Le parlement de l’Estuaire de la Charente implique les acteurs locaux et les rassure (17)

Publié le
par
Victor Rainaldi
dans

Aménagement et foncier

Charente-Maritime

Une démarche de labellisation pour la protection et la valorisation du patrimoine d’un territoire génère nécessairement des contraintes qui inquiètent les acteurs publics et privés. Consciente de cette difficulté, la communauté d’agglomération de Rochefort Océan (63.000 habitants) a créé un parlement de l’Estuaire de la Charente dans le cadre de la procédure de labellisation Grand Site de France.

La démarche de labellisation Grand Site, qui s’est achevée favorablement en 2013, a fait apparaître des réticences en raison des contraintes que génère ce type de protection. Les agriculteurs et les conchyliculteurs, notamment, redoutaient de subir des entraves à leur développement. Et les élus craignaient de devoir se confronter à un empilement de réglementations dissuasif pour leurs projets.

Développer une vision partagée du projet Grand Site de France

"Nous avons voulu associer tous les acteurs concernés par la nouvelle démarche de labellisation Grand Site de France (GSF). En réunissant tous les acteurs, le parlement a créé les conditions pour avoir une vision partagée du projet et trouver ensemble les solutions aux contraintes qu’impose la labellisation GSF", explique le vice-président chargé de l’aménagement à la communauté d’agglomération de Rochefort Océan (Caro), Pierre Chevillon.

Le parlement informe, étudie et propose

Concrètement le parlement se réunit une fois l’an depuis 2013, à chaque fois dans une commune différente. Ses sessions se déroulent sur une journée préparée par le chef de projet Grand Site de France (GSF), Laurent Dumas, avec le maire de la commune d’accueil et son équipe. Les travaux s’effectuent en deux temps : d’abord un point d’information et d’échanges sur l’avancée du projet de labellisation ; ensuite une visite des lieux et une étude sur site de la problématique de la commune d’accueil, en lien avec la démarche GSF.

Compétences au service des communes

En regroupant tous les acteurs concernés par la démarche de labellisation, le parlement de l’Estuaire de la Charente dispose d’un très large éventail de compétences. Elles sont portées par les représentants des chambres consulaires, les syndicats d’agriculteurs et de conchyliculteurs, les représentants de l’État et des collectivités, les associations, les Bâtiments de France… "Les réflexions communes des acteurs permettent d’adapter les projets des communes à celui du GSF et de trouver les solutions aux difficultés qu’il fait surgir, notamment en termes de développement économique", explique par le chef de projet GSF. Le passage de ces réflexions à la phase opérationnelle est ensuite assuré par le comité de suivi du projet GSF.

Le parlement facilite les projets des acteurs

Les réunions du parlement ont contribué au bon développement des projets des acteurs et des élus. Les agrandissements des cabanes ostréicoles et des installations des éleveurs par exemple, bénéficient aujourd’hui d’un accompagnement de l’architecte des Bâtiment de France, de la Dreal et d’un paysagiste recruté par la Caro. Parmi les projets étudiés par le parlement figurent ceux de Tonnay-Charente (8.000 habitants) et de Port-des-Barques (1.750 habitants).

Deux exemples de l’influence du parlement

À Tonnay-Charente, le maire voulait redonner vie aux quais qui bordent l’estuaire. Bien qu’ils aient été requalifiés, ils restaient peu fréquentés. Les échanges des membres du parlement sur ce thème ont été repris par le maire au sein de son conseil municipal et nourri le cahier des charges pour lancer une étude.

À Port-des-Barques un même constat était partagé par tous les acteurs : l’accès d’un trop grand nombre de voitures sur l’île Madame dénaturait le site. Cependant, les restrictions à leur circulation inquiétaient les élus de la commune. Les membres du parlement les ont aidés à voir les choses autrement et encouragés à surmonter leurs craintes pour valoriser et protéger ce site remarquable. Là aussi une étude a été engagée dans la perspective de réduire la pression automobile sans détourner les visiteurs de l’île.

Résultats satisfaisants

L’élu est satisfait des résultats produits par le parlement : "Il a aidé à lever les réticences de nombreux acteurs du territoire qui redoutaient les entraves générées par les réglementations ils nous ont permis de définir et de partager l’esprit des lieux de l’estuaire, et a montré qu’une labellisation GSF était compatible avec le développement économique." Et cela, ainsi que le souligne le chef de projet GSF, pour un coût plus que raisonnable : "Du temps passé pour la préparation, et un budget pour la restauration des 80 membres du parlement une fois par an."

L’estuaire de la Charente : un territoire remarquable

La démarche de labellisation Grand Site de France de l’estuaire de la Charente concerne un très vaste périmètre qui est entièrement recouvert par le territoire de la communauté d’agglomération, ce qui présente un avantage en termes de gestion cohérente du projet. Quinze communes sur les 25 que compte la communauté sont concernées. Le site accueille depuis 1666 l’arsenal maritime de Rochefort construit sur ordre de Louis XIV et surnommé "le Versailles des mers". Activités économiques, culturelles et touristiques se mêlent sur cet espace aussi vaste que celui de la baie de Somme. Le vice-président chargé de l’aménagement à la communauté d’agglomération de Rochefort Océan, espère obtenir la labellisation au plus tard en 2020.

Communauté d'agglomération Rochefort Océan

Nombre d'habitants :

63288

Nombre de communes :

25
3, avenue Maurice Chupin - Parc des Fourriers, BP 50224
17304 Rochefort Cedex

Pierre Chevillon

Vice-président chargé de l’aménagement

Laurent Dumas

Chef de projet Grand Site
Haut de page