Le ministère de la Culture et France urbaine lancent les "capitales françaises de la Culture"

Tous les trois ans, à partir de 2021, une ville française sera distinguée pour son "innovation artistique" et son "attractivité culturelle". C'est l'objet du projet de "capitales françaises de la Culture" copiées sur le modèle des "capitales européennes".

En plein festival d'Avignon, le ministère de la Culture et France urbaine lancent les "capitales françaises de la Culture". Tous les trois ans, une ville sera distinguée pour son "innovation artistique" et son "attractivité culturelle". Ce sera aussi l'occasion de "mettre en valeur le rôle des collectivités locales dans le domaine artistique et la coopération culturelle internationale", souligne le ministère. La première édition est prévue en 2021.
Le projet s’inspire des "capitales européennes de la Culture", dispositif porté chaque année par la Commission européenne depuis 1985. Depuis cette date, quatre villes françaises ont été désignées : Paris en 1989, Avignon en 2000, Lille en 2004, Marseille-Provence en 2013.

Un ancien directeur du festival d'Avignon missionné

Françoise Nyssen a chargé Bernard Faivre d’Arcier, ancien directeur du festival d’Avignon, actuel président de la biennale de Lyon, consultant auprès de collectivités, d'une mission de lancement des capitales françaises de la Culture. Il doit réfléchir à la procédure et aux critères de sélection des villes et la constitution d’un jury indépendant chargé d’attribuer le premier titre de "capitale française de la Culture" pour 2021. D'ores et déjà, le ministère annonce que les principaux critères de sélection porteront sur l’innovation artistique, la création, les nouvelles actions de médiation et d’éducation artistique et culturelle et le rayonnement international.
Le projet devra aussi répondre à plusieurs principes : le soutien à la création ; la transmission artistique et culturelle ; la cohésion sociale ; le dynamisme économique des territoires.

Contribuer à la revitalisation de villes

Dans l'esprit du ministère, le projet de "capitales françaises de la Culture" doit contribuer à l’attractivité touristique des territoires et à "la revitalisation des villes moyennes et grandes par la culture en partenariat avec les autres collectivités".
L'idée n'est pas nouvelle. En décembre 2014, Bernard Faivre d’Arcier avait présenté son projet de "capitale française de la Culture" à la commission Culture de France urbaine qui avait été emballé. Les grandes villes y voyaient "une opportunité de construire un projet culturel ambitieux, cohérent et en phase avec la réalité économique de la ville". Un projet qui, dans un contexte de "fracturation sociétale", pourrait trouver là "les modalités d’un vivre-ensemble apaisé, mêlant les aspirations de toutes les catégories de population et la vision politique qu’a pu porter le maire ou le président d’une intercommunalité au moment de sa campagne".

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle