctionnement de la piscine. Cet organe peut être particulièrement utile quand des problèmes de sécurité ou de discipline se posent.
Malgré le succès de cette piscine et son impact auprès de la population, il n'est toujours pas envisageable d'étendre les périodes d'ouverture ou de créer un bassin couvert. La communauté de communes ne serait pas en mesure d'assumer les coûts que de telles évolutions engendreraient.
Les élus communautaires ont souhaité adapter les horaires du service de transport à la demande, mis en place sur le territoire, à ceux de la piscine. Ils pensaient ainsi faciliter la fréquentation de la piscine et anticiper une demande des habitants. Mais ils ont renoncé à ce projet car dans les faits, le public habitué à utiliser le service de transport (les personnes âgées) et celui auquel s'adresse la piscine (les jeunes) sont tout à fait distincts.

Et aujourd'hui ?

La communauté de communes n'envisage pas d'évolution de la piscine, hormis la possibilité d'améliorer son confort par l'instauration d'un chauffage fonctionnant à l'énergie solaire.

Valérie Ferlet-Boulard, chargée de mission au Centre permanent d'initiatives pour l'environnement du Rouergue, auprès de Françoise Fouet

Le conseil des élus

"L'objectif de la communauté de communes était de répondre à un besoin exprimé par la population. Ce besoin a été évalué en étroite collaboration avec les différentes catégories d'usagers concernés : principalement les scolaires, les associations sportives et les parents. C'est ce travail en collaboration, initié dès l'émergence du projet, qui fait que la piscine intercommunale rencontre un franc succès depuis son ouverture au public."

Communauté de communes du Canton de Laissac

Nombre d'habitants :

4165

Nombre de communes :

8
1 avenue de Rodez
12310 Laissac

Françoise Fouet

Secrétaire générale
Haut de page