La Forêt d’art contemporain, un projet au cœur de la forêt landaise (33)

Depuis 2009, un itinéraire culturel en pleine nature fait découvrir vingt-deux œuvres d’art contemporain au cœur du parc naturel régional des Landes de Gascogne. Concerté avec les communes, ce projet mêle résidences d’artistes et rencontres avec le public.

« Ici les touristes ne s’arrêtent pas souvent, ils longent le littoral sans s’aventurer dans les terres. La Forêt d’art contemporain est un prétexte pour leur faire découvrir la région, explique Lydie Palaric, directrice de l’association éponyme. C’est aussi le moyen d’enrichir progressivement lespace de vie quotidien des habitants des Landes. »

Née en 2009 d’une dynamique commune, au cœur du massif forestier des Landes de Gascogne, La Forêt d’art contemporain a créé un itinéraire régional autour de vingt-deux œuvres d’art contemporain, implantées au fil du temps en pleine nature. On les découvre à travers bois, au creux des chemins, après un charmant étang ou nichées derrière une vieille église sur les routes de Biganos, Mont-de-Marsan, Commensacq, Brocas, Sabres et encore bien d’autres ! La visite est gratuite, libre d’accès, le visiteur peut choisir son parcours en totale autonomie et partir ainsi à la chasse aux trésors… Au rythme de deux ou trois œuvres par an, ce parcours s’est construit sur une période de onze années. La vingt-troisième création est en cours de montage et dix nouveaux projets sont en élaboration . 

Des œuvres contextuelles, un projet concerté

« La Forêt d’art contemporain se construit tout d’abord avec les communes du parc naturel régional. Ce sont elles qui se portent candidates pour accueillir une œuvre, proposent un terrain pour l’implanter et nous expriment leurs envies. À partir de là, le directeur artistique de l’association cherche des artistes dont le travail pourrait correspondre au site, opère un choix et présente le lauréat au village lors d’une rencontre publique », poursuit la directrice.

Mais pas question de planter ici une œuvre toute faite fabriquée ailleurs ! Les pièces présentées ici sont contextuelles, c’est-à-dire qu’elles ont été spécialement conçues et fabriquées pour et sur ce site, dans le cadre d’une résidence d’artiste de plusieurs semaines. Durant le séjour de l’artiste, des rencontres sont organisées avec la population locale qui peut venir ainsi observer le travail et poursuivre l’échange. Chaque œuvre est donc une nouvelle histoire, un événement pour le village, un rendez-vous entre tous ces acteurs.

Les communes participent financièrement au projet, à raison de 10% à 15% du budget de l’opération, un soutien qui prend souvent la forme de prêt de locaux, de matériel ou de mise à disposition d’agents communaux.

Diffuser l’art contemporain en milieu rural

Au-delà d’un simple parcours touristique, la Forêt d’art contemporain est un outil de production et de diffusion d’art contemporain en milieu rural. Le projet a su intéresser petit à petit la population locale, d’autant qu’il s’appuie sur un solide programme de médiation culturelle tout au long de l’année, qui propose des visites guidées (avec une conteuse ou une historienne de l’art), des ateliers (art et sophrologie, par exemple), ou des actions pédagogiques avec les scolaires. « Ces échanges préalables, tout comme ces actions hors les murs, permettent de désacraliser l’art et les artistes, d’ouvrir les yeux, les oreilles et les esprits, et de regarder autrement, à la fois l’œuvre et le territoire », poursuit la directrice.

Trois opérateurs culturels du territoire sont à l’origine de ce projet : l’association Culture et Loisirs de Sabres, l’association des Floralies de Garein et le parc naturel régional des Landes de Gascogne (Écomusée de Marquèze), proches géographiquement et partageant les mêmes valeurs. La Forêt d’art contemporain se déploie sur les 52 communes du PNR.

« Certaines communes se sont vraiment approprié des œuvres et organisent même des événements sans faire appel à nous », se réjouit la directrice. À l’exemple de la commune de Brocas, qui, déjà dépositaire d’une première sculpture, a souhaité en accueillir une deuxième…

Il faut dire que, pour le maire de Brocas, Jean-Luc Blanc-Simon, « la première expérience s’est si bien passée que nous souhaitons la renouveler. Cette idée de réaliser un maillage entre les œuvres permet de découvrir le territoire et de rapprocher la culture des administrés. La première fois, et à ma grande surprise, les gens du cru ont participé, sept ou huit personnes ont mis la main à la pâte ; le géomètre qui mesurait le terrain a refusé qu’on lui règle sa prestation et une entreprise locale de carrière a offert la pierre… Tout le monde était enchanté. C’était un partage à tous les niveaux, une très belle expérience pour le village. »

S’il est difficile de chiffrer précisément la fréquentation du parcours, dans la mesure où nombre de visiteurs s’y engagent librement, les actions de médiation, sur inscription, offrent un bilan plus précis : participation de quelque 3.000 élèves par an (de la primaire au lycée) ; deux présentations d’artistes par an aux habitants d’un village candidat ; trois conférences annuelles ; et un vernissage chaque année, ce dernier événement rassemblant une centaine de personnes à chaque fois…

Données financières

Budget annuel de l’association La Forêt d’art contemporain : 250.000 €.

Répartition des postes pour 2019 (dernier exercice clôturé à ce jour) :

  • 12 % : fonctionnement et gestion,
  • 64 % : productions artistiques
  • 23 % médiation et communication
  • 1 % restauration des œuvres.

La production d'une œuvre coûte environ 25.000 € (honoraires de l’artiste, déplacements, hébergement et production).

Lorsque le projet dépasse cette enveloppe, du mécénat privé est recherché. Les œuvres (pérennes et conçues pour rester à l’extérieur) coûtent aujourd'hui 30.000 à 35.000 €.

Les honoraires des artistes pour ce type de projet (inclus dans les 25.000 euros de base) sont de 3.500 euros. Cette somme couvre la réflexion et la conception de projet, l’implication territoriale lors de la résidence, des présentations publiques, du temps de production, sur 2 à 3 ans.

Un partenariat avec le monde éducatif

Depuis 2014, une collaboration avec la direction régionale des affaires culturelles (Drac), le rectorat et les académies de Landes et de Gironde a permis de développer des offres complètes allant de la journée découverte (1 journée), la classe in situ (sur 3 jours) jusqu’à l’immersion (1 année) au cœur de la production artistique.

Association La Forêt d’art contemporain

Maison du Parc 33 route de Bayonne
33830 Belin-Béliet
contact@laforetdartcontemporain.com

Lydie Palaric

Directrice

Philippe Sartre

Président

Parc naturel régional des Landes de Gascogne

Nombre d'habitants :

78131

Nombre de communes :

51
33 route de Bayonne
33830 Belin-Béliet
info@parc-landes-de-gascogne.fr

Commune de Brocas

Nombre d'habitants :

800
44 place Robert Bezos
40420 Brocas

Jean-Luc Blanc-Simon

Maire