Le parc du Luberon renforce la prévention des incendies de forêt (04 et 84)

Publié le
par
Lucile Vilboux
dans

Citoyenneté et services au public

Environnement

Energie

Alpes-de-Haute-Provence

Vaucluse

36 jeunes ont été recrutés en juillet et août par le parc naturel régional du Luberon pour informer les touristes et les habitants sur le risque incendie dans les massifs forestiers. Plus de 80.000 personnes ont été sensibilisées en 2017, un record depuis le début de l’initiative il y a 15 ans.

Chaque été, depuis 15 ans, le parc naturel régional du Luberon (176.500 habitants dans le Vaucluse et les Alpes-de-Haute-Provence) recrute une trentaine de jeunes pour surveiller huit sites forestiers et sensibiliser visiteurs et habitants aux risques incendie. Appelée "Jeunes en forêt", cette initiative est financée à 80% par la région Provence-Alpes-Côte d’Azur à l’origine du projet. Le parc autofinance le reste et assure l’animation du dispositif.

1.200 hectares de forêt ont brûlé au cours de l’été 2017

La saison estivale 2017 a connu dans le Vaucluse 20 jours de risque très sévère et 3 jours de risque exceptionnel. Durant 25 ans, jusqu’à l’été 2017 quand 1.200 hectares ont brûlé, le département n’avait pas connu de grands incendies.

Sensibiliser les touristes et les habitants

Selon un planning précis, vêtus d’une chemise jaune identifiable, flyers d’information entre les mains (voir pièce jointe), les jeunes se rendent par binômes sur les différents sites concernés pour informer les touristes de la réglementation incendie et des risques ce jour-là. Ils peuvent aussi relayer l’alerte sur un éventuel départ de feu. Une à deux fois par mois, chaque jeune se rend également sur un des 24 marchés locaux du territoire du parc pour toucher davantage les habitants permanents. "Même les personnes natives de la région ne comprennent pas toujours l’interdiction d’accès au massif. Comme en cas d’incendie, les pompiers doivent d’abord sauver les vies avant les habitations et la forêt, mieux vaut qu’il n’y ait aucun visiteur sur les lieux ces jours-là", commente la responsable.

Les bons gestes à adopter

Les jeunes informent sur les bons gestes à adopter : consulter (par internet ou téléphone) le niveau de risque avant de se rendre dans un massif, ne pas fumer en forêt, ni allumer de barbecue, privilégier tel parcours, prendre de l’eau, se protéger du soleil... Ils apportent aussi des informations touristiques plus générales. La réglementation liée aux habitations et à l’entretien de leurs abords est également présentée. Les habitants et résidents secondaires sont, pour ces questions, informés par le syndicat forestier du Vaucluse, missionné pour lancer chaque année une campagne de repérage (analyse aérienne) de l’état des parcelles et animer des réunions locales d’information.

Plus de 83.000 personnes sensibilisées

Grâce au comptage systématique effectué par les jeunes, le parc sait qu’en 2017, ils ont sensibilisé 80.484 personnes sur les sites et 2.673 autres sur les marchés.
Cette expérience représente pour ces jeunes une vraie immersion professionnelle dans le domaine de la préservation du patrimoine naturel et induit généralement une sensibilisation de leurs proches. Résidents, riverains, visiteurs et professionnels du tourisme apprécient fortement leur présence. Pour 2018, il est prévu de reconduire le dispositif et de renforcer les outils multimédias de communication à destination du public et des professionnels du tourisme.

Recrutement et formation
Sans avoir besoin de beaucoup communiquer - les demandes sont supérieures aux offres de postes tant l’opération est connue sur le territoire -, le parc sélectionne les candidatures selon plusieurs critères : avoir entre 18 et 25 ans, être issu du territoire et bien le connaître, posséder le permis B et un véhicule et ne pas avoir déjà rempli cette mission plus d’une fois. Sont aussi appréciés la pratique d’une ou de plusieurs langues étrangères, une formation de secourisme, une expérience de contact avec le public et même une lettre de recommandation du maire de sa commune.
Les jeunes recrutés signent un contrat de travail saisonnier d’assistant de prévention et de surveillance des incendies de forêt (Apsif) et sont rémunérés sur la base d’1,20% du smic, frais de route et de repas compris. Leur prise de poste débute par une demi-journée obligatoire de formation sur la réglementation de l’accès au massif, les risques incendie et les moyens de prévention avec l’appui des services compétents : service départemental d’incendie et de secours, direction départementale territoriale, ONF, comités communaux feux de forêt... Le recrutement des Apsif se fait de façon paritaire et les binômes sont toujours constitués d’un garçon et d’une fille.

Parc naturel régional du Luberon

Nombre d'habitants :

183357

Nombre de communes :

77
60, place Jean-Jaurès
84400 Apt
accueil@parcduluberon.fr

Gisèle Magne

Vice-présidente

Aline Salvaudon

Responsable "Patrimoines et ressources naturels", animatrice de la charte forestière de territoire
Haut de page