Les déchets au cœur de l’économie circulaire

[Mois de l’ESS] – C’est avec plaisir que nous vous retrouvons pour un nouveau mois de l’Economie sociale et solidaire ? Une nouvelle occasion de partager avec vous nos convictions et surtout de vous présenter les projets et les entreprises auxquels nous croyons ! Pour ce premier dossier, nous avons souhaité aborder la place centrale des déchets dans l’économie circulaire et vous présenter trois entreprises de l’ESS : Moulinot, Lemon Tri et Uzaje, qui participent activement à faire bouger les lignes dans nos territoires.

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

L’économie circulaire consiste à produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation et le gaspillage des ressources et la production des déchets. Il s’agit de passer d’une société du tout jetable à un modèle économique circulaire.

Ce modèle donne une place toute particulière aux déchets qui sont au cœur des préoccupations, dans un contexte de transformation écologique et énergétique. En effet, la loi du 18 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte reconnaît la transition vers une économie circulaire comme un objectif national et comme l’un des piliers du développement durable, et fixe de premiers objectifs ambitieux de prévention et de valorisation des déchets.

La prévention de la production de déchets, le réemploi, le recyclage, et la valorisation sont donc des actions fondamentales pour atteindre nos objectifs collectifs et favoriser le développement de l’économie circulaire dans nos territoires.

Nos objectifs à atteindre en matière de déchets*

  • Réduire de 50 % les quantités de déchets non dangereux mis en décharge en 2025 par rapport à 2010.
  • Tendre vers 100 % de plastiques recyclés en 2025.
  • Economiser l’émission de 8 millions de tonnes de CO2 supplémentaires en moins chaque année grâce au recyclage du plastique
  • Créer 500 000 emplois supplémentaires, y compris dans des métiers nouveaux.
  • La fin du plastique jetable en 2040

 

* D’après la feuille de route économie circulaire publiée le 23 avril 2018 ainsi que la loi AGEC promulguée le 10 février 2020

A la Banque des Territoires, nous nous mobilisons pour des territoires plus durables, plus attractifs et plus inclusifs et nous soutenons le déploiement de l’économie circulaire. Il est pour nous primordial de maximiser l’utilité des ressources consommées en allongeant, par exemple, la durée de vie des biens et services, ou en favorisant la revalorisation des déchets selon le triptyque prioritaire : le réemploi ou la réutilisation, le recyclage, et la valorisation énergétique. Concrètement, il s’agit d’imaginer et de déployer des modes de production circulaire dans lesquels les boucles de flux de matières et d’énergie ont une importance essentielle pour générer des effets positifs et vertueux sur les plans économique, social et environnemental dans les territoires.

C’est pourquoi nous soutenons les structures de l’économie sociale et solidaire qui s’inscrivent dans cette démarche, comme par exemple :

  • Moulinot, pionnier de la collecte, du traitement et de la valorisation des biodéchets
  • Lemon Tri, spécialiste du tri, recyclage et de la consigne
  • Uzaje, acteur du réemploi des emballages et contenants alimentaires

Moulinot, un acteur pionnier dans le secteur des biodéchets

Moulinot 2

© Yunikon

Moulinot, de la collecte à la valorisation des biodéchets

10 millions de tonnes par an ! C’est la quantité de déchets alimentaires générés chaque année en France, et cela représente 32% des ordures ménagères de chaque foyer. Moulinot est une entreprise sociale qui collecte et valorise ces déchets alimentaires, pour permettre de les transformer en énergie (biogaz) ou en fertilisant pour nourrir les sols.

Implanté en Ile de France, Moulinot propose à ses clients une solution complète avec :

  • un accompagnement des producteurs de déchets alimentaires à la mise en place du tri
  • la collecte des biodéchets auprès des professionnels et particuliers
  • le traitement et valorisation des biodéchets : 10% des déchets traités sont valorisés par compostage directement par l’entreprise et 90% par méthanisation par des agriculteurs partenaires
  • la commercialisation du compost aux professionnels (agriculteurs) et particuliers (via Truffaut, Auchan, etc.).

Moulinot, une entreprise sociale *

Entreprise solidaire d’utilité sociale créée en 2013 et labellisée Entreprise d’insertion (EI) depuis 2019, Moulinot accueille parmi ses salariés des personnes éloignées de l’emploi auxquelles elle propose un accompagnement socio-professionnel fort, notamment au sein de son organisme de formation.

