Vendée

Le chantier d'insertion "aménagement de l'espace naturel" de La Roche-sur-Yon : un exemple d'intégration réussi au sein d'une collectivité locale

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Les chantiers d'insertion ont pour mission de remettre en situation de travail des personnes en grande difficulté. Leur activité s'effectue souvent dans des conditions de précarité importante : incertitude commerciale, marge de manoeuvre financière réduite...

Alors que généralement les ateliers et chantiers d'insertion sont portés par des organismes de droit privé à but non-lucratif, l'exemple du chantier collectif de La Roche-sur-Yon, en Vendée, est original. Totalement intégré à la collectivité, son mode de fonctionnement constitue une garantie de professionnalisme, un gage de pérennité dans un secteur qui est le plus souvent contraint de fonctionner dans des conditions de précarité importante.
Le chantier d'insertion est spécialisé dans l'aménagement de l'espace naturel et travaille au sein de la collectivité : entretien d'espaces verts, aménagement de jardins de convivialité, création de massifs arbustifs ou floraux, montage et entretien de structures ludiques, balisage et mise en sécurité de cheminements sont autant de travaux collectifs utiles à tous les habitants.
Il offre dix-sept postes d'insertion à l'année et a permis d'accueillir vingt-six agents en 2005 bénéficiaires du RMI, demandeurs d'emploi de longue durée, jeunes en grande difficulté professionnelle. Parallèlement le service espaces verts de la ville emploie soixante-dix fonctionnaires.
Le centre technique municipal détache cinq agents de maîtrise sur le service chantier collectif, qui bénéficie de locaux indépendants. Quatre encadrants gèrent deux équipes de six à sept agents en insertion sur une activité d'entretien des espaces verts. Un cinquième est responsable d'une équipe de quatre agents sur des travaux de maçonnerie voirie. Ce service bénéficie également d'un agent administratif à temps plein. Dominique Terrien est l'animateur à plein temps du chantier. Pour lui, le chantier intégré à la collectivité est un moyen efficace d'en assurer la pérennité et de se concentrer sur le coeur du métier qui est l'accompagnement des personnes : "Nous n'avons pas le souci d'aller prospecter à l'extérieur. Chaque fin de mois, nous évaluons et négocions avec le service espaces verts du centre technique municipal les travaux confiés au chantier d'insertion. Ainsi détachés du souci commercial, nous pouvons nous consacrer pleinement à l'accompagnement des personnes tant individuellement que collectivement." Les agents en insertion, salariés en contrat d'avenir ou en contrat d'accompagnement à l'emploi, travaillent 26 heures hebdomadaires. Ils peuvent s'inscrire dans des formations complémentaires (hygiène au travail, ateliers de santé, remise à niveau français ou mathématiques..). De plus, sur le temps rémunéré, une demi-journée hebdomadaire est consacrée à des activités collectives (sport, santé, information).

Un soutien financier stable apporté par la ville

Le coût annuel de fonctionnement du chantier est de 545.000 euros. La ville y contribue pour 150.000 euros en valorisation de production et pour 122.000 euros en affectation budgétaire directe. Le chantier bénéficie également des aides du conseil général (58.000 euros), de la direction départementale du travail et de l'emploi (23.800 euros), du plan local pour l'insertion et l'emploi et de l'Etat.

Les chantiers d'insertion, un maillon "rentable" souvent méconnu de la politique d'insertion professionnelle

Les ateliers et chantiers d'insertion (ACI, voir encadré ci-dessous) constituent un maillon important des politiques d'emploi à destination des chômeurs de longue durée. Ils ont pour mission l'accueil, l'embauche et la mise au travail sur des actions collectives de personnes sans emploi et rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières. Au travers d'une activité quotidienne, chaque salarié reprend des habitudes de travail, contribue à la réalisation de travaux d'utilité sociale, développe ses savoir-faire, prépare la prochaine étape de son parcours d'insertion professionnelle.
Quelques chiffres permettent d'éclairer leur poids en France : 70.000 salariés en insertion ont travaillé dans un chantier en 2004 ; ils étaient encadrés par une équipe de permanents de 6.000 équivalent temps plein (source : Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques-Dares 2005). Les défenseurs de cet outil d'insertion montrent même que contrairement aux idées reçues, un salarié en chantier d'insertion coûte moins à la collectivité qu'un demandeur d'emploi (6.048 euros contre 18.300 euros). De même, un chantier est facteur de développement local : en effet, selon une étude du comité de liaison des chantiers d'insertion en Indre-et-Loire, pour 36.000 euros de travaux confiés à un chantier, ce n'est pas moins de 134.000 euros reversés à la collectivité, de neuf salariés embauchés...
A l'heure de la mise en place du plan Borloo de cohésion sociale, un grand nombre de chantiers d'insertion s'inquiètent de leur avenir à court terme : débouchés commerciaux aléatoires, professionnalisation des permanents délicate à mettre en oeuvre par absence de temps et de moyens, pérennité financière sans cesse remise en question.

 

 

Les ateliers et chantiers d'insertion

"Les ACI assurent l'accueil, l'embauche et la mise au travail de chômeurs de longue durée sur des actions collectives (...) d'utilité sociale (...). Ils organisent le suivi de leurs salariés en vue de faciliter leur insertion sociale et de rechercher les conditions d'une insertion professionnelle durable" (article L.322-4-16-8 du Code du travail). Les employeurs autorisés sont des organismes de droit privé à but non-lucratif. Sont également habilités les communes, EPCI, CCAS, départements, établissement d'enseignement professionnel et agricole de l'Etat et l'Office national des forêts.

 

 

Article rédigé par l'équipe "Expériences" de Mairie-conseils

Contact(s)

Ville de La Roche-sur-Yon

93 rue Jacques-Cartier
85000 La Roche-sur-Yon
02 51 47 91 18
02 51 08 96 88

Claude Perret

Adjointe au Maire

Dominique Terrien

Responsable du chantier d'insertion
terriend@ville-larochesuryon.fr

Revitaliser les centres villes et centres bourgs

Un dispositif unique pour accompagner les villes moyennes dans leur programme de revitalisation des centres villes, depuis le conseil en amont jusqu'au suivi de projet.

Haut de page