Michel Tendil

Budget de l'UE 2021-2027 - Le programme environnemental Life verrait ses crédits progresser de 60%

Environnement

Energie

Europe et international

Le programme européen pour l’environnement et le climat Life devrait  être doté d’un budget de 5,45 milliards d’euros entre 2021 et 2027, selon la proposition présentée par la Commission, jeudi 1er juin. C’est 60% de plus que pour l’actuelle programmation (3,5 milliards d'euros) qui avait déjà connu une progression de plus de 40%. Ce qui en ferait l’un des programmes les mieux lotis de la proposition de budget pluriannuel qui, comme on le sait, risque d’être douloureux pour la politique agricole commune et la politique de cohésion. Life contribuera à remplir "les engagements climatiques [de l'UE] au titre de l'accord de Paris et des objectifs de développement durable des Nations unies", a déclaré le commissaire chargé de l'action pour le climat et de l'énergie, l'Espagnol Miguel Arias Cañete.

Elargir l'aire géographique

La Commission s’appuie sur l’évaluation à mi-parcours de la programmation actuelle de Life, publiée fin 2017, et sur une étude d’impact. Elle entend accentuer l’effort dans le domaine de l’efficacité énergétique, en particulier dans les régions en retard dans ce domaine, et vers la protection de la nature et de la biodiversité. La Commission soutiendra de nouveaux "projets stratégiques de protection de la nature" destinés à tous les Etats membres. Elle entend aussi appuyer d’autres programme de financements, comme l’agriculture ou le développement rural. Le programme maintiendra enfin le soutien à l'économie circulaire et à l'atténuation du changement climatique.
Comme suggéré dans l’évaluation à mi-parcours, la Commission entend dans le même temps simplifier les procédures, afin notamment de couvrir une aire géographique plus large. En effet, les principaux bénéficiaires du programme sont l’Italie et l’Espagne qui concentrent à elles seules les deux tiers des crédits et, dans une moindre mesure, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne. Cette surreprésentation peut s’expliquer par un "manque de fonds locaux dédiés à l’environnement et à l’action climatique" dans ces pays, souligne l’évaluation, mais aussi par un portage national de meilleure qualité. A ce titre, contrairement à ses voisins, la France n’a jamais su tirer profit de ces subventions. En cause : un manque de communication mais aussi une moindre qualité de projets souvent retoqués lors des différents appels à projets.

Abandon d'un système d'allocation nationale

Lancé en 1992, le programme Life a déjà permis de financer quelque 4.500 projets en Europe pour un montant de 5,9 milliards d’euros, indique la Commission. Il a joué un "rôle majeur" dans la mise en œuvre des directives Oiseaux ou Habitat, ou dans le déploiement du réseau Natura 2000.
La Commission a lancé le 12 février l’appel à projets pour la période 2018-2020, avec 1,2 milliard d’euros pour le sous-programme Environnement, 413 millions pour l’action pour le climat et 60 millions d’euros pour les projets de protection de la nature et de la biodiversité (en augmentation de 10%). La Commission a décidé d’abandonner le système d’allocation nationale car il ne garantissait pas un équilibre dans la répartition des fonds ni une meilleure qualité des projets : les pays qui ne parvenaient pas à utiliser leur enveloppe devaient restituer les crédits au profit des meilleurs élèves...

Rénovation thermique des bâtiments publics

Une priorité du Grand Plan d’Investissement pour favoriser les économies d’énergie, réduire les émissions de CO2 et encourager le développement des énergies propres.

Haut de page