  • 95 salariés dont 8 salariés en contrat d’insertion ;
  • 1 800 points de collecte ;
  • 1 organisme de formation Moulinot
  • 2 formations professionnalisantes pour les métiers de collecteur de biodéchets et éco-animateur et un parcours de redynamisation vers les métiers "verts"
  • une soixantaine de stagiaires par an
  • 130 demandeurs d’emploi formés dont 42 en 2021
  • + de 75% de sortie positive (CDD, CDI ou formation certifiante)

A qui cette solution s’adresse-t-elle ?

La solution proposée par Moulinot s’adresse à deux cibles :

  • les gros producteurs de déchets alimentaires qui ont l’obligation de trier leurs biodéchets : restaurants/traiteurs, acteurs de la restauration collective privés et publics, les marchés alimentaires
  • Les collectivités, qui vont devoir (obligation légale) proposer une solution de tri des biodéchets à leurs habitants dès 2024

 

Quelles perspectives ?

Moulinot prévoit de disposer d’un total de 8 sites qui lui permettront de collecter et traiter 300 000 tonnes de biodéchets par an, soit moins de 3% du gisement national annuel estimé.

Sa récente levée de fonds de 19,1 M€ va lui permettre d’essaimer sur 6 nouvelles régions hors Ile-de-France, en y réplicant l’unité logistique et de traitement installée à Stains et le modèle commercial et partenarial construit sur l’Ile-de-France avec des producteurs de déchets et des agriculteurs méthaniseurs.

Une entreprise soutenue par la Banque des Territoires

 

La Banque des Territoires soutient Moulinot dont les impacts sur le territoire sont forts :

  • lien étroit avec les collectivités auxquelles Moulinot propose une solution face aux nouvelles exigences règlementaires
  • impact social (insertion et formation)
  • impact environnemental : la valorisation des biodéchets réduit de 3 à 8 fois les émissions de GES par rapport à l’enfouissement et l’incinération tout en produisant du gaz et des engrais pour les sols agricoles
  • création d’emplois dans les territoires
  • lien avec les agriculteurs-méthaniseurs

C’est pourquoi, dès 2016, elle a accordé deux prêts participatifs dans le cadre du PIA ESS pour un montant de 500 K€. Et plus récemment, en 2021, la Banque des Territoires a participé à l’augmentation de capital lancée par Moulinot, à hauteur de 6 M€.

Lemon Tri, mieux trier pour favoriser le recyclage et le réemploi

Camion Lemon Tri

© Lemon Tri

Lemon Tri, mobiliser les citoyens

SAS agréée ESUS de l’économie circulaire, créée en 2011, Lemon Tri a pour objectif de contribuer au changement des habitudes des citoyens en dehors de leur domicile. En effet, ces derniers trient bien à la maison, mais peu en dehors car il n’existe pas réellement d’infrastructures dédiées.

Lemon Tri propose donc des solutions pour lutter contre l‘enfouissement et l’incinération des déchets en améliorant leur tri à la source, tout en favorisant des modes de traitement plus vertueux : réduction, réemploi et recyclage.

Aujourd’hui, Lemon Tri c’est une équipe de 88, salariés, dont 25 en insertion, répartis au sein de quatre antennes (Pantin, Marseille, Lille et Lyon).

Deux solutions proposées

Lemon Tri propose deux solutions :

  • la  collecte et gestion d’une trentaine de type de déchets différents : verre, papier, piles, mobilier, mais aussi marc de café, mégots, masques jetables, etc.
  • le recyclage incitatif avec des automates intelligents

La gestion des déchets tertiaires

Destiné aux entreprises et administrations (bureaux, hôtels, campus, collectivités, …), ce service complet prévoit :

  • l’audit des espaces et déchets du client,
  • proposition de solutions sur mesure
  • la mise en place des équipements de tri,
  • la sensibilisation,
  • la collecte de tous les flux
  • l’envoi en filières de recyclage ou réemploi.

Grâce à ses outils numériques, l’entreprise pilote et certifie la traçabilité de l’ensemble des déchets jusqu’aux circuits de valorisation, en diversifiant ses solutions de tri et de revalorisation.

Le recyclage incitatif par la consigne

Lemon Tri déploie des automates intelligents, inspirés des dispositifs de « consigne ». Ces machines sont de véritables centres de tri miniatures qui détectent et trient les emballages insérés, tout en récompensant les utilisateurs pour leur geste (système de loterie, bons d’achats, dons associatifs) : un système qui dynamise fortement la collecte.

Une entreprise engagée socialement

Depuis 2016, l’entreprise a complété son engagement environnemental avec une dimension sociale. Elle propose un parcours d’insertion qui a déjà formé plus de cent personnes aux métiers de la logistique et de l’économie circulaire. Initié avec la Fondation Agir Contre l’Exclusion et le soutien du Fonds Danone Ecosystem, ce programme contribue directement à l’insertion professionnelle de publics éloignés de l’emploi, au bénéfice de territoires plus inclusifs.

