Le golfe du Morbihan intègre les corridors écologiques dans ses documents d'urbanisme

Publié le
dans

Environnement

Energie

Morbihan

38 communes du golfe du Morbihan, dont les 34 adhérentes au syndicat intercommunal d'aménagement, sont candidates au classement en parc naturel régional. C'est pourquoi elles ont réalisé un important travail de repérage des corridors écologiques, des espaces naturels et en particulier des zones humides, pour intégrer le respect de cette biodiversité dans les documents communaux d'urbanisme.

Annaëlle Mézac est chargée de mission "biodiversité-urbanisme" au syndicat intercommunal d'aménagement du golfe du Morbihan, où s'élabore actuellement le projet de parc naturel régional du Golfe du Morbihan. "Les élus de cette partie du golfe du Morbihan entre Vannes et Auray, confirme-t-elle, sont impliqués pour leur candidature au classement en PNR, en particulier, Dominique Pirio et David Lappartient, nouveaux vice-présidents du syndicat intercommunal. Je suis donc très soutenue dans ma mission et c'est très important."
Important parce que, quand elle a été engagée en 2003, dans le cadre de cette préfiguration de PNR, les connaissances locales étaient ténues sur le fonctionnement des espèces, leurs déplacements, les lieux de nidification et l'équilibre général de la biodiversité dans ce morceau de côte bretonne.
Les élus, aidés d'Annaëlle Mézac, ont donc travaillé sur les éléments paysagers existants, les zones boisées et les zones humides, qui sont souvent mal ressenties par les nouvelles populations, alors qu'elles abritent des espèces particulières et précieuses.
Il a fallu d'abord identifier la structure de l'écosystème de la région, le sens que pouvaient avoir les liens entre chacune des parties, pour identifier les fameux "corridors écologiques", autrement dit les continuités de milieux qui permettent la circulation des différentes espèces animales, les unes se déplaçant vite ou beaucoup, les autres moins, les unes étant prédatrices, d'autres pas. Tout cela est difficile à appréhender, parce qu'un mulot, par exemple, ne bouge guère de la haie dans laquelle il s'est installé, tandis qu'un papillon y passera occasionnellement avant d'aller butiner ailleurs.
L'étape suivante a été un travail sur l'occupation des sols, qu'ils soient boisés, couverts de landes, humides, en friches, construits ou agricoles. La densité du maillage bocager ( les haies étant des corridors particulièrement denses et importants) a été calculée, puis traduite dans un système numérique, simple et précis, d'information géographique.

 

Un SIG sur la biodiversité pour travailler sur l'urbanisme

En 2006, cette étude a été éditée sous forme de cartes et de textes explicatifs. Le syndicat intercommunal, porteur du projet de parc, l'a utilisé comme base documentaire pour le travail sur les plans locaux d'urbanisme avec les communes adhérentes.
Une nouvelle étape de la mission a débuté ensuite, spécifique dans chacune des communes volontaires. Certaines avaient déjà des espaces boisés classés, d'autres peu, mais sans lien "biologiquement logique" avec la commune voisine ! Il a fallu déterminer, avec chacune, les zones à protéger, utiliser les bons outils urbanistiques pour traduire cette volonté dans les PLU, le document global servant de référence pour préserver les continuités qui avaient été repérées.
"Ces trois nouvelles années de travail sur l'urbanisme, commente Annaëlle Mézac, ont permis aux élus, sur le terrain, d'assimiler la démarche. Ils ont intégré ce souci dans leurs politiques d'aménagement, beaucoup mieux que s'ils avaient dû appliquer un règlement. Cette démarche a été très pédagogique pour appréhender cette notion de corridor écologique."
Reste une prochaine étape : faire le même travail d'intégration de la biodiversité dans les politiques urbaines de Vannes et Auray. Et les élus devront, non pas préserver ce qui peut l'être, mais certainement restaurer des milieux qui avaient disparus.

 

Jean-Luc Varin, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Syndicat intercommunal d'aménagement du Golfe du Morbihan

Nombre d'habitants :

183789

Nombre de communes :

34
1 allée de Goalères
56000 Vannes

Dominique Pirio

Vice-présidente, première adjointe à Arradon

Annaëlle Mézac

Chargé de mission "biodiversité-urbanisme"

David Lappartient

Vice-président, maire de Sarzeau

Joël Labbé

Président du SIAGM, conseiller général du canton d'Elven et maire de Saint-Nolff
Haut de page