La transformation d'une gravière en base de loisirs

Publié le
dans

Ain

Il y a vingt ans, une gravière était transformée en base de loisirs par quatre communes regroupées en syndicat de gestion. En 2000, un an après sa création, la communauté de communes du canton de Pont-de-Veyle (Ain) reprend la base de loisirs en gestion directe. Elle est composée d'un plan d'eau de 28 hectares et d'un camping quatre étoiles. Des travaux d'amélioration de la qualité des eaux de baignade sont réalisés grâce au double soutien du conseil général et du conseil régional. Depuis, la fréquentation est en hausse et a atteint 70.000 personnes en 2003.

Au départ

Dans les années 1980, pour satisfaire les besoins en granulats de la construction de la ligne de TGV qui traverse la commune de Grièges, une gravière de trente hectares est aménagée sur les bords de la Saône. Il est prévu que la réhabilitation du site soit ensuite prise en charge par les collectivités. Le Sivom ne souhaite pas s'engager dans ces travaux de réhabilitation : seules les communes de Cormoranche, Pont-de-Veyle, Grièges et Laiz, regroupées dans un syndicat de gestion, acceptent d'élaborer un plan de restauration du site. En 1985, le plan d'eau issu de la gravière est bonifié par l'aménagement d'une plage et l'ouverture de petits commerces. Dans les années 1990, un camping s'y installe. Pour les quatre communes, la gestion de l'ensemble de cette base de la Pierre Thorion devient trop lourde.
La communauté de communes du canton de Pont-de-Veyle succède au Sivom en 1999. Un an plus tard, elle choisit de reprendre la gestion de la base nautique en intégrant le syndicat de gestion du plan d'eau précédemment constitué.

En cours de route...

Désormais, la communauté de communes gère l'ensemble de la base composée du plan d'eau et du camping. L'accès à cette base de loisirs est gratuit pour les enfants et payant pour les adultes (3 euros). Un système de carte annuelle est mis place pour privilégier les habitants de la communauté de communes. Une activité canoë-kayak est proposée aux enfants des écoles. Le plan d'eau est également utilisé pour l'aviron et la pêche. Le camping quatre étoiles compte 117 emplacements, dont douze habitations légères de loisir. La gestion de ces habitations est répartie entre un voyagiste opérateur pour six d'entre elles, la centrale de réservation départementale (deux) et la communauté de communes (quatre).
D'autres travaux d'aménagement ont été réalisés depuis 2000. Pour lutter contre la prolifération des algues qui entraîne une forte diminution de la fréquentation du site, une digue est construite afin de séparer les eaux de baignade qui s'étendent sur un hectare du reste du plan d'eau (28 ha). Depuis la construction de cette digue et l'amélioration de la propreté des eaux de baignade, la fréquentation augmente sensiblement : 23.000 entrées en 2001, 40.000 en 2002, 70.000 en 2003.

Les moyens mobilisés et les partenaires...

Un directeur et trois agents d'entretien sont employés à plein temps par la communauté de communes. La base de loisirs est encore déficitaire du fait des travaux et des aménagements de mise aux normes, mais les subventions de la région, du conseil général et de la communauté de communes permettent d'équilibrer le budget.
Outre les partenaires financiers, la communauté de communes s'entoure de plusieurs partenaires techniques : le comité du tourisme de l'Ain ; un voyagiste opérateur pour gérer une partie des habitations légères de loisirs ; le CAUE ; un bureau d'études pour réaliser une étude de positionnement.

Pour quels résultats...

La communauté de communes a su intégrer le syndicat initial créé par les quatre communes et elle a augmenté ses effectifs pour administrer la base de loisirs.
En dépit de l'intérêt de cette réalisation (cadre de vie, apport économique au canton), le projet connaît quelques difficultés, notamment une mauvaise réputation due aux anciennes proliférations d'algues, une promotion insuffisante, un camping trop peu éloigné du plan d'eau, un manque de restaurants et de bâtiments administratifs.

Et aujourd'hui ?

Une étude de positionnement, réalisée par un bureau d'études, a défini deux axes de développement de la base :
- des aménagements pour maintenir le niveau quatre étoiles du camping : réalisation d'une salle d'animation, d'une halle pour accueillir des spectacles, amélioration de la situation des bâtiments administratifs et des restaurants ;
- le développement de la base en fonction des atouts et des attentes touristiques : extension du plan d'eau, mise en liaison avec la Saône permettant la création d'un petit port.
L'objectif est également une meilleure appropriation de cet équipement par l'ensemble des communes du canton et une plus forte implication des associations sportives et culturelles locales.

Murielle Arcos, Centre permanent d'initiatives pour l'environnement du Revermont

Communauté de communes du Canton de Pont-de-Veyle

Nombre d'habitants :

11079

Nombre de communes :

12
63 Grande Rue
01290 Pont-de-Veyle
cc.canton.de.pont.de.veyle@wanadoo.fr

M. Poulet

Vice-président de la commission aménagement de l'espace, tourisme et environnement
Haut de page