Elle a par ailleurs créé une filiale, Lemon Aide, entreprise d’insertion qui effectue le surtri et l’envoi à des filières de recyclage spécialisées.

Au total, Lemon Tri c’est une équipe de 88 salariés, dont 25 en insertion, répartis au sein de quatre antennes (Pantin, Marseille, Lille et Lyon).

Un développement accompagné par la Banque des Territoires

 

La Banque des Territoires accompagne Lemon Tri dans son action car elle répond à plusieurs enjeux :

  • lutte contre les fractures territoriales grâce à l’installation de ses entrepôts près des quartiers politique de la ville,
  • parcours d’insertion à destination des publics fragiles,
  • développement de l’emploi local…

Par ailleurs, son impact extra-financier est triple, avec une dimension environnementale, sociale et territoriale, au bénéfice de territoires plus durables et plus inclusifs. C’est pourquoi la Banque des Territoires a participé à sa dernière levée de fonds pour lui permettre de :

  • déployer ses services partout en France d’ici 3 ans,
  • développer ses services à destination des collectivités, pour mailler l’espace public et les administrations avec des automates de collecte.

Uzaje, opérer la transition vers des emballages durables

Huile Uzaje

© Uzaje

Uzaje, développer le réemploi

La pollution plastique des océans est parmi les premières préoccupations environnementales des Français, alors que les pays européens rejettent entre 150 000 et 500 000 tonnes de plastique dans les océans tous les ans, issus principalement d’emballages à usage unique comme contenants alimentaires.

Eliminer les contenants jetables, c’est le but d’Uzaje,  acteur de l’économie circulaire créé en 2018, qui développe des solutions industrielles pour le réemploi des emballages alimentaires, à destination de plusieurs secteurs :

  • la restauration collective : restauration scolaire, portage à domicile, restauration d’entreprise ;
  • la restauration commerciale : chaine de restauration, food delivery, traiteur ;
  • les industriels de l’agroalimentaire ;
  • la distribution alimentaire généraliste et spécialisée.

Entreprise de l’Economie Sociale et Solidaire agrée ESUS, elle apporte des solutions simples et concrètes afin de réussir la « sortie de l’usage unique » et favoriser le réemploi.

Un concept innovant

Uzaje déploie des centres de lavage industriels innovants permettant la sortie de l’usage unique d’emballages jetables grâce à leur réemploi pour la restauration et l’industrie alimentaire. Aujourd’hui, deux centres sont opérationnels à Neuilly-sur-Marne et Avignon.

Une solution adaptée à tous les types de contenants

Ainsi, Uzaje propose de laver selon des règles sanitaires strictes tous types de contenants : lunch box, plats, bocaux, bacs, couverts, bouteilles, caisses, et pour 3 matières : l’inox, le verre et le plastique. Les centres de lavage d’Uzaje sont équipés d’outils de lavage de dernière génération, pour un lavage optimisé, performant et avec un impact environnemental le plus réduit possible.

Une solution de lavage avantageuse

  • mutualiser l’outil de lavage entre différents acteurs, de différents secteurs d’activité
  • minimiser l’impact environnemental
  • garantir la qualité sanitaire

Accompagner les clients dans leur transition, à toutes les étapes

  • études de modèles économiques,
  • analyse des cycles de vie,
  • expertise technique emballages,
  • dossiers d’aides au financement
  • expérimentations
  • déploiement des solutions

Le réemploi, quels avantages ?

Le réemploi est une alternative écologique et viable économiquement aux contenants à usage unique. Il présente de nombreux avantages :

  • la réduction des déchets,
  • une meilleure gestion des ressources,
  • la protection de notre santé et de l’environnement,
  • tout en générant de la croissance et de nouveaux emplois

Une croissance soutenue par la Banque des Territoires

 

Pour renforcer ses fonds propres et pour mieux répondre à la très forte demande d’alternatives aux emballages à usage unique par le réemploi, tant au niveau des attentes consommateurs que de la législation en place (lois AGEC et EGALIM) et de la préservation de l’environnement, Uzaje a concrétisé, en janvier 2022, une levée de fonds de 4 M€ à laquelle a participé la Banque des Territoires, aux côtés d’autres partenaires.

Ces nouveaux moyens financiers permettront à l’entreprise de :

  • poursuivre ses efforts de recherche et développement
  • renforcer ses équipes commerciales pour laver plus de 300 millions d’emballages d’ici 5 ans
  • renforcer ses équipes industrielles pour poursuivre le maillage du territoire français de centres de lavage
  • assurer la création de plus de 200 emplois industriels non délocalisables, dont une partie en lien avec l’insertion professionnelle.