L'atelier paysage tremplin d'un PLU intercommunal

Publié le
dans

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Puy-de-Dôme

La communauté de commune de la Vallée de l’Ance dans le Puy-de-Dôme s’est lancée dans la démarche innovante de l’atelier du paysage. Au cœur du dispositif : l’impulsion d’un débat public qui, en sensibilisant élus et habitants aux problématiques paysagères, a préparé et nourri le PLUI en cours d’élaboration.

C’est en 2005 que la communauté de la Vallée de l’Ance est sollicitée par le Parc national du Livradois Forez (PNR) pour expérimenter la démarche "atelier paysage". Ce nouvel outil, élaborée à l’initiative de la région Auvergne et du PNR Livradois Forez était né d’un constat : si la région Auvergne et le PNR étaient bien couverts en chartes paysagères, celles-ci n’avaient pas fait l’objet d’une appropriation de la part des populations locales. Sans doute en raison du caractère très technique de ce dispositif. D’où l’idée d’une démarche plus accessible et ouverte au plus grand nombre, qui pourrait en outre favoriser la naissance de projets architecturaux et paysagers. La Vallée de l’Ance décide de tenter l’expérience : l’atelier paysage peut en effet constituer l’outil dont l’EPCI a besoin pour se poser les bonnes questions sur l’organisation des espaces agricoles et ceux consacrés à l’habitat, assurer la médiation avec l’ensemble de la population et anticiper sur l’avenir.

Une démarche fondée sur l’écoute et la médiation

Pour mettre en œuvre l’atelier paysage, l’intercommunalité bénéficie de l’assistance technique du PNR Livradois Forez. Le projet est également soutenu par la région, le conseil général, l’Agence nationale de la recherche technique et le programme européen Leader. La démarche se fonde sur quatre modes d’action conduits parallèlement, et destinés à impulser un débat public, notamment autour de la problématique agricole. La première action consiste à collecter des informations orales et visuelles (ateliers d’écriture, anciennes photographies à l’occasion de vides-greniers..), qui font l’objet ensuite d’expositions itinérantes retraçant l’évolution du paysage au fil du temps. La seconde consiste en un inventaire ethno-botanique, qui révèle l’importance des poirières et des fermes-bloc dans le paysage local. La troisième a pour but d’étudier la perception des paysages par des agriculteurs de la vallée. L’étudiant en fin de cycle, Stéphane Duprat, aujourd’hui paysagiste, qui mène cette enquête en allant à la rencontre des agriculteurs, constate notamment une inquiétude générée par la dispersion de l’habitat. Il observe, en outre, une incompréhension des pratiques agricoles de la part des urbains récemment installés. Pour rapprocher ces deux mondes, il organise des visites dans les fermes permettant aux uns et aux autres de se rencontrer et mieux se comprendre (une vidéo de ces visites est disponible à la communauté). Enfin, des ateliers d’architecture réunissent de futurs architectes des écoles de Saint-Étienne et de Clermont-Ferrand sur la question de l’urbanisme rural moderne.

L’atelier paysage rampe de lancement du PLUI

"Les travaux, rencontres et débats suscités par l’atelier ont provoqué une prise de conscience générale, précise Johan Rougeron, directeur de la communauté de communes. Élus et habitants ont été convaincus de la nécessité de se doter d’un document d’urbanisme réglementaire pour organiser la compatibilité des terres agricoles avec les espaces réservées à l’habitat et pour réaménager les bourgs." Dès 2008, plusieurs scénarios sont évoqués par la communauté : un PLU par commune, un PLU intercommunal ou un plan d’aménagement et de développement durable (PADD) commun allié à un PLU par municipalité. Deux communes se montrent plus ou moins réfractaires à un projet intercommunal. L’EPCI décide alors d’organiser des sessions de Formations-action à l’intention des élus dans le but de définir les caractéristiques d’un PLUI et ce qu’il peut apporter en Vallée de l’Ance. Les dernières réticences sont ainsi levées et, en juillet 2010, les élus communautaires approuvent le lancement du PLUI. Les communes continueront à délivrer elles-mêmes les permis de construire dans le cadre des dispositions qui seront fixées par le PLUI. Actuellement en cours d’élaboration, il s’inspire très directement des travaux de l’atelier paysage. Son but est de contrôler l’image du territoire et sa valeur paysagère tout en permettant l’installation de nouvelles habitations dans le respect des activités agricoles.
"La réussite de l’atelier paysage en termes de médiation et d’appropriation se mesure aujourd’hui à l’impatience des habitants, notamment les agriculteurs, à voir le PLUI aboutir", conclut le directeur

Victor Rainaldi, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Communauté de communes de la vallée de l'Ance

Nombre d'habitants :

3200

Nombre de communes :

10

Michel Bravard

Président

Johan Rougeron

directeur
Haut de page