Environnement - La ville durable au coeur des premiers entretiens organisés par le Certu

 Le Centre d'études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques (Certu), chargé de conduire des études pour le compte de l'Etat ou au bénéfice des collectivités locales, vient de mettre en ligne les actes des douze ateliers des entretiens qui se sont déroulés sur le thème de la ville durable, les 2 et 3 février dernier, en partenariat avec le Centre national de la fonction publique territoriale, à la cité internationale de Lyon. Plus de 800 personnes, agents de l'Etat, représentants des collectivités territoriales, professionnels et associations d'usagers, ont ainsi partagé leurs connaissances et leurs attentes sur les pratiques pour la ville durable.
Le premier atelier a abordé la question complexe du phénomène métropolitain notamment à travers trois exemples (Lille, Toulouse et Lyon) et les nouvelles formes de coopération qu'il est susceptible d'engendrer. L'atelier n° 2 s'est concentré sur les modalités de mise en œuvre des politiques de mobilité durable. L'accent a été mis sur la coopération entre les autorités organisatrices de transport (AOT), en particulier sur le développement de l'inter-modalité, les modes de transports alternatifs (vélos, covoiturage, auto-partage, etc.) et l'articulation entre documents d'urbanisme et transport, notamment a travers le concept de contrat d'axe, né à Toulouse. Le principe est que " l'AOT s'engage sur un transport en commun et les communautés d'agglomération s'engagent sur un projet urbain qui permet plus de densité et de mixité autour du projet, mais aussi plus d'accessibilité", précise Nathalie de La Fournière, responsable du pôle politique des déplacements à l'Agence d'urbanisme de Toulouse. La thématique de la mutation des modes de déplacement a également été abordée dans le cadre de l'atelier n° 10 intitulé "Partage de l'espace public : comment requalifier la ville existante ?". L'atelier n° 8 s'est quant à lui penché sur les outils d'observation des mobilités urbaines et leurs limites (enquêtes "ménages déplacements" réalisées par l'agglomération de Strasbourg, enquêtes statistiques). Par ailleurs, les acteurs de l'accessibilité ont été invités à débattre dans le cadre de l'atelier n° 4 intitulé "La ville accessible à tous : comment les acteurs se coordonnent-ils ?", notamment à travers l'exemple du plan de déplacement urbain de la communauté d'agglomération du Pays voironnais.

 

Valoriser les espaces écologiques dans les milieux urbains

A côté des échelles nationales et régionales, les villes et territoires apparaissent comme un lieu important pour lutter contre le changement climatique, notamment en ce qu'ils permettent de mettre l'accent sur des instruments relevant de la politique de l'urbanisme et pas seulement des instruments économiques. L'atelier n° 3 a également abordé la problématique de l'approche locale et de la ville durable dans la prévention des risques naturels. Le développement durable nécessite une approche globale, mais implique également d'aller vers de la co-conception des projets urbanistiques et l'association des utilisateurs. Une forme de contrat de confiance peut ainsi s'instaurer entre la maitrise d'ouvrage et la collectivité, a souligné Christine Mesurolle, chargée de mission au Certu sur les questions d'énergies, dans le cadre de l'atelier n° 5 consacré à la maîtrise d'ouvrage publique et au développement durable. Préparé avec l'association des Maires Villes et Banlieues de France et le secrétariat général du comité interministériel pours les villes, l'atelier n° 7 a traité des enjeux du renouvellement de la ville sur elle-même en termes de démolition/reconstruction. Différents programmes de rénovation urbaine sont venus illustrer cet atelier (Rillieux-la-Pape - ville de 30.000 habitants située au cœur du Grand Lyon -, Mulhouse, Plaine Commune - communauté d'agglomération de 330.000 habitants au nord de Paris -, Montauban). Réhabiliter et valoriser les espaces écologiques dans les milieux urbains et périurbains pour préserver la biodiversité, ainsi que les autres services rendus par la nature et l'eau (cadre de vie, climatisation, réduction des pollutions, gestion des eaux pluviales, etc.) tels étaient les enjeux de l'atelier n° 9. La question de la nature en ville, "n'est plus simplement un enjeu récréatif ou esthétique", mais un enjeu environnemental relève en effet Eric Charmes, membre de la commission de la qualité scientifique du Certu. Ainsi une réflexion est-elle en cours dans le cadre du Grenelle de l'environnement sur le rôle des plans locaux d'urbanisme (PLU) et des schémas de cohérence territoriale (Scot), l'introduction des trames vertes et bleues et les formations expertes concernant l'éco-gestion et l'éco-conception.
Ont également étaient abordées les différentes actions mises en œuvre par les villes européennes pour promouvoir des villes durable (n° 6) et les coopérations des collectivités autour du bassin méditerranéen (n° 11), avec la présentation du Centre de Marseille pour l'intégration en Méditerranée et l'évocation du projet de l'Union pour la Méditerranée. Enfin, s'agissant des pôles scientifiques et techniques, les intervenants de l'atelier n° 12 se sont intéressés, à partir d'exemples concrets, au développement des synergies et des partenariats avec trois réseaux d'acteurs : les collectivités territoriales, le monde universitaire de l'enseignement et de la recherche et celui de l'entreprise.

 

Philie Marcangelo-Leos / Victoires-Editions

 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle