Deux-Sèvres

La GPEC pour développer les zones rurales du Pays du bocage bressuirais

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Santé, médico-social, vieillissement

Social

En dehors des concentrations urbaines importantes, le développement d'une production nouvelle créatrice d'emplois passe souvent par une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC), demandant la participation de tous les partenaires locaux. Le cas d'école du bassin d'emploi de Bressuire.

Au nord des Deux-Sèvres, le Pays du bocage bressuirais est un territoire rural, peu peuplé, mais pas uniquement agricole. Des PME industrielles y ont toujours fait vivre une part importante de la population, dans la confection entre autres. Mais la mondialisation est passée par là comme ailleurs... En 2002, 400 emplois ont brutalement disparu. Le traumatisme a été très important et les procédures de reconversion insuffisantes comme dans la plupart des cas.
Par chance, ce territoire possède un comité de bassin d'emploi (CBE) très efficace. Cette association soutenue par le ministère du Travail et les DDTEFP réunit à part égale dans son conseil d'administration les élus locaux, des chefs d'entreprise et des représentants des organisations de salariés. Jean-Michel Bernier, maire de Bressuire, alors président du CBE (aujourd'hui présidé par Christian Lenne, maire de Saint-André-sur-Sèvres) a chargé son directeur, Alain Robin, de travailler sur les filières que le bassin d'emploi serait capable de développer pour créer des emplois et faire en sorte que les hommes et les femmes licenciés ne soient pas obligés de partir vers d'autres zones d'emploi.

Diagnostiquer, partager, créer les compétences...

Le CBE a donc lancé une enquête auprès des entreprises pour avoir leur avis sur les perspectives de développement et les filières déficitaires en main-d'œuvre. Ce travail a permis d'établir une cartographie de l'emploi dans le Bressuirais.
Au-delà des chiffres, les enquêteurs ont été interpellés par les acteurs locaux. Un propriétaire de PME, par exemple leur a expliqué : "J'ai une entreprise de 60 salariés, j'ai un marché à prendre dans le domaine des matériaux composites (nouvelles matières de synthèse, légères et très résistantes, avec lesquelles on peut fabriquer des coques de bateau, les lavabos, des morceaux d'avions). C'est l'avenir, pour moi, mais ce type de production réclame l'embauche de stratifieurs qualifiés. Il m'en faut 25. Comment puis-je les trouver ? La formation de stratifieur la plus proche est délivrée à Rochefort, à 150 kilomètres !"
Alain Robin a mis le problème sur la table du conseil d'administration du CBE qui a décidé d'apporter une réponse. Le CBE a rencontré le rectorat et le Greta, qui ont établi un profil de poste et recherché toutes les entreprises qui pouvaient être intéressées par cette filière. Il s'est avéré qu'elle était porteuse d'emplois de tous âges et permettait, en outre, un équilibre hommes - femmes.

Un dispositif concret de formation

Le Greta a déposé un dossier de financement de ces formations à l'Assedic qui a répondu positivement. Cette formation sera mise en place avant la fin 2006, pour une douzaine de stagiaires. Elle délivrera dans un premier temps un certificat de qualification professionnelle et devrait aboutir à la création d'un CAP dans les mois suivants.

Le partenariat, condition première de l'efficacité du dispositif

La rencontre avec les entreprises du composite s'est faite sous la présidence d'Alain Liault, chef d'entreprise. Le plan d'action se déclinera en trois axes : la formation, clé de voûte de l'opération, puis la communication et l'information sur les métiers, et enfin les conditions de travail. La méthode employée, partenariale du début à la fin, en particulier par la présence des chefs d'entreprise au comité de pilotage de l'opération, a permis de partager le diagnostic établi par les techniciens du CBE, de le compléter, en particulier sur les freins au développement des entreprises (l'absence de commerciaux par exemple). Il a servi de révélateur des besoins de recrutement et a développé les relations entre le Greta, l'Assedic, l'ANPE et les entreprises. Un cas d'école qui pourrait faire école...

Contact(s)

Mairie de Bressuire

4 place de l'Hôtel de Ville
79300 Bressuire
05 49 80 49 80

Jean-Michel Bernier

Maire

Comité du bassin d'emploi du Bressuirais

27 boulevard du Capitaine Aubry
79300 Bressuire

Alain Robin

Directeur
cbe.bressuire@wanadoo.fr

Territoires Conseils

Des services dédiés à l’accompagnement des projets de développement communaux et intercommunaux.

Haut de page