Lamballe Terre et Mer met en œuvre son programme Territoires d’industrie (22)

La communauté d’agglomération Lamballe Terre & Mer s’est engagée dans un programme Territoires d’industrie, en prenant appui sur son projet de territoire et sur la contractualisation avec la région Bretagne. Pour davantage d’efficacité, les relations entre les deux collectivités reposent sur le principe de subsidiarité.

Lamballe Terre & Mer conjugue vitesse et coordination. Née de la fusion de plusieurs communautés en 2017, elle se constitue en communauté d’agglomération dès 2019, avec des projets qui prennent rapidement corps en s’étayant les uns les autres. L’agglomération compte 69.000 habitants pour 38 communes et quatre principaux secteurs d’activité. L’industrie agroalimentaire fournit 4 emplois sur 5, suivie dans l’ordre par le bois, la métallurgie-carrosserie industrielle et les activités de pêche du port de pêche d’Erquy, qui traite chaque année plus de 10.000 tonnes de produits de la mer. Au total 19,3% des actifs travaillent dans une filière industrielle contre 12,2% en moyenne nationale. Une donnée qui n’est peut-être pas étrangère au taux de chômage de 5,8%, bien inférieur à la moyenne régionale et nationale.

Des priorités pour l’industrie sur le territoire

Ces bons résultats n’ont pas freiné les édiles dans leur volonté d’adhérer au programme national Territoires d’industrie. « La communauté l’a signé en décembre 2020, avec l’État, la région Bretagne, les deux référents industriels et la Banque des Territoires, qui est jusqu’à présent notre opérateur national privilégié, souligne Émilie Morin, chargée de mission Territoires d’industrie de la CA. Le programme mis en place par Lamballe Terre & Mer compte quatre grandes priorités, sur lesquelles se sont accordés les signataires. »

La première vise le renforcement et la coordination des actions sur l’attractivité des métiers industriels. Objectifs : attirer des jeunes et des talents, pallier les problématiques de recrutement en développant notamment une offre de services, de logements et de mobilité. Deuxième priorité, le recrutement lui-même. Le programme prévoit de mettre sur pied des formations adaptées à la montée en compétences des salariés, au regard des besoins de l’industrie de demain. Une étude flash financée à 100% par la Banque des Territoires doit aboutir à un programme de gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC) sur le secteur industriel.

Innovation et services aux industriels

Le programme met également l’accent en troisième priorité sur l’innovation, avec la création d’un lieu pour favoriser la pleine éclosion d’une industrie 4.0. Une étude de préfiguration a été lancée avec un financement de la Banque des Territoires et une candidature à l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) Fabrique des territoires va être déposée. Enfin, la quatrième priorité vise à faciliter les installations d’entreprises et accompagner ces dernières pour trouver et obtenir des aides. La création d’une plateforme collaborative en ligne est actuellement à l’étude.

Un programme qui s’appuie sur le projet de territoire…

Ces quatre priorités sont en lien avec les cinq orientations stratégiques du projet de territoire Lamballe Terre & Mer 2032, validé en juillet 2019. L’existence préalable de ce projet a largement contribué au succès de la candidature de la communauté au programme Territoires d’industrie. Baptisé Engageons notre territoire pour demain, il porte sur le développement de l’emploi, de la qualité de vie à tous les âges (de la garde des enfants au bien-être des personnes âgées), de la transition écologique, de la solidarité et de la coopération, ainsi que sur la proximité des commerces et des services, ce qui implique aussi de favoriser les mobilités (lire l’encadré).

… et sur la contractualisation avec la région

Le succès de cette candidature est aussi très étroitement lié à la contractualisation avec la région. « C’est l’acteur primordial du programme Territoires d’industrie, qui détient les compétences clés, telles que l’économie, la formation professionnelle, l’innovation ou les mobilités », explique Émilie Morin. La région met à disposition de la CA une référente territoriale, qui l’accompagne au quotidien et coopère sur les différents appels à projets qui dépendent des services régionaux. Elle est également le médiateur du partage des expériences et des bonnes pratiques sur le territoire régional. Enfin, « le territoire avec son partenaire la région Bretagne ont appuyé très fortement la candidature du Lamballe Terre & Mer pour qu’il soit intégré au programme pour lequel il n’était pas retenu au départ. »

La subsidiarité, clé de la relation avec la région

La contractualisation avec la région, chef de file du développement économique sur les territoires qui la composent, est donc un atout fort pour réussir la mise en œuvre du programme Territoires d’industrie. Encore faut-il que ses relations avec la collectivité soient organisées avec efficacité. Et dans ce but, fait valoir Émilie Morin « nous travaillons avec la région dans une logique de subsidiarité qui fait de la CA l’acteur majeur de ses actions sur son territoire ». L’application du programme exige en outre une attention particulière à l’animation, qui est indispensable à la création de liens entre la multitude d’acteurs impliqués, publics et privés. La coopération des industriels à l’établissement d’un diagnostic partagé et leur adhésion aux réponses à mettre en place sont elles aussi centrales.

Le programme Territoires d’industrie de Lamballe Terre & Mer va s’étoffer cette année avec l’inclusion des problématiques de la mobilité, du logement et des transitions écologique et industrielle qui figurent dans le projet de territoire. Ce travail se fera bien sûr en lien avec les différents partenaires.

Convention de partenariat sur les mobilités

« Notre schéma de développement des mobilités a déjà donné lieu à la création d’un nouveau réseau de transport public qui couvre l’ensemble du territoire depuis janvier 2020 », révèle Stéphane Davy, le directeur de la prospective territoriale de Lamballe Terre & Mer. « En janvier 2021, une convention de partenariat a été signée avec la région Bretagne, afin de croiser nos stratégies respectives pour optimiser l’efficacité des services de mobilité. » Cette convention doit donner lieu, entre autres, à la mise en place d’une billétique « korrigo » commune, pour simplifier les déplacements et les interconnexions entre les TER et les transports publics de l’agglomération. Des initiatives sur le covoiturage et l’autopartage sont également en cours, en lien avec le schéma des mobilités douces et durables validé par la CA.

Communauté d'agglomération Lamballe Terre & Mer

Nombre d'habitants :

69000

Nombre de communes :

38
Espace Lamballe Terre & Mer 41 rue Saint Martin
22 400 Lamballe-Armor
contact@lamballe-terre-mer.bzh

Philippe Hercouët

Premier vice-président, en charge de l’économie, de l’innovation et de la recherche

Émilie Morin

Chargée de mission territoires d'industrie

Stéphane Davy

Directeur de la prospective territoriale