Hautes-Pyrénées

Le Grand Tarbes : des nomades en voie de sédentarisation ?

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Santé, médico-social, vieillissement

Social

Dans les Hautes-Pyrénées, la communauté d'agglomération du Grand Tarbes souhaite favoriser la sédentarisation des gens du voyage présents sur son territoire depuis plusieurs générations. En 2003, elle a mis en place une maîtrise d'oeuvre urbaine et sociale (Mous) pour aménager des terrains adaptés au mode de vie en caravane. Les familles concernées bénéficient d'un accompagnement social et technique.

Le Grand Tarbes (douze communes, 80.000 habitants) accueille 350 familles issues de la communauté des gens du voyage et développe depuis plusieurs années une vraie politique à destination de ce public. Depuis 2003, conformément aux préconisations du schéma départemental, la communauté d'agglomération a aménagé huit aires d'accueil. Elle a également  mis en place une maîtrise d'oeuvre urbaine et sociale (Mous) pour la sédentarisation des gens du voyage. Il s'agit d'aider les familles qui le souhaitent à acquérir un terrain privatif, ou à construire sur un terrain qu'elles possèdent déjà, un habitat adapté à leur mode de vie.

 

Un aménagement adapté

Pour mener à bien sa mission, le Grand Tarbes a signé une convention avec sept partenaires : l'Etat, le conseil général, la Caisse des Dépôts, le Crédit agricole, la caisse d'allocations familiales, l'association SAGV 65 (Solidarité avec les gens du voyage) et le cabinet de conception et d'architecture Caths. Ces deux derniers partenaires assurent le suivi opérationnel de la Mous. Les membres du cabinet Caths prennent en charge le volet technique : identification des familles et leurs besoins, pré-montages financiers des dossiers, suivi technique (chantiers et aboutissement des demandes financières), communication et médiation. "Les constructions proposées sont limitées à 70 m2. Elles comportent au minimum une pièce à vivre et des sanitaires : les familles continuent à utiliser leur caravane comme pièce de couchage", précise Ambre Federico, responsable administrative du service "Gens du voyage" du Grand Tarbes. "De son côté, SAGV 65 propose un accompagnement social : elle identifie nominativement  les ménages concernés et les aide à s'intégrer dans un nouvel environnement. Elle s'assure, par exemple, du remboursement des mensualités ou prodigue des informations générales, relatives au quotidien." La Mous permet de financer les prestations de ces deux entités. Elle dispose pour cela d'une enveloppe annuelle de 47.300 euros, financée à parts égales par l'Etat et la communauté d'agglomération.

 

Un prêt facilité

Parallèlement à la Mous, il existe une ligne de garantie mise en place depuis 2004, régulièrement alimentée par le Grand Tarbes, l'Etat et le conseil général, en fonction du nombre de prêts accordés par le Crédit agricole, partenaire financier du dispositif. Ce fond garantit au partenaire financier 70% des montants prêtés dans le cadre de la Mous. Un lotissement de six terrains a d'ores et déjà été aménagé sur un terrain du Grand Tarbes : toutes les familles y résidant sont propriétaires. Actuellement, une dizaine de dossiers sont en cours. "Dans certains cas, le Grand Tarbes prend en charge la recherche de foncier : une tâche difficile ! Nous devons trouver des terrains en zone NAD, des zones naturelles urbanisables, destinées à la sédentarisation des gens du voyage." A terme, la communauté d'agglomération souhaite se porter acquéreur de différents terrains afin de proposer aussi aux gens du voyage de l'habitat adapté en locatif et possibilité d'accession à la propriété. Un projet de gestion immobilière est à l'étude.

 

Elisa Dupont / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Haut de page