Localtis

Smart City - Les Français plébiscitent le développement numérique dans leur ville

Invités à donner leur avis sur le développement du numérique dans leurs villes dans le cadre d'un sondage mené par l'Ifop pour le compte de l'Observatoire des politiques publiques (1), les Français s'accordent sur l'importance de l'enjeu mais expriment des avis différents sur leurs priorités en la matière.

Consensus autour du numérique local

Les Français sont ainsi 78% à estimer le développement numérique dans leur ville comme important et ils sont même 18% à le percevoir même comme "tout à fait prioritaire". Dans l'ensemble, la grande majorité des Français (60%) placent ces technologies et services au rang des grands enjeux locaux, sans pour autant les qualifier de prioritaires. Pour compléter cette vision, un cinquième des Français (22%) perçoivent le numérique comme un élément "secondaire" mais avec des écarts qui ne sont pas ceux qu'on imagine puisque les plus de 65 ans ne sont que 11% à le penser contre 33% des jeunes.
Une fois renseignés sur la définition des villes "intelligentes" (smart) ou "connectées" (numériques), les sondés étaient amenés à identifier les priorités à assigner dans le cadre du développement de ces cités selon l'une ou l'autre des définitions. Une manière de reposer deux fois la même question avec quelques nuances. L'exercice fait du coup ressortir des niveaux de préoccupations très disparates.

Des villes frugales et sûres

En matière de villes "intelligentes" (2), les Français expriment des priorités dans un contexte de crise et de grande transition. Leur premier souhait va à la réduction de la dépense publique (38%). Suivent, ensuite, la sécurité (28%), la diminution de la consommation d'énergie (26%), la simplification des relations citoyens/administrations (24%) et l'amélioration de la qualité des services publics (20%). Le troisième niveau de préoccupations pointe l'attractivité de la ville (16%), l'amélioration des transports (14%), la gestion des déchets (12%), la participation citoyenne (10%) et la réduction de la fracture numérique (9%), bonne dernière dans ce classement. Les différences générationnelles réapparaissent. Ainsi, la contribution environnementale de la ville semble plus importante pour les jeunes (30% mentionnent la baisse de la consommation d'énergie, 19% une meilleure gestion des déchets), là où les personnes âgées restent mobilisées sur la réduction des dépenses publiques ou sur la sécurité.

Une vision encore diffuse

Les Français placent la sécurité des personnes et des biens (35%) ainsi que les démarches administratives (34%) comme les secteurs où le développement de la "ville numérique" cette fois est le plus urgent. Viennent ensuite l'éducation (l'école, le collège et le lycée – 23%), l'environnement et la lutte contre la pollution (19%), la consultation des habitants (18%) et l'équipement numérique (comme le développement du wifi public – 14%). Les transports en commun (13%), la circulation et le stationnement (13%), l'ouverture et l'accessibilité des données publiques (11%), l'accueil et les services aux entreprises (10%) et finalement l'offre culturelle (8%) semblent occuper une place plus mesurée.
La récurrence de certaines thématiques, comme la sécurité ou l'administration dans les "deux modèles" de ville présentés par les sondeurs signale quelques tendances de fond récurrentes. Tendances qui dépassent les notions - assez subtiles il faut bien le reconnaître - de ville intelligente et de ville numérique. Presque en décalage avec l'imaginaire prospectif des villes intelligentes, elles rappellent que les technologies devront avant tout contribuer à répondre aux préoccupations quotidiennes des Français.

Philippe Parmantier / EVS

(1) L'Observatoire des politiques publiques est conduit par Acteurs Publics en partenariat avec EY.
(2) Définies par l'observatoire comme des villes "où l'on chercherait à mieux harmoniser les dimensions sociales, culturelles et environnementales de la ville et de son agglomération, via une participation active des citoyens et l'utilisation du numérique".

Haut de page