Hautes-Alpes

Le Pays Gapençais a mis en oeuvre son schéma de services publics

Organisation territoriale, élus et institutions

La charte qui a institué en 2003 le Pays Gapençais (77 communes, dont huit communautés de communes, plus la ville de Gap, préfecture des Hautes-Alpes, et six communes rurales hors EPCI) a inscrit l’élaboration d’un schéma de services publics parmi ses objectifs prioritaires.

Et pour cause : dans ce pays de montagne très étendu, qui compte à peine 70.000 habitants, les déplacements sont difficiles, surtout l’hiver, et la plupart des services sont concentrés à Gap. La ville-centre, point de passage obligé entre les Alpes du nord et la Provence, rassemble à elle seule 40.000 habitants. Autour, "c’est du rural profond", selon l’expression de Julien Saint-Aman, directeur du Pays.

Un diagnostic vraiment partagé

Dans les mois qui ont suivi la naissance du Pays, les élus ont lancé un appel d’offres auprès de bureaux d’études et ont retenu l’association pour le développement en réseau des territoires et des dervices (Adrets), financée par la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et la Datar. Pour un coût global de 50.000 euros, l’association a réalisé un état des lieux, avec les élus et le conseil de développement du Pays. Première étape : un recensement complet de tous les services présents sur le territoire a permis d’en identifier près de 1.500. Ensuite, 450 entretiens de vingt minutes auprès d’un échantillon représentatif de la population ont révélé les services qui recueillaient moins de 70% de satisfaction. Ce constat a servi de point de départ. Les activités qui méritaient d’être améliorées ont été regroupées en sept "bouquets" – emploi, transports, hébergement, économie, petite enfance, services publics marchands et culture, sports et loisirs – qui ont servi de cadre pour organiser, sur chacune de ces thématiques, des réunions associant les sondés, les associations d’usagers et des représentants des services. L’ensemble des données recueillies a été analysé par les élus et les membres du conseil de développement, et a donné lieu à l’élaboration de 148 fiches-actions détaillées : "Quel projet, pour quels objectifs et à quel coût ? Qui assume la maîtrise d’ouvrage ?". La réflexion s’est ensuite portée sur les modalités de développement des services.

Un équilibre entre trois scénarios possibles de développement


Trois scénarios ont été définis : le premier consiste à laisser les services se concentrer sur Gap, et à organiser la mobilité des usagers ; le second privilégie leur décentralisation sur quelques bourgs-centres et des pôles secondaires, ce qui suppose une amélioration des moyens de transport ; le troisième prévoit la spécialisation de chaque petit territoire, avec un schéma de déplacements encore différent. Les élus n’ont pas voulu privilégier tel ou tel scénario, mais ont conjugué cette approche avec une vision plus pragmatique, de sorte que les actions s’inscrivent dans l’une ou l’autre option de manière finalement assez équilibrée. Selon les types de services, la priorité sera d’organiser la mobilité vers Gap, ou au contraire de tenir compte de la spécificité d’un petit territoire, ou encore de permettre une mobilité de proximité vers un pôle de services secondaire.

Du schéma à l’opérationnel

 
"Le schéma était clos en 2008, rappelle le directeur du Pays, mais rien n’était encore réalisé ! Depuis deux ans, nous entrons dans l’opérationnel, et nous savons que cela va demander encore beaucoup de temps et de travail. Par exemple, pour améliorer la mobilité, il faut prévoir un cadencement des TER. Mais ce n’est pas le Pays qui prend ce type de décision… En ce moment, nous travaillons beaucoup sur un portail citoyen, les maisons de services dans les bourgs centres, la facilitation du télétravail, un réseau d’aires de covoiturage, etc. Nous avons aussi décidé de bâtir un observatoire des services sur le territoire à l’aide d’un système d’information géographique (SIG), que l’on bâtit en cohérence avec le Scot. Tout cela prend du temps, mais ce schéma nous indique clairement et précisément les politiques à mener pour améliorer vraiment l’offre de services sur le territoire ".

Jean-Luc Varin pour la rubrique Expériences du site www.mairieconseils.net 
 

Contact(s)

Pays du Gapençais

40 rue Carnot
05000 Gap

Julien Saint-Aman

Directeur
direction@pays-gapencais.com

Service de renseignements juridiques et financiers - SRJF

Un appui juridique accessible par téléphone ou en ligne

Haut de page