Rhône

Les Grignerots participent à la vie de leur cité

Commande publique

Depuis 2005, la ville de Grigny, dans le Rhône, a mis en place un budget participatif. Cet outil s’inscrit dans une politique de concertation et de dialogue, initiée en 1997 avec la création de conseils de quartier et renforcée en 2004 avec le service Démopart qui a multiplié leur nombre. En 2009, de nouveaux outils permettent d'impliquer les Grignerots dans la vie de leur commune.

La ville de Grigny (8.500 habitants) est familière des outils participatifs depuis la fin des années quatre-vingt-dix. "Les élus ont toujours voulu associer la population aux grandes décisions communales", témoigne René Balme, maire de Grigny (1). "Déjà, dans les années 1990, ils consultaient régulièrement les Grignerots. Petit à petit, cette politique a évolué vers une démarche participative, avec la création, en 1997, des premiers conseils de quartier." En 2004, la ville en compte quatre conseils. Cette année-là, la collectivité se dote d’un service de démocratie participative appelé Démopart. "Sa mission est de centraliser les démarches participatives et de les développer, ce qui s’est traduit notamment par la création d’un budget participatif", explique Delphine Ebersviller, responsable de ce service. Démopart génère deux conseils de quartier supplémentaires. Dans la foulée, il organise un conseil associatif, une structure pour débattre de projets éducatifs, sociaux ou culturels. En 2005, le conseil municipal d'enfants devient le conseil municipal des jeunes, rassemblant des collégiens. "Nous travaillons ainsi sur l'ensemble du territoire et des publics de la ville. Tout habitant qui le souhaite peut faire des propositions en matière de jeunesse, de voirie, de proximité", poursuit Delphine Ebersviller. Dans ce cadre, certains projets élaborés par les citoyens et les services voient le jour, comme l'aménagement d'une aire de jeux souhaitée par certains parents. Toutefois, de nombreuses propositions ne trouvent pas alors de réponses budgétaires.

Le budget se discute lors des "jeudis participatifs"

"La participation des habitants à la politique de la ville était intéressante. Mais il fallait trouver un budget pour mettre en œuvre leurs propositions : il s'agissait d'aller au bout de la logique ! Nous avons donc décidé de travailler, dès 2005, sur un budget d'investissement, en collaboration avec les élus, les techniciens et les habitants", expose René Balme. "Au départ, explique la responsable du service Démopart, certains habitants étaient réticents et craignaient que l’élaboration de ce budget soit complexe. Nous avons donc fait en sorte de le rendre accessible à tous. C'est peut-être pour cette raison que notre budget participatif est devenu pérenne. Il compte aujourd'hui cinq années d'existence !"
Pour faire vivre cette démarche, la ville a mis en place "les jeudis participatifs", où ont lieu simultanément les réunions de quartier et du conseil associatif (une fois tous les deux mois) et le conseil municipal des jeunes qui se tient tous les quinze jours, afin d’entretenir l'implication et la motivation des adolescents. Chaque rencontre se déroule en trois phases. La première est consacrée au suivi du budget participatif. La deuxième aborde une thématique particulière (jeunesse, plan local d'urbanisme, développement durable...). Enfin, la troisième se penche sur la gestion des problèmes de proximité.
Au fil de l'année, le service Démopart recueille les projets que les habitants souhaitent voir intégrés dans le budget participatif. Il prend également en compte les propositions communiquées sur le site internet du service via le forum participatif mis en place en 2007 : un espace de paroles où les Internautes peuvent exprimer leurs souhaits. Les services communaux chiffrent ensuite ces propositions. A la fin de l'année, toutes les instances participatives sont réunies pour choisir par vote les projets qui leur paraissent prioritaires. Les chefs de service et les élus sont présents pour apporter des éléments chiffrés et des études complémentaires.

Plus du quart du budget d’investissement de la commune est élaboré avec les habitants

Chaque année, depuis 2005, un quart, parfois un tiers, du budget d'investissement de la commune est ainsi élaboré avec les habitants. "En 2009, nous avons mis en débat 350.000 euros. Sans compter les reports dus aux projets pluriannuels qui relèvent également du budget participatif", précise René Balme. Les élus et les services y voient également l'opportunité de familiariser les habitants aux questions budgétaires et de les confronter aux choix parfois cornéliens des décideurs.
Autour des conseils et du budget participatif, d’autres outils ont vu le jour, comme le site Internet www.demopart.fr ou "Le Petit Journal Démopart", publié tous les trois mois depuis septembre 2009. Par ailleurs, le service Démopart apporte son appui à des projets d'intérêt général proposés par les habitants, comme la création d'un "pédibus" scolaire.
La responsable du service, deux chargés de projet, une assistante et un agent de proximité employé à mi-temps gèrent Démopart. En 2010 le service dispose d’une enveloppe de 32.624 euros.
"Plus qu'une démarche pédagogique, la démocratie participative est, chez nous, la porte d'entrée de tout projet concernant la ville", souligne le maire. "Cette politique permet également d'inciter des acteurs locaux, notamment économiques, à participer à la vie du territoire".

Elisa Dupont / PCA, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils

(1) "La démocratie participative – La participation au concret", René Balme, entretien avec Serge Rivron, Éditions La passe du vent, 2009
 

Contact(s)

Mairie de Grigny

3 avenue Jean Estragnat
69520 GRIGNY
04 72 49 52 49

Delphine Ebersviller

Directrice
debersviller@sitiv.fr

René Balme

Maire
rbalme@sitiv.fr
Haut de page