Le Pays Midi-Quercy étudie les impacts des circuits courts

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Environnement

Energie

Tarn-et-Garonne

Le syndicat mixte du Pays Midi-Quercy veut conforter les circuits courts. Soucieux d'agir à bon escient, il a d'abord en 2011 fait dresser un état des lieux de la situation. Avec à la clé, une démarche qui s’appuie sur une structuration de l'offre au plus près des besoins, la création d'outils de développement collectifs et un plan de communication.

Recouvrant une zone rurale limitrophe de Montauban, le territoire du Pays Midi-Quercy (4 communautés de communes, 44.000 habitants) attire chaque année de nouveaux habitants. Ce dynamisme démographique contraste avec une économie locale peu créatrice d'emplois. L'agriculture y étant importante, avec un bon millier d'exploitations et de nombreux produits labellisés, le pays entend soutenir ce secteur afin qu’il se diversifie au-delà la simple production. D’où l’idée d’encourager la vente directe : cette activité devrait notamment conforter les petites exploitations et bénéficier à des activités locales de transformation. "Le lancement d’une telle démarche suppose d’en avoir évalué auparavant les effets sur les équilibres existants. Il serait par exemple mal-venu que la mise en place d'un nouveau circuit vienne fragiliser un marché paysan ancestral ou un système déjà en place de vente à la ferme", explique Philippe Darbois, directeur du Pays Midi-Quercy. C’est pourquoi, le conseil de développement a souhaité qu'avant de se lancer, le Pays se donne les moyens de bien cerner la situation et les effets du projet.

L’occasion de créer un lien entre agriculteurs et nouveaux résidents

La réalisation de l’état des lieux et de l’enquête terrain, qui a duré 6 mois, a été confiée à une étudiante en master 2 "Valorisation du patrimoine et Aménagement du territoire", chargée d'analyser l’offre locale existante en matière de circuits courts alimentaire, de recenser les attentes non satisfaites et d’identifier les possibilités de développement en matière de commercialisation directe de produits alimentaires. Présentés en août 2011, les résultats confirment l'existence d'un potentiel important de commercialisation directe. "Et surtout, ils révèlent que l’impact des circuits courts n'est pas qu'économique : rapprocher les consommateurs des producteurs bénéficie certes aux revenus de ces derniers mais contribue également à l'animation du territoire", souligne le directeur du Pays. Dans un Midi-Quercy qui compte une proportion croissante de nouveaux habitants, cette relocalisation d'activités crée du lien. Elle complète ainsi la Charte du bien-vivre ensemble qu'ont cosignée, en décembre 2010, le Pays, la chambre d'agriculture et l'association de développement rural du Pays Midi-Quercy dans le but de favoriser le dialogue entre les agriculteurs et les autres résidents.

Identifier les entraves à l’essor des circuits courts

L'étude s'est en particulier intéressée à ce qui peut entraver l'essor des circuits courts, et les moyens d’y remédier. Du côté des consommateurs, il faut d’abord combattre les idées fausses (le prix au supermarché serait moindre que celui producteur). Ensuite, il est indispensable d’améliorer la lisibilité et l’accessibilité de l’offre en veillant à un meilleur traçage des circuits. Du côté des producteurs, l'étude a mis en lumière la nécessité d’un accompagnement très individualisé, adapté à la grande diversité des productions et de des situations. Des soutiens plus transversaux sont également attendus.

Des outils collectifs et un plan de communication

Le plan d'actions qui découle de l'étude préconise une meilleure structuration de l'offre par la création d'outils collectifs de transformation des produits et de distribution : ateliers de découpe et de transformation, organisation pour la livraison, points de vente collectifs.... Il souligne par ailleurs l'importance de la communication. Fin 2011, le Pays met en ligne une banque de données sur toutes les offres existantes. Une réflexion est également engagée sur l'élaboration d'une "marque de territoire", adossée à une charte et à un cahier des charges garantissant la provenance, la qualité et le caractère équitable (à la fois pour le producteur et pour le consommateur) des produits qui en bénéficieraient.

En 2012, le Pays pourrait répondre à un appel à projets régional sur le thème "Alimentation et Territoire" afin de trouver de nouveaux moyens pour développer ces actions. Parmi les projets : œuvrer pour une restauration collective exemplaire en matière de consommation locale.


Alain Chanard, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

 

Syndicat mixte du Pays Midi-Quercy

Nombre d'habitants :

49000

Nombre de communes :

49
Site de Caylus,12 rue Marcelin Viguié, BP 82
82800 Négrepelisse
pays.midi.quercy@info82.com

Yves Ragougneau

membre du conseil de développement du Pays Midi-Quercy

Philippe Darbois

directeur
Haut de page