Localtis, un média Banque des territoires

Léger recul de la part de la voiture dans les déplacements quotidiens

Selon les premiers résultats de la dernière enquête "Mobilité des personnes" publiée par le ministère de la Transition écologique, les Français ont passé en 2019 six minutes de plus par jour à se déplacer qu'en 2008. Si elle reste de loin le moyen de transport principal, la voiture a vu sa part dans les déplacements quotidiens amorcer un léger recul, passant de 65% en 2008 à 63% l'an dernier. Depuis 2008, la marche à pied et les transports en commun sont un peu plus utilisés tandis que l'usage du vélo est resté stable.

En 2019, les Français ont réalisé chaque jour de la semaine - du lundi au vendredi - plus de 181 millions de déplacements à moins de 80 km de leur domicile, ce qui représente en moyenne trois déplacements quotidiens par personne, selon les premiers résultats de la dernière enquête "Mobilité des personnes (2018-2019)" coréalisée par le service des statistiques du ministère de la Transition écologique et l'Insee. Ils ont passé en moyenne une heure et deux minutes par jour à se déplacer, soit six minutes de plus qu'en 2008. "Cette augmentation du 'budget temps quotidien' s’explique d’abord par un allongement de 2 minutes du temps moyen de déplacements entre 2008 et 2019, constate l'étude. Un déplacement moyen dure désormais 20 minutes et cette augmentation s’observe pour tous les modes de transport." Ainsi, en moyenne, un déplacement en voiture dure 19 minutes (3 minutes de plus qu’en 2008), un déplacement à pied 14 minutes (1 minute de plus), un déplacement à vélo 18 minutes (2 minutes de plus) et un déplacement en transport en commun 41 minutes (4 minutes de plus).

Légère progression des transports en commun

En dix ans, les modes de transport empruntés se sont aussi légèrement modifiés, relève l'étude. La voiture est ainsi un peu moins utilisée qu’en 2008 même si elle reste de loin le premier mode de transport choisi (114 millions de déplacements, soit une part de 63% contre 65% en 2008). Le deuxième mode de transport est la marche à pied dont la part augmente légèrement pour s’établir à 23,5% des déplacements. Les transports en commun sont un peu plus empruntés, passant de 8% à 9,1% des déplacements. Le vélo est, lui, resté stable, avec 2,7% des déplacements.
Les habitants de l’agglomération parisienne sont ceux qui se déplacent le plus longtemps chaque jour, avec 78 minutes de transport en moyenne. Viennent ensuite ceux des agglomérations de plus de 100.000 habitants (62 minutes) et ceux des zones rurales (60 minutes). Les habitants des agglomérations de moins de 100.000 habitants passent moins de temps à se déplacer (55 minutes en moyenne).

Des modes de transport très variables selon les territoires

En milieu rural, 4 déplacements sur 5 (comme en 2008) se font toujours en voiture, alors que l'usage de l'automobile baisse notablement dans les agglomérations de plus de 20.000 habitants. La marche progresse de presque 3 points dans les agglomérations moyennes (de 20.000 à 100.000 habitants), tandis que dans les plus grandes agglomérations (plus de 100.000 habitants, hors agglomération parisienne), l’usage des transports en commun augmente, souligne encore l'étude.
Dans l’agglomération parisienne, 10,9 millions de déplacements sont réalisés à pied, moyen qui devient le plus utilisé pour se déplacer (38 % des déplacements, + 4 points depuis 2008). Les transports en commun représentent un quart des déplacements et ont vu leur usage progresser de 5 points en dix ans. Au cours de la même période, l'utilisation de la voiture a reculé fortement (- 8 points) et sa part s’établit désormais à 33% des déplacements.
L'étude s'est aussi intéressée à la mobilité par sexe et par tranches d'âge. En 2019, les femmes passent ainsi quotidiennement 1h à se déplacer et les hommes 1h04. Pour les premières, comme pour les seconds, ce temps a augmenté de 6 minutes depuis 2008. Par rapport à 2008, les hommes utilisent légèrement moins la voiture (- 3 points pour 64% de leurs déplacements en 2019) et un peu plus la marche à pied (+ 3 points pour 21% des déplacements en 2019). Les femmes n'ont guère varié de mode de transport en dix ans : elles restent moins utilisatrices de la voiture que les hommes et se déplacent plus à pied (26% de leurs déplacements) et en transports en commun (10%).

Des usages marqués selon l'âge 

Ce sont les personnes entre 25 et 54 ans qui passent le plus de temps à se déplacer chaque jour (presque 1h15). La progression des "budgets temps quotidiens" la plus forte a été observée dans la tranche des 35-54 ans, avec une hausse de plus de 10 minutes en dix ans.
L'âge influence aussi fortement la manière de se déplacer. La part des déplacements en transport en commun a ainsi progressé fortement chez les 18–24 ans pour s'établir à 20%, soit une hausse de 6 points par rapport à 2008. La baisse de l’utilisation de la voiture est la plus marquée chez les 25–34 ans (- 5 points, 65% des déplacements en 2019), alors qu'ils se tournent davantage vers la marche (+ 4 points, 22% des déplacements) et les transports en commun (+ 1,6 point, 9% des déplacements). Moins prompts à changer leurs habitudes, les 45–54 ans sont ceux qui continuent d’utiliser le plus la voiture pour leurs déplacements (74%) et le moins la marche à pied (15%). L’usage de la voiture s’accroît aussi pour les personnes de 75 ans et plus (+ 5 points, 56% des déplacements), alors que la marche et les transports en commun reculent (respectivement - 2 et - 1 points, à 37% et 5%).

La circulation routière quasiment stable en 2019

623 milliards de véhicules-kilomètres, soit plus de 2.000 fois l’aller-retour entre la Terre et le Soleil : c'est ce qu'a représenté la circulation sur le réseau routier de France métropolitaine en 2019 selon une étude récemment publiée par le service des statistiques du ministère de la Transition écologique. Alors qu'elle progressait de manière continue au rythme de 0,7% par an depuis 2012, la circulation s'est stabilisée en 2019 (+ 0,1 % après + 0,4 % en 2018). Elle est essentiellement réalisée par les voitures et véhicules utilitaires légers (92% du trafic) tandis que la part des poids lourds, avec 35 milliards de véhicules-kilomètres, est de 5,6%. Le pavillon étranger représente environ 26% du trafic poids lourds. La part des autobus et autocars est relativement modeste dans le trafic (0,5%), tout comme celui des deux-roues (1,9% de la circulation).
Les deux tiers de la circulation s’effectuent sur les routes départementales et locales. Mais alors que le trafic augmente sur le réseau national, autoroutier et interurbain, il s'est replié en 2019 sur les routes départementales et locales (- 0,7% après + 0,8% en 2018).
A.L. / Localtis

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format