L'Agenda 21 de la ville de Saumur

Publié le
dans

Environnement

Energie

Maine-et-Loire

A Saumur, le développement durable n'est pas l'apanage d'un service, ni même d'un secteur, il concerne tous les acteurs du territoire. Lancé en 2006, l'Agenda 21 s'étend progressivement de la ville à l'agglomération.

Sensibilisation et formation au concept du développement durable, administration éco-responsable, éco-achats dans le cadre des marchés publics, participation citoyenne, construction HQE® (haute qualité environnementale), déplacements "doux", aménagement du territoire (PLU), création d'écoquartiers, politique de la ville, gestion différenciée, politique de l'environnement, sensibilisation à l'écocitoyenneté. Les actions mises en place par la ville de Saumur sont résolument transversales. Le développement durable n'est pas l'apanage d'un service, ni même d'un secteur, il concerne tous les acteurs du territoire. C'est à partir de ce constat que les élus ont demandé à Jean-Marie Verhertbruggen, chargé de mission développement durable, d'engager cette démarche. Elle a débuté par des séances de formation-sensibilisation des six cents agents de la ville, invités à y participer par un courrier cosigné du maire et du directeur général des services. "Pour qu'une démarche Agenda 21 aboutisse il faut une volonté politique forte, relayée et portée par le plus haut niveau de la hiérarchie, et une approche globale de la réalité d'un territoire", affirme le chargé de mission.

Un changement de culture au quotidien, pour pérenniser l'action

Le chargé de mission développement durable considère, par exemple, qu'il est très insuffisant de décréter l'usage exclusif du papier recyclé par les administrations. Il faut parallèlement sensibiliser les utilisateurs sur la réduction de leur consommation, afin qu'ils adhèrent et qu'ils s'approprient la démarche. Ainsi, tous les agents de la ville de Saumur sont incités à ajouter dans la signature de leurs courriels : "Veuillez n'imprimer ce message qu'en cas d'absolue nécessité. Merci pour la planète." Dans le même esprit, des moments de sensibilisation ont été mis en place pour que chacun adopte des écogestes au bureau, comme par exemple, imprimer des documents en recto-verso ou en noir, lorsque la couleur n'est pas indispensable. "ll faut, dans les faits et au quotidien, encourager un changement de culture, seule manière de pérenniser l'action", conclut Jean-Marie Verhertbruggen. Lorsque des actions permettent de réaliser des économies, la politique de la ville consiste à réinvestir dans la mesure du possible ces économies dans de nouvelles actions liées au développement durable. C'est ainsi que Saumur est parvenue à économiser 12.000 m3 d'eau en 2006. Pour y parvenir, elle a semé des variétés de gazon plus résistantes à la sécheresse, modifié les pratiques culturales, institué le goutte à goutte pour l'arrosage chaque fois que cela était possible. La ville vient d'acheter des quotas CO2 pour l'équivalent de 1.000 tonnes afin de compenser une partie de ses émissions de CO2 mais surtout de retirer définitivement du marché, en les détruisant, des "droits à polluer". L'objectif étant d'inciter les industriels à investir dans de réelles mesures de réduction des pollutions. Cette démarche "approche globale" est évidement généralisable.

Mutualiser les bonnes pratiques de la ville à l'agglomération

Initiée par la ville-centre, la démarche Agenda 21 s'étend aujourd'hui à la communauté d'agglomération "Saumur Loire Développement". Il y a quelques mois a été créé le "Club des administrations écoresponsables du Saumurois" qui entend regrouper toutes les administrations de l'agglomération. Cette création s'est concrétisée par la signature, le 31 janvier 2008, d'une charte d'engagement à laquelle ont adhéré 23 administrations du territoire. Dans ce cadre, les bonnes pratiques sont mutualisées. Par exemple, une formation a été ainsi mise en place récemment sur le désherbage thermique : une commune de l'agglomération le pratiquait et ses agents ont pu expliquer la façon dont ils avaient mis en place cette technique. Le Club a également diffusé un guide saumurois des éco-agents, sorte de vade-mecum des bonnes pratiques au bureau. Demain, il pourrait se pencher sur la création d'un groupement d'achats. "Mon rôle est de sensibiliser les agents, de les former et de répondre à leurs questions, suggérer et inciter à intégrer le développement durable dans leur quotidien et dans les politiques qu'ils instruisent et/ou conduisent, mais pas pour faire à leur place", précise Jean-Marie Verhertbruggen. "Je n'ai d'ailleurs pas de budget propre, si l'on excepte les 3.000 euros dont je dispose pour organiser la semaine du développement durable. Pour réussir, la démarche doit être transversale à l'ensemble des politiques territoriales."

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Ville de Saumur

Hôtel de Ville- Rue Molière- BP300
49408 Saumur Cedex

Jean-Marie Verhertbruggen

Chargé de mission développement durable
Haut de page