Le site du cap Fréhel retrouve sa vraie nature (22)

Depuis 2015 le cap Fréhel fait l’objet d’un chantier de restauration paysagère afin de lui rendre son aspect naturel tout en réorganisant les flux touristiques. Cet espace exceptionnel de landes primitives littorales a rejoint depuis fin septembre 2019 le réseau des Grands Sites de France.

Le cap Frehel, qui reçoit chaque année 1 million de visiteurs, est le troisième des sites touristiques les plus visités des Côtes-d’Armor. Pour faire face à cette affluence, il fait l’objet depuis 2012 d’un projet global de restauration paysagère, engagé par le Conservatoire du littoral, devenu alors le propriétaire de 15 hectares de cet ensemble de landes primitives littorales, le plus vaste de la façade atlantique (400 ha). L’objectif du Conservatoire, en tant que maître d’œuvre, a été de rendre à la nature ce patrimoine exceptionnel, d’en valoriser les richesses et d’en faciliter l’appropriation, tout en améliorant le flux parfois dense de public : le site a ainsi été revégétalisé, les sentiers recalibrés et sécurisés.

Concertation entre plusieurs acteurs publics

Conduits par le Conservatoire, ces travaux ont été menés en concertation avec le syndicat mixte Grand Site Cap d’Erquy-Cap Fréhel ; celui-ci rassemble quatre communes (Plévenon, Fréhel, Plurien et Erquy), l’opérateur Natura 2000, deux EPCI (communauté d’agglomération de Lamballe et Dinan Agglomération), le département des Côtes-d’Armor et la région Bretagne). Cette structure est la mieux placée pour coordonner l’intervention des principaux acteurs publics sur le site, car elle apporte sa connaissance fine du terrain, une relation privilégiée avec les acteurs locaux, un suivi quotidien de la biodiversité, etc. 

Depuis 2015, un comité de pilotage réunit l’ensemble des partenaires, sous la houlette du délégué régional du Conservatoire, pour fixer les objectifs des travaux et en assurer la gestion… car ce chantier, engagé en parallèle à la démarche du syndicat pour obtenir le label Grand Site de France, accordé en septembre 2019, s’est étalé en plusieurs phases à partir de 2015 : "Pour rendre le terrain à la nature, il y avait nécessité de l’aménager, explique Yannick Morin, président du syndicat mixte. Nous avons travaillé avec le Conservatoire, la commune et l’opérateur Natura 2000, qui travaille au sein du syndicat mixte, pour que le public de plus en plus nombreux puisse déambuler et observer le site en toute sécurité sans le dégrader." 

Libérer le cap des constructions, déplacer le parking 

La première phase a démarré avec l’acquisition par le Conservatoire d’un restaurant placé au bout du site, "la Fauconnière". Sa destruction a été engagée en 2015. Il a été remplacé par un belvédère d’observation accessible aux personnes à mobilité réduite (budget : 278.000 € dont 50.500 € de subvention Feder). 
La deuxième phase a porté, en 2017, sur la restauration et la revégétalisation des landes et des abords du belvédère et sur la sécurisation des chemins (budget de 189.000 € dont 56.700 € de la région). "Nous avons constaté, ajoute l’élu, que la présence de 20.000 spectateurs lors du passage de la course de la Route du Rhum, fin 2018, n’a entraîné aucune dégradation du site, ce qui justifie les choix d’aménagement !" 
La troisième phase a été menée dans le cadre d’une convention de co-maîtrise d’ouvrage avec la commune de Plévenon. Elle a porté sur la suppression d’un parking situé au cœur du site, au pied du phare, sa renaturation et son remplacement par un nouveau parking. Celui-ci a été aménagé à 400 mètres du précédent, à l’entrée du site de la lande de Fréhel, sur un terrain communal équipé de toilettes publiques et d’horodateurs (3 € l’heure pour une voiture – les riverains bénéficient d’une carte de cinq passages à l’année). Ce chantier de 632.000 € a été financé grâce aux subventions de l’État au titre d’un contrat de ruralité (Dreal), de la région, du conseil départemental, de la commune, du Conservatoire, etc. 

Nature préservée, fréquentation maintenue

"Grâce à ce parking de la Teignouse, aménagé comme un départ de randonnée et qui ne se voit ni de la route, ni de la mer, il n’y a plus de voiture au cap, précise l’élu. Avec une fréquentation similaire aux années précédentes, d’après un bilan provisoire. Ce chantier, qui se poursuivra, courant 2020, avec l’aménagement du phare, renforce utilement la protection de notre site qui a rejoint le réseau des Grands Sites de France fin 2019."

Syndicat mixte Grand Site Cap d’Erquy-Cap Fréhel

16 rue Notre-Dame
22240 Plévenon
sdc.secretariat@wanadoo.fr

Agnès Perea

Chargée de communication

Le Grand Site Cap d’Erquy-Cap Fréhel

16 rue Notre-Dame
22240 Plévenon
sdc.communication@orange.fr

Yannick Morin

Président
Haut de page