Insertion / Jeunesse - Le Cese dévoile ses idées pour l'emploi des jeunes

"Un avis qui concerne les deux priorités du gouvernement, jeunesse et emploi, dans un débat enfin présent dans la conduite de notre pays." C'est en ces termes que Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l'Education populaire et de la Vie associative, a salué la présentation du projet d'avis sur l'emploi des jeunes devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese), le 26 septembre à Paris.
Cet avis, présenté par le rapporteur Jean-Baptiste Prévost, préconise quatre axes de travail. Le premier porte sur la formation. Le Cese propose notamment d'agir pour élever le niveau de qualification des jeunes peu ou pas qualifiés, de maintenir les jeunes en formation pour approfondir leur qualification, de développer les écoles de la deuxième chance, de lutter contre le décrochage scolaire par un dispositif de formation "deuxième chance" au sein de l'Education nationale pour les jeunes de 16 à 18 ans. L'avis vise également une approche qualitative de l'alternance ou encore l'amélioration les conditions de stages en milieu professionnel : interdiction des stages supérieurs à six mois, gratification des stagiaires étendues notamment à la fonction publique territoriale.
Le deuxième axe porte sur le recours aux emplois aidés en période de crise. Le Cese se déclare favorable à l'augmentation du nombre de contrats aidés et propose des pistes d'amélioration : élargissement du public bénéficiaire aux jeunes de niveau de qualification IV (baccalauréat), voire III (bac + 2), durée minimum de trente-six mois des contrats de génération et ciblage préférentiel des plus petites entreprises.

"Ne pas sombrer dans le misérabilisme"

Le troisième axe vise à réduire la segmentation du marché du travail de façon à éviter que les jeunes accèdent à l'emploi exclusivement par l'intermédiaire de contrats précaires. Les solutions du Cese en la matière sont : une conversion plus automatique des contrats à durée déterminée (CDD) en contrats à durée indéterminée et une modulation des cotisations patronales à l'assurance chômage en fonction du taux de recours aux CDD.
Enfin, le dernier axe développé par le conseil porte sur l'accompagnement des jeunes demandeurs d'emploi. L'avis recommande ainsi de renforcer les moyens des missions locales pour l'emploi, de reconnaître aux jeunes un droit à l'accompagnement vers l'emploi reposant sur une aide contractualisée à la recherche du premier emploi financée par l'assurance chômage sous la forme d'un droit de tirage sur leurs droits futurs à indemnisation, et l'alignement de la situation des jeunes actifs sur le droit commun en matière de RSA.
Intervenant après cette présentation, Valérie Fourneyron a repris les grandes lignes de son intervention du 14 septembre dernier à Rennes (voir notre article ci-contre), dans lequel elle brossait un portrait sombre de la situation des jeunes en France. Elle a toutefois appelé "à ne pas tomber dans le misérabilisme".
 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle