Pas-de-Calais

Les collégiens du Pas-de-Calais s'initient aux images

Tourisme, culture, loisirs

Pour la quatrième année, le conseil général du Pas-de-Calais propose aux collégiens du département de découvrir l'envers des images en fabriquant eux-mêmes des films, des vidéos, des romans-photos... En 2006, ce plan d'éducation aux images (PEI) se traduit par quarante et un projets.

Le conseil général du Pas-de-Calais a mis en place en 2003 un "plan d'éducation aux images" (PEI). Ce dispositif, qui a remplacé l'opération "Collèges au cinéma", vise à initier les collégiens à la pratique de la photographie, de la vidéo, du cinéma, des arts plastiques, des nouvelles technologies... Il s'adresse a priori à tous les collèges du département, public et privés et à tous les niveaux (y compris les classes SEGPA). "L'objectif du plan d'éducation aux images est d'aiguiser le regard des élèves sur les images qui les entourent, explique Hélène Patin, chargé de mission au conseil général. Pour cela, nous faisons intervenir un artiste professionnel de proximité. Contrairement à "Collèges au cinéma" qui était un projet de masse, le PEI est un dispositif qualitatif qui s'appuie sur la pratique. Les élèves ne voient pas seulement les images, ils les font. Ce dispositif n'est pas pyramidal, il repose sur l'investissement et le volontariat des enseignants, ce sont eux qui montent leur projet. Il faut ensuite trouver le bon intervenant pour les accompagner. C'est une rencontre entre un enseignant, un  artiste et des élèves. Les artistes sollicités viennent de toute la région. Pour les recruter, en fonction du projet et de leur savoir-faire, je m'appuie sur des associations et sur un réseau de connaissances." Le maitre d'oeuvre du plan d'éducation aux images est l'atelier départemental de communication sociale. Il reçoit l'enveloppe de subventions (85.000 euros par an) et rémunère les prestataires. Il réalise également des interventions dans les collèges.

 

Fabrication d'une bande annonce

En 2006, quarante et un projets sont en cours. Ils concernent trente et un collèges (sur cent soixante-neuf collèges dans le département) et environ huit cents élèves. Des projets très variés : écriture d'un scénario autour du roman policier et tournage du film, réalisation d'un documentaire sur le musée d'Azincourt, fabrication d'un roman-photo à partir d'une pièce de théâtre que les élèves vont jouer, réalisation d'une publicité, travail sur la lecture de l'image après le visionnage de trois films, réalisation d'une bande annonce d'un film de pirates...
Chaque projet s'appuie sur vingt heures de travail avec un artiste. Elles ont lieu soit sous forme de dix séances de deux heures soit sous forme d'un mini-stage sur une semaine. "Tous les professeurs peuvent participer, quelle que soit la discipline qu'ils enseignent, précise Hélène Patin. Un professeur de lettres et un professeur de sport se sont par exemple associés pour réaliser un court-métrage autour d'un personnage de super-héros. Ils avaient déjà travaillé ensemble en 2005 sur le burlesque."

 

Soutien des élus, des enseignants et de l'inspection académique

Chaque année, la mise en place du PEI est préparée lors de réunions organisées par territoire avec plusieurs collèges. Le projet est réalisé entre janvier et mai. Le rendu a lieu à la mi-juin. Chaque collège concerné présentent ses réalisations lors d'expositions et de projections ouvertes à tous les élèves et aux parents. Par ailleurs, en fin d'année ont lieu les "rencontres du PEI" au siège du conseil général, à Arras, devant les enseignants et les artistes.  Les projets sont montrés, expliqués et font l'objet d'un débat. "Le PEI est bien reçu dans le département, estime Hélène Patin. Il est suivi par un comité de pilotage qui réunit des élus et notamment les vice-présidents du conseil général, chargés de la culture et de l'enseignement. Il est soutenu par l'inspection académique. Par ailleurs, les retours des enseignants sont très positifs : grâce au PEI, les élèves découvrent un artiste, une pratique, ils se rendent compte du travail nécessaire à la réalisation d'un plan d'un film par exemple. Pour les enseignants c'est aussi l'occasion d'avoir un autre rapport avec leurs élèves."


Maryline Trassard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Conseil général du Pas-de-Calais

Route du département - Rue Ferdinand Buisson
62018 Arras
03 21 21 69 23

Hélène Patin

Chargée de mission arts visuels et culture au collège
patin.helene@cg62.fr
Haut de page