Microcrédit - Les microcrédits accompagnés ont progressé de 8% en 2015

Les microcrédits accompagnés représentent 1,284 milliard d'euros d'encours en décembre 2015, en progression de 8% par rapport à 2014, d'après le rapport de l'Observatoire de l'inclusion bancaire de la Banque de France présenté le 4 octobre 2016. Trois millions de clients sont dans une situation difficile vis-à-vis de leur banque.

L'encours des microcrédits accompagnés s'élève à 1,284 milliard d'euros en décembre 2015, contre 1,188 milliard en décembre 2014, soit une progression de 8%. C'est ce qu'indique le rapport annuel de l'Observatoire de l'inclusion bancaire présenté le 4 octobre 2016 par la Banque de France. "Le total est significatif même si cela reste très minoritaire par rapport aux autres prêts", a souligné François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France. Les microcrédits professionnels sont toujours largement dominants. Ils représentent 87% des microcrédits accompagnés, avec 1,12 milliard d'euros, contre 165 millions d'euros pour les microcrédits personnels. Les microcrédits professionnels sont majoritairement utilisés pour le financement de la création d'entreprise (660 millions d'euros de financement, soit près de 60% des encours). Le financement de la reprise ou transmission d'entreprise représente plus de 30% des encours.  Ainsi, Folly Lakoussan, qui a reçu le 4 octobre le prix Banque de France du microcrédit professionnel accompagné 2015, a pu créer son activité d'édition de logiciels adaptés aux structures hospitalières grâce au microcrédit. Il a obtenu en 2015 un microcrédit de l'Association pour le droit à l'initiative économique (Adie) de 3.160 euros avec un prêt d'honneur de 1.500 euros et bénéficie de 20.000 euros de prêt d'honneur du Réseau Entreprendre et de prêts complémentaires de 40.000 euros. Aujourd'hui, il emploie trois salariés et compte en recruter deux nouveaux l'an prochain.

Les microcrédits personnels en progression de 20% en 2015

Les microcrédits personnels sont quant à eux destinés aux personnes  démunies ayant des difficultés d'accès aux crédits bancaires classiques (revenus trop faibles ou situation sociale et professionnelle fragile). Ces prêts servent à financer un projet personnel qui permet d'améliorer la situation professionnelle de l'emprunteur, essentiellement pour l'emploi (financement d'une formation) et la mobilité (achat d'une voiture). Ils ne sont pas soumis à condition de ressources. "Les taux d'intérêt sont librement fixés par les prêteurs dans le respect de la réglementation de l'usure pour les prêts à la consommation, détaille le rapport de la Banque de France, fin 2015, les taux moyens se répartissent entre 2,8% et 4% selon les établissements prêteurs." Si la part des microcrédits personnels reste bien inférieure à celle des microcrédits professionnels, leur progression est dynamique : +20% en 2015. Leur montant moyen atteint un peu plus de 2.200 euros. Les trois quarts ont une durée initiale inférieure à trente-six mois. Roda Abdo-Ahmed qui a reçu quant à elle le prix Banque de France du microcrédit personnel, a obtenu un prêt de 1.400 euros de la Banque Postale en avril 2013 pour acheter un véhicule. Grâce à cela, elle a pu suivre une formation de tourneur fraiseur, a obtenu un BEP et un baccalauréat professionnel en 2016.
Le rapport de l'observatoire fait état de 3 millions de clients bancaires se trouvant dans une situation de fragilité financière en France. Un nombre auquel s'ajoutent les 500.000 personnes qui n'ont pas de compte bancaire.

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle