Loire

La Loire au coeur d'Osiris, un projet européen pour prévenir les risques d'inondation

Environnement

Energie

Deux communes des bords de Loire ont été choisies comme sites européens pilotes pour le développement d'un logiciel de prise en charge des crues, de la prévention des élus et de la société civile sur les risques encourus jusqu'au retour à la normale.
image mairie conseils

Quand l'établissement public Loire a contacté la commune de Cléry-Saint-André pour participer avec l'Allemagne et la Pologne à un projet européen pilote pour prévenir et lutter contre les inondations, le conseiller municipal Yves Heuzé n'y croyait pas vraiment. "On nous proposait de tester gratuitement un logiciel permettant une coordination parfaite entre les élus, les services de secours et de la population en cas de crue de la Loire, se souvient-il. De réunion en réunion, le projet semblait si vaste que je ne voyais pas comment arriver jusqu'à son application." Or, trois ans après le lancement du projet Osiris, Cléry-Saint-André est citée en exemple à travers l'Union européenne. Et pour la première fois, les 2.789 habitants de la commune inondable pour moitié sont désormais tous répertoriés dans un logiciel qui fait appel aux nouvelles technologies (téléphonie mobile, internet, panneaux d'affichage électronique...) pour prévenir et améliorer la gestion du risque d'inondation. Et dans ce projet, la gestion du risque comprend la prévention, la préparation des plans d'intervention, la surveillance de la rivière, la prévision de ses débordements, l'alerte, la mise en place de mesures de crise, l'état des lieux jusqu'au retour à la normal. Un outil de gestion des crises, certes, mais qui compte surtout sur l'implication étroite des élus et des populations riveraines.

2,9 millions d'euros financés par le programme européen IST

A Saint-Pryvé-Saint-Mesmin, la deuxième commune de la Loire participant à ce projet, Osiris n'est pas arrivé par hasard. "Notre commune est totalement inondable. Nous tentions depuis le début des années 90 de connaître véritablement le risque qui nous menaçait pour trouver les moyens de le maîtriser, se souvient l'adjoint au maire chargé de l'environnement, Jacky Prévost. Il nous semblait très important d'informer correctement les élus et la population sur la possibilité d'une crue soudaine de la Loire, même si cela ne s'est pas produit depuis le XIXe siècle." L'arrivée du projet Osiris à Saint-Pryvé-Saint-Mesmin donne donc avant tout l'occasion à l'équipe municipale de communiquer sur ce thème : expositions, conférences, réunions d'information sont donc organisées, relayées par la presse locale. Comme à Cléry, un ordinateur équipé du logiciel Osiris est donné à la mairie, financé à hauteur de 2,9 millions d'euros par le programme européen IST. Outre le financement approuvé par Bruxelles et les contacts deux fois par an en séminaire de travail avec les responsables polonais et allemands partenaires de ce projet, Osiris a surtout permis de créer une "solidarité d'anticipation" entre les habitants des deux communes riveraines de la Loire. A Saint-Pryvé par exemple, un réseau de vingt personnes-relais volontaires a été formé aux opérations à lancer en cas de crue.

Cléry et Saint-Pryvé citées en exemple à travers l'Europe

Si le message est passé, difficile d'évaluer les performances d'Osiris sans crue... Jacky Prévost se montre toutefois très confiant : "Nous sommes parvenus à ce que les services de secours, les forces de l'ordre, les chefs d'entreprise, les élus et les représentants de l'Etat s'assoient à une même table pour évoquer devant les riverains un problème qui jusqu'ici était tabou. En cas de crue, ces liens seront décisifs." D'autant que ce dispositif n'a rien coûté aux deux communes, mises en avant aujourd'hui en Europe comme des modèles à imiter pour les villes inondables. Toutefois, le temps passé sur l'élaboration des différentes versions du logiciel (une quatrième version d'Osiris est en cours d'élaboration) et sur l'intégration des données relatives à la commune mobilise le temps des agents. A Cléry, Yves Heuzé consacre trois après-midi par semaine à sa tâche. A Saint-Pryvé, on ne compte plus : "Nous n'avons pas de décompte précis, mais de nombreux agents se sont investis dans ce projet", avoue Jacky Prévost. Et de reconnaître la limite de cette initiative : "Seul le directeur des services techniques maîtrise parfaitement le logiciel. C'est vrai que nous manquons des moyens humains qui nous permettraient d'assurer un fonctionnement irréprochable en cas de crue." Peut-être que les 10.000 euros que la commune a décidé d'allouer désormais chaque année à la prévention contre les inondations, parallèlement au projet Osiris, permettront de former de nouveaux personnels.

Welcomeurope pour Locatis

"Sans ces deux communes volontaires pour la phase expérimentale, nous ne serions pas en mesure de lancer l'outil"

Sylvie Asselin est responsable de la communication de l'établissement public Loire.

Quelle a été la contribution des collectivités territoriales à ce projet ?

Les communes de Saint-Pryvé-Saint-Mesmin et de Cléry-Saint-André ont été les deux communes avec lesquelles nous avons pu tester l'outil. Situés sur les bords de Loire (en Loire moyenne), elles ont ainsi disposé d'un outil de gestion de crise permettant d'améliorer l'information du public en cas de risque, de prévenir les inondations et ainsi d'organiser au mieux les évacuations. Sans ces deux communes volontaires pour la phase expérimentale, nous ne serions pas aujourd'hui en mesure de lancer à plus grande échelle l'outil. En effet, dans quelques semaines, nous distribuerons gratuitement le logiciel à l'ensemble des communes de bord de Loire moyenne (de Nevers à Saumur).

Ce partenariat local a été associé, dès l'origine, à des partenaires européens. Quelle plus-value en retirez-vous ?

Sans les Européens et en particulier les Polonais, ce projet n'aurait pu être réalisé. Pour plusieurs raisons, sans partenariat européen, pas de financement du programme IST, sans ce partenariat, pas d'échange et de mise en réseau de connaissances, ce qui aurait freiné le projet et n'aurait pas généré l'émulation nécessaire pour la suite. L'intérêt est d'avoir travaillé ensemble sur nos bases de connaissances et d'avoir ensuite, chacun de notre côté, adapté les éléments à notre environnement. Les Polonais, par exemple, ont produit un outil destiné aux écoles tandis que nous, nous avons exclusivement misé sur le service aux communes.

Comment assurez-vous le financement de cette opération ?

Tout d'abord, le programme IST a servi de levier financier et technique à mise en oeuvre de la première phase : élaboration de l'outil, recherche et étape expérimentale. Aux cotés du programme européen, nous avons activé des fonds de l'Etat (Diren) et de l'agence de l'Eau. Pour la phase actuelle de production à plus grande échelle, notre établissement public finance la diffusion du logiciel "Osiris Inondation" avec le concours du Cetmef (Centre d'études techniques maritimes et fluviales dépendant du ministère de l'Equipement).
 

Le programme européen IST, "Information Society Technologies"

La priorité thématique IST intégrée au 6e Programme de recherche et développement (PCRD) de la Commission européenne doit mobiliser industrie et recherche autour d'objectifs à long terme et à haut risque.

IST doit permettre la constitution de partenariats et de réseaux d'excellence européens. Depuis la génération de connaissances et la mise au point de technologies jusqu'à leur application et leur transfert, le programme doit faciliter la jonction des efforts de recherche publics et privés sur une base européenne et permettre l'avènement d'un espace européen de la recherche (EER) dans les TSI (technologies pour la société de l'information). Les projets doivent promouvoir l'"intelligence ambiante", plaçant l'individu au centre des progrès futurs d'une société de la connaissance dont personne ne devra être exclu. Les technologies de l'infiniment grand et de l'infiniment petit, l'exploration de champs de recherche multidisciplinaires combinant les TIC (technologies de l'information et de la communication) avec d'autres domaines et la stimulation de l'innovation par l'utilisation des TIC en rapprochant davantage les services et les développements technologiques sont les trois domaines prioritaires. Le 4e appel (qui sera clos le 22 mars 2005, 1.120 millions d'euros) soutient des "objectifs stratégiques", mais aussi des "technologies futures et émergentes", le 5e appel (ouverture le 17 mai 2005, clôture le 21 septembre 2005, 638 millions d'euros) uniquement ces dernières. Le budget alloué à la priorité thématique "Technologies de la société de l'information" s'élève à 3,984 milliards d'euros pour la durée du 6e PCRD.

Les résultats du projet Osiris

Pendant trois ans, Osiris (Operational Solutions for the Management of Inundation Risks in the Information Society) a associé, dans une démarche pluridisciplinaire novatrice, ingénieurs, chercheurs, sociologues, psychologues, économistes, décideurs locaux, services de sécurité civile.

L'objectif commun : développer des méthodes et des outils opérationnels à l'aide à la gestion de crises hydrologiques, en s'appuyant sur les nouvelles technologies de communication. Dans ce cadre, plusieurs "logiciels prototypes", utilisant les nouvelles technologies, ont été conçus et expérimentés auprès de communes et riverains volontaires situés sur les sites pilotes de Loire moyenne et de l'Oder (Allemagne et Pologne). L'Oder est en effet un fleuve dont le cours supérieur a connu récemment des crues comparables à celles de la Haute-Loire et dont le cours moyen et aval a fait l'objet, en juillet 1997, de crues de plaines voisines de celles que pourrait connaître la Loire moyenne. Quatre logiciels prototypes ont été développés et expérimentés. Au-delà des actions à caractère expérimental et méthodologique menées dans le cadre du projet européen, l'objectif dans une phase ultérieure sera d'adapter les prototypes en versions "industrielles" de logiciel et de permettre progressivement la diffusion de ces outils dans l'ensemble des zones soumises au risque inondation.
Les résultats ont été présentés lors du Final Workshop d'Osiris en mars 2003 à Berlin où 150 personnes de 14 pays européens se sont retrouvées pour connaître l'avancement du projet et confronter les expériences de chacun. Le séminaire s'intitulait "Inondations, sommes-nous préparés ?". Les organisateurs ont été félicités par l'Union européenne et des applications opérationnelles ont déjà été commandées à Sogreah par plusieurs maîtres d'ouvrage. En effet, les méthodes et outils développés par Osiris complètent les compétences de Sogreah dans la gestion des risques naturels : modélisation des phénomènes torrentiels, système de prévision en temps réel, alerte, cartographie automatique des aléas et des zones vulnérables, stratégies de prévention, conception des ouvrages de protection rapprochée...
 


 
Aller plus loin sur le web :
 
Pour plus d'informations sur le programme IST
http://www.cordis.lu/fp6/ist.htm
 
Pour plus d'informations sur le projet Osiris
 
Consulter le site de l'Etablissement public Loire
http://www.eptb-loire.fr/

Rénovation thermique des bâtiments publics

Une priorité du Grand Plan d’Investissement pour favoriser les économies d’énergie, réduire les émissions de CO2 et encourager le développement des énergies propres.

Haut